Grosbec casse-noyaux

Coccothraustes coccothraustes - Hawfinch

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Fringillidés

  • Genre
    :

    Coccothraustes

  • Espèce
    :

    coccothraustes

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 18 cm
  • Envergure
    : 29 à 33 cm.
  • Poids
    : 48 à 62 g
Longévité

10 ans

Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Fringillidés (fringilles dans le langage courant) sont des passereaux de taille petite à moyenne (9 à 25 cm de longueur). Leur plumage est extrêmement variable et souvent haut en couleurs. Leur bec court et conique est adapté à un régime granivore, mais non exclusif. Ils occupent des mili... lire la suite

Description identification

Grosbec casse-noyaux
♂ adulte plum. nuptial
Grosbec casse-noyaux
♀ adulte plum. nuptial

Le Grosbec casse-noyaux est un fringille inconfondable du fait de sa grande taille, de sa silhouette, de son plumage coloré et de sa grosse tête munie d'un très gros bec. En taille et corpulence, il est intermédiaire entre le moineau et l'étourneau (16-18 cm, 70-80 g).
La grosse tête et la queue courte lui confèrent une silhouette compacte qui en vol, alliée à des battements d'ailes puissants, est très particulière.
Le mâle adulte nuptial de la sous-espèce nominale qui habite le continent européen est très coloré. La tête est rousse avec l'arrière de la calotte châtain clair. Le bec conique très fort est bleu acier à gris sombre, bleu pâle à la base. Il est cerclé de noir, étroitement au niveau du front, plus largement ailleurs, le noir englobant l'oeil et formant bavette sur le menton. L'iris est rosâtre à brun rougeâtre.
La nuque et les côtés du cou sont gris clair en demi-collier, le manteau, le haut du dos et les petites couvertures alaires d'un brun soutenu, le bas du dos, le croupion et les sus-caudales de la couleur de la tête. Dans le prolongement du corps, la queue courte est de cette même couleur brun orange, largement terminée de blanc et avec les rectrices externes noirâtres. Les rémiges sont noires avec des zones blanches à la base qui ne se voient qu'en vol et avec des reflets bleus sur les primaires internes et les secondaires. Les primaires internes possèdent de plus de curieuses extrémités en pointes de flèche obtuses d'un bleu sombre brillant, vraiment uniques. Les grandes couvertures sont de trois couleurs dans leur partie visible, les externes terminées de noir, les intermédiaires blanches et les internes beige orange pâle. Les couvertures moyennes sont gris sombre et largement terminées de blanc.
Les parties inférieures, de la gorge au ventre, sont d'un beige vineux, plus clair au centre, à l'exception du bas-ventre et des sous-caudales qui sont blancs. Le dessous de l'aile est bicolore, blanc à l'avant (couvertures et base des rémiges) et gris à l'arrière. Les pattes sont roses.
La femelle adulte est identique au mâle, mais avec un plumage plus terne, des couleurs moins vives, le noir moins flagrant autour du bec. Il n'y a pas vraiment de plumage d'éclipse, mais les teintes sont moins vives en hiver et le bec plus pâle, rose à corne.
Le juvénile se distingue facilement à son plumage beaucoup plus fade encore que celui de la femelle. Sa tête est teintée de jaune, le manteau est marron pâle, les parties inférieures beige clair sont entièrement tachetées de brun, et l'ornementation bleue des rémiges est très réduite. Le bec est corne. Le jeune mâle se distingue déjà de la femelle au noir qui entoure la base de son bec. Le plumage évoluera ensuite progressivement vers l'état adulte tout au long de l'intersaison.
Les 6 sous-espèces décrites ne diffèrent que par des détails de mensurations et de couleurs.

Indications subspécifiques 6 sous-espèces

  • Coccothraustes coccothraustes coccothraustes (Europe to c Siberia and n Mongolia)
  • Coccothraustes coccothraustes buvryi (nw Africa)
  • Coccothraustes coccothraustes nigricans (s Ukraine, the Caucasus, ne Turkey and n Iran)
  • Coccothraustes coccothraustes humii (s Kazakhstan and e Uzbekistan to ne Afghanistan)
  • Coccothraustes coccothraustes shulpini (se Siberia, ne China and Korea)
  • Coccothraustes coccothraustes japonicus (Kamchatka Pen., Sakhalin and Kuril Is. and Japan)

Noms étrangers

  • Hawfinch,
  • Picogordo común,
  • Bico-grossudo,
  • Kernbeißer,
  • Meggyvágó,
  • Appelvink,
  • Frosone,
  • Stenknäck,
  • Kjernebiter,
  • glezg obyčajný,
  • dlask tlustozobý,
  • Kernebider,
  • nokkavarpunen,
  • durbec comú,
  • Kjarnbítur,
  • grubodziób (zwyczajny),
  • dižknābis, svirpis,
  • dlesk,
  • Обыкновенный дубонос,
  • シメ,
  • 锡嘴雀,
  • 蠟嘴雀〔錫嘴雀〕,

