Outarde korhaan

Afrotis afra - Southern Black Korhaan

Systématique
  • Ordre
    :

    Otidiformes

  • Famille
    :

    Otididés

  • Genre
    :

    Afrotis

  • Espèce
    :

    afra

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 50 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 700 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez cet espèce immédiatement reconnaissable, les sexes sont assez différents. Le mâle affiche un dos brun avec des vermiculures blanches. Le bord et le poignet de l'aile portent une large bande argentée. Ces parties supérieures contrastent fortement avec le reste du corps (tête, cou et dessous) qui est entièrement noir de suie. La queue est légèrement plus grise et porte deux larges barres transversales noires. Une belle tache circulaire blanche orne les couvertures auriculaires en arrière des yeux qui sont brun-orange. La nuque porte une légère crête barrée d'or, de brun et de blanc. Le bec est rose avec un culmen gris. Les pattes sont d'un jaune éclatant. La femelle se distingue de son partenaire par son plumage cryptique qui lui permet un excellent camouflage pendant la saison des nids. Elle a un plumage majoritairement brun sans mouchetures sur les parties supérieures. La poitrine est blanche, le ventre noir. Les juvéniles ne sont pas décrits.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Southern Black Korhaan,
  • Sisón Negro Alioscuro,
  • Abetarda-d'asa-preta,
  • Gackeltrappe,
  • fekete túzok,
  • Zwarte Trap,
  • Otarda nera,
  • Svarttrapp,
  • Svarthalstrappe,
  • drop čiernokrídly,
  • drop bělolící,
  • Sorttrappe,
  • mustakaulatrappi,
  • Swartvlerkkorhaan,
  • sisó negre meridional,
  • dropik czarny,
  • Чёрная малая дрофа,
  • クロエリショウノガン,
  • 黑鸨,
  • 小黑鴇,

Voix chant et cris

Outarde korhaan
♂ adulte nuptial

Pendant la saison de reproduction, les outardes korhaan sont très bruyantes. Principalement à cette époque de l'année, les mâles délivrent en effet des cris rauques et puissants, des "krracker, krracker" qu'on peut entendre tout au long de la journée.

Habitat

L'outarde korhaan est si commune qu'on la trouve dans toutes sortes d'habitats, des dunes de sables du littoral jusqu'au haut-plateau herbeux du Highveld, entre 1200 m et 1800 m d'altitude. En fait, cette espèce affiche une certaine préférence pour les biotopes locaux appelés veld. Le mot veld (ou velt) désigne essentiellement mais pas exclusivement les larges espaces de la campagne en Afrique du Sud. Ces espaces ont un relief peu marqué et sont couverts d'herbe et d'arbustes. L'outarde korhaan fréquente également les étendues arides et les semi-déserts.

Comportement traits de caractère

Outarde korhaan
♂ adulte

Dans la nature, les outardes korhaan vivent en solitaire ou en couples. Elles recherchent une grande partie de leur nourriture à terre. Elles recueillent les proies et les matériaux en les picorant avec leur bec. Ces oiseaux chassent des petits reptiles tels que des lézards, des geckos et des serpents qui vivent dans les buissons. En ce qui concerne ces derniers, les outardes ne craignent pas les espèces venimeuses. Elles les frappent violemment à la tête et leur assènent un coup fatal qui les tue instantanément. Les outardes korhaan capturent également des insectes tels que les papillons, les guêpes, les abeilles, les locustes et les fourmis. Ces invertébrés sont généralement attrapés après une courte poursuite dans les airs.

Comme la plupart des autres espèces du genre Eupodotis, les outardes korhaan sont des oiseaux polygames. Pendant la saison de nidification, les mâles sont particulièrement bruyants, ce qui contraste avec le comportement des femelles qui sont très discrètes et difficiles à repérer. Ils effectuent des vols circulaires dans le ciel à une hauteur d'environ 15 mètres en poussant des cris très caractéristiques. A l'atterrissage, leurs pattes sont ballantes comme lors d'une descente en parachute et après avoir touché le sol, ils poursuivent leur course à grande vitesse sur une assez courte distance. Dès que le mâle s'est accouplé avec une femelle, il recherche une nouvelle partenaire, laissant sa partenaire initiale s'occuper seule de la nichée.

Alimentation mode et régime

Les outardes korhaan ont un régime mixte : elles consomment des matières végétales telles que les graines y compris celles d'acacia, des jeunes pousses vertes et des insectes. Elles complètent leur menu avec des petits reptiles.

Reproduction nidification

Les outardes korhaan déposent leur ponte sur le sol dans une petite dépression qu'ils ont préalablement grattée. Ce nid est éventuellement garni de quelques brins d'herbe et de quelques feuilles. Il est difficilement repérable car il est placé généralement sous un buisson afin de dissimuler la femelle qui couve et protéger les oisillons contre d'éventuels prédateurs. Au début de la période de reproduction, le mâle monte une garde vigilante et la femelle se montre très discrète. La femelle pond un ou deux œufs,de couleur vert-olive ou brune, avec des taches ou des marbrures brunes ou violettes. Dans la province du Cap, la saison de nidification se déroule d'août à octobre. Plus au nord, elle intervient d'octobre à février.

Distribution

L'outarde korhaan est endémique de l'Afrique du Sud. Depuis sa séparation avec l'outarde à miroir blanc, avec laquelle elle formait autrefois une espèce unique, cet oiseau est désormais considéré comme monotypique. Sur la côte ouest et sur la côte sud, son aire de distribution forme un "L" dont les deux bras se rejoignent au niveau du Cap de Bonne Espérance. Elle est parfaitement séparée de celle de l'outarde à miroir blanc qui est située plus au nord, au Botswana et en Namibie jusqu'à la frontière de l'Angola. Les deux espèces cohabitent et s'hybrident uniquement dans la vallée de la Fish river, juste au sud de la ville de Cradock, dans la Province Est du Cap.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les outardes korhaan sont communes à très répandues. La population mondiale, dont les effectifs n'ont pas été estimés, n'est absolument pas en danger. La déforestation pour la mise en valeur agricole des velds peut dans certains endroits provoquer de légers déclins.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 15/12/2009 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net