Voix chant et cris

Grosbec casse-noyaux
♂ adulte plum. nuptial

On s'attendrait à un chant puissant et sonore de la part de ce gros fringille, eh bien pas du tout. Le chant du grosbec est une suite brève et peu variée de notes simples, de tonalité élevée et au timbre "métallique". Il est peu musical et porte peu. Il passe inaperçu dans le concert matinal qui anime la forêt au printemps.
En revanche, ses cris sonores eux ne passent pas inaperçus. Il possède deux cris habituels. Tout d'abord le plus fréquent, un "tik" métallique percutant, portant loin. A distance, il fait penser à celui du rougegorge. Il est émis en toutes circonstances, au vol comme au posé. L'autre cri est un "siih" appuyé que l'oiseau peut moduler à sa guise. Ces deux cris sont souvent émis en alternance. Ce sont des cris de contact entre partenaires ou entre membres d'un groupe. Les oiseaux en migration émettent des "siiiih" plus fins et étirés, destinés probablement à maintenir la cohésion du groupe.

Habitat

Grosbec casse-noyaux
♂ adulte

Le Grosbec casse-noyaux est avant tout un oiseau forestier. Dans l'ouest de son aire, il apprécie surtout les forêts de feuillus, tout particulièrement les chênaies, tandis qu'à l'est, il fréquente aussi bien les forêts mixtes que les forêts de conifères comme les pinèdes ou les junipéraies.

En revanche, il n'occupe pas la taïga nordique.
De ce milieu forestier d'origine il peut déborder à la faveur des parcs et jardins, vergers et autres milieux arborés anthropisés. Sa présence et son abondance sont déterminées par l'abondance des graines dont il se nourrit majoritairement, d'où une variabilité inter-annuelle qui peut être importante. D'une saison à l'autre, il peut aussi y avoir des changements d'habitat avec des déplacements conséquents.
L'oiseau exploite toutes les strates de végétation, du sol à la canopée suivant la saison et la ressource disponible. Quant à la nidification, elle se fait exclusivement sur des ligneux élevés.

Comportement traits de caractère

Grosbec casse-noyaux
♂ adulte plum. nuptial

Le Grosbec casse-noyaux est un oiseau difficile à observer. Cela tient déjà au milieu forestier qu'il fréquente et qui est "fermé" par définition. De plus, il a l'habitude de se percher haut dans les arbres et de voler au-dessus de la canopée. Par ailleurs, c'est un oiseau plutôt farouche qui se laisse difficilement approcher. Enfin, il n'est jamais abondant comme peut l'être le pinson par exemple.
C'est plutôt en dehors de la période de reproduction qu'on aura les meilleures opportunités pour l'observer, en particulier l'hiver à la mangeoire si on a de la chance. En effet, il ne dédaigne pas les postes de nourrissage hivernal et les graines de tournesol qu'il y trouve, en vertu de la loi du moindre effort qui n'est pas propre à l'Homme.
On peut aussi le voir assez facilement en circulant en forêt à l'automne ou au printemps. Il se pose sur les bas-côtés des routes pour glaner les graines de hêtres ou de charmes, s'envolant au dernier moment. Sa corpulence, sa silhouette ramassée, le blanc de ses ailes et de sa queue attirent l'attention.
En période de migration, tout particulièrement quand la reproduction a été bonne mais qu'ensuite la ressource se raréfie, il émigre en nombre vers le sud-ouest et son passage en troupes bruyantes peut alors revêtir un caractère inhabituel, décelable sur les points de suivi de la migration comme il en existe de nombreux.

Grosbec casse-noyaux
♂ adulte

Le grosbec est monogame et territorial en saison de reproduction, mais la territorialité n'est pas très forte et les couples nuptiaux peuvent former des colonies lâches. Dès les jeunes émancipés, les liens familiaux s'estompent, les individus deviennent grégaires et se déplacent en troupes. L'importance des déplacements est variable d'une population et d'une saison à l'autre. Les oiseaux des régions tempérées sont erratiques ou migrateurs partiels tandis que ceux des régions à climat continental marqué sont tous migrateurs.
La caractéristique morphologique la plus visible de l'espèce est son bec imposant qui va de pair avec une musculature très développée, d'où la grosse tête de l'oiseau. Les mandibules développent une puissance telle qu'elles peuvent casser jusqu'à des noyaux de cerises pour accéder aux amandes. C'est cette adaptation qui lui a valu son nom français. De plus, l'intérieur du bec est pourvu de stries permettant de bien caler la graine ou le noyau.
Les bagueurs connaissent bien cette caractéristique spécifique et évitent lors des séances de baguage de se faire pincer le doigt par un grosbec car c'est très douloureux.

Vol

Grosbec casse-noyaux
♂ adulte plum. nuptial

Le vol du Grosbec casse-noyaux est un vol direct et rapide. Les battements d'ailes sont puissants, les séquences battues alternant avec d'autres, brèves, ailes repliées, comme chez tous les fringilles.

Grosbec casse-noyaux
♂ adulte
Mais le vol est tellement énergique qu'il est à peine onduleux. La silhouette de l'oiseau, sa taille, le blanc des ailes et de la queue, enfin les caractéristiques de son vol sont typiques et permettent de le reconnaître assez facilement, d'autant plus que les cris émis alors sont eux-mêmes typiques.

Alimentationmode et régime

Grosbec casse-noyaux
♀ adulte

Le Grosbec casse-noyaux est porté naturellement vers les items végétaux pour son alimentation. Le régime comporte des graines très diverses, mais surtout de ligneux, y compris les grosses graines à enveloppe dure.

Grosbec casse-noyaux
♂ adulte
Avec son énorme bec, il est capable de casser par exemple des noyaux de cerises par la seule pression des mandibules qui développent une puissance de plus de 50 kg. Il consomme aussi des bourgeons en fin d'hiver, de jeunes pousses d'arbres au printemps, des fruits en fin de belle saison. Concernant les fruits, il est plus intéressé par les graines qu'ils contiennent que par la pulpe qui est souvent rejetée, comme le fait aussi le bouvreuil.
Les jeunes sont nourris, comme chez tous les fringilles, de proies animales, invertébrés divers, larves d'insectes comme les chenilles, etc.
L'hiver, on peut l'attirer à la mangeoire avec des graines de tournesol.

Reproduction nidification

Grosbec casse-noyaux
♀ adulte

La saison de reproduction du Grosbec casse-noyaux s'étend de fin mars à fin juillet et varie suivant la latitude et les conditions climatiques des régions occupées. L'espèce est monogame et n'élève qu'une nichée annuellement.
Le mâle parade devant les femelles, ailes pendantes, le corps horizontal basculant alternativement à droite et à gauche, ponctuant sa démonstration de cris. Il offre aussi de la nourriture à la femelle, en la lui donnant directement dans le bec. A cette période, il se montre particulièrement agressif et nerveux.


Le Grosbec casse-noyaux nidifie d'habitude en couples isolés, mais aussi parfois en colonies lâches. Tout dépend des capacités d'accueil du milieu. Un bosquet peut très bien n'héberger qu'un seul couple...ou aucun.
Le mâle choisit le site du nid et commence à construire, presque toujours à plus de trois mètres de hauteur dans un ligneux. En Europe de l'Ouest, l'assise du nid est faite de brindilles entrelacées et assez plate. La coupe est ensuite garnie surtout de radicelles par la femelle. Le nid ressemble ainsi à un grand nid de Bouvreuil pivoine. Ailleurs sur le continent, sa composition peut varier en fonction de l'environnement forestier.
La femelle y dépose 3 à 5 œufs de teinte claire, ivoire, gris, bleu ou vert pâle, avec de nettes taches sombres isolées. L'incubation dure de 11 à 13 jours, assurée par la femelle qui est nourrie au nid par le mâle. Les oisillons sont nourris d'insectes, surtout de chenilles, par les parents. Ils quittent le nid à l'âge de 12 à 13 jours, mais restent sous la dépendance des adultes pendant encore une 15e de jours, mais ne deviennent indépendants qu'au bout d'un mois. Ensuite, ils se fondent en groupes pluri-familiaux.
Le succès reproducteur peut être élevé, par exemple de près de 75 % dans une étude hollandaise portant sur près de 300 oeufs. Adultes et jeunes sont des proies habituelles de l'Autour des palombes et de l'Epervier d'Europe.

Distribution

Grosbec casse-noyaux
♂ juvénile

Le Grosbec casse-noyaux occupe les forêts tempérées du continent eurasiatique en une bande continue qui s'étend de la côte atlantique à la région russe de l'Amour, avec une extension jusqu'au sud du Kamtchatka via les Kouriles. Au nord, l'aire de répartition ne concerne que le sud de la Scandinavie. Au sud, les régions les plus méridionales occupées sont le Maghreb, le nord de la Turquie (Chaine pontique), le nord de l'Iran (Monts Elbourz), le Tien Shan et la Corée du Nord.
Les populations des extrémités de l'aire, l'européenne et l'est-asiatique, sont sédentaires, erratiques, ou tout au plus migratrices partielles. En revanche, celles de Russie sont entièrement migratrices, conditions hivernales obligent. L'aire d'hivernage recouvre en grande partie l'aire de reproduction, mais la déborde un peu vers le sud. A l'ouest, elle englobe le pourtour méditerranéen et l'Asie mineure, tandis qu'à l'est, elle s'étend jusqu'en Chine méridionale, en Corée du Sud et au Japon.

Menaces - protection

Grosbec casse-noyaux
♂ adulte plum. nuptial
Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le grosbec n'est actuellement pas menacé. Il est assez commun à commun dans les forêts qui lui conviennent, mais jamais abondant. Les résultats du programme français STOC-EPS montrent que sur les 20 dernières années, l'espèce est en augmentation modérée, ce qui est une bonne nouvelle dans un contexte général morose. Il faut dire que le milieu forestier résiste mieux que les autres à la perte de biodiversité.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Grosbec casse-noyauxFiche créée le 08/10/2019 par
publiée le - modifiée le 2019-10-09 12:05:04 © 1996-2019 Oiseaux.net