Perruche de Müller

Tanygnathus sumatranus - Blue-backed Parrot

Systématique
  • Ordre
    :

    Psittaciformes

  • Famille
    :

    Psittaculidés

  • Genre
    :

    Tanygnathus

  • Espèce
    :

    sumatranus

Descripteur

Raffles, 1822

Biométrie
  • Taille
    : 32 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 173 à 334 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les adultes, la tête et le manteau son vert-jaune pâle, le manteau affichant une nuance légèrement plus jaunâtre. Le bas du dos, le croupion et les couvertures sus-caudales sont fortement infiltrés de bleu clair. Les ailes présentent un vert plus foncé que le manteau avec de fins liserés jaunâtres sur les couvertures. Les couvertures primaires sont tachées de bleu. Le bord de traîne est orné de bleu-turquoise sur les filets intérieurs. Les rémiges primaires sont vertes à l'extérieur et noirâtres à l'intérieur. Les couvertures sous-alaires sont vert jaunâtre, le dessous des rémiges est noirâtre.
Les parties inférieures sont entièrement vert jaunâtre clair. Le dessus de la queue est vert moyen avec des marques jaunâtres sur les filets intérieurs des rectrices les plus externes. Le dessous de la queue varie du jaune au brun terne.
Le bec est rouge, les iris jaunes. Les pattes affichent une teinte grise.
La femelle ressemble au mâle mais elle a un bec jaune pâle, moins de jaune sur le manteau et moins de bleu sur les couvertures alaires. Les jeunes mâles n'acquièrent leur bec rouge qu'au bout de 10 à 12 mois.
Les différentes sous-espèces n'ont pas des différences très marquées. Chez la race everetti, la tête est d'un vert plus foncé, le croupion et le bas du dos sont d'un bleu plus sombre. La race duponti est assez semblable mais le cou est entouré d'un net collier jaune. La race freeri a un plumage plus jaunâtre et un manteau plus bleu pâle. La race sangirensis diffère peu de la race nominale hormis le bord de traîne plus bleu. La race burbidgii a un croupion et des sus-caudales bleu très foncé.

Indications subspécifiques 5 Sous-espèces

  • Tanygnathus sumatranus sumatranus (Sulawesi and nearby islands)
  • Tanygnathus sumatranus duponti (Luzon. n Philippines.)
  • Tanygnathus sumatranus freeri (Polillo I.. n Philippines.)
  • Tanygnathus sumatranus everetti (Visayan Is. and Mindanao. Philippines.)
  • Tanygnathus sumatranus burbidgii (Sulu Arch.. sw Philippines.)

Noms étrangers

  • Blue-backed Parrot,
  • Loro de Müller,
  • Everettpapagei,
  • éjszakai madapapagáj,
  • Mullers Papegaai,
  • Pappagallo groppazzurra,
  • Müllers papegoja,
  • Asurgumppapegøye,
  • ladniak olivový,
  • papoušek rudozobý,
  • Grøn Grovnæbspapegøje,
  • vihernokkakaija,
  • lloro becgròs de Muller,
  • papuga zielona,
  • Мюллеров благородный попугай,
  • Betet-kelapa punggung-biru,
  • ササハインコ,
  • 蓝背鹦鹉,
  • 蘇門答臘藍背鸚鵡,

Voix chant et cris

En vol et pendant la nuit, les perruches de Müller lancent des "kea" ou des "ki-ek....ki-ek......ki-ek" rudes et stridents. On peut également entendre des étranges séries de cris grinçants et des notes qui ont une claire sonorité de cloche. Le chant est réputé comme puissant, rauque et sonnant, plus profond et plus guttural que la voix des autres espèces du genre Tanygnathus.

Habitat

Les perruches de Müller fréquentent principalement les forêts de plaine et de basse montagne. On peut les observer le long des lisières des zones boisées et parfois à l'intérieur des plantations et des rizières jusqu'à 800 mètres d'altitude. Elles apprécient les parcelles éparses dans les régions qui ont été éclaircies. Elles aiment également les tourbières et les forêts de marécage. C'est surtout un oiseau des zones intérieures qui marque une certaine réticence pour les régions qui bordent le littoral.

Comportement traits de caractère

Les perruches de Müller vivent généralement en couples ou en petites bandes pouvant aller jusqu'à 15 individus. Aux îles Sulu, elles cohabitent avec les perruches de Luzon (Tanygnathus lucionensis). Ces oiseaux ne sont pas craintifs et on peut assez facilement les approcher. Ils on une fort mauvaise image car ils sont réputés pour provoquer de profonds dommages dans les cultures, en particulier dans celles de céréales. Les perruches de Müller ont souvent une activité nocturne, ce qui constitue une excellente protection car elle rend l'intervention des agriculteurs très difficile. Elles sont sans doute sédentaires, aucun mouvement de population n'ayant été répertorié.

Alimentation mode et régime

Les perruches de Müller ont un régime presque exclusivement végétarien. Elles recherchent leur nourriture dans les myrtes du genre Leptospermum ou dans les figuiers. Elles consomment surtout des graines, des fruits, des noix et des baies. Elles pénètrent également dans les terres agricoles pour prélever des graines cultivées, notamment les graines murissantes de céréales.

Reproduction nidification

On possède vraiment peu de renseignements sur leur cycle de reproduction. Vu la condition des femelles, ces perruches nichent au mois d'avril à Samar, dans le centre-est des Philippines. Ailleurs, la saison se déroule sans doute en octobre-novembre. En septembre, les couples prospectent activement pour trouver des trous d'arbres qui leur conviennent pour installer leur couvée. A Sulawesi, les juvéniles sont nombreux à la fin du mois de novembre. Les nids sont placés dans des cavités à une grande hauteur, 30 et parfois même 50 mètres au-dessus du sol. La ponte comprend 2 ou 3 œufs de forme élliptique et mesurant en moyenne 42 millimètres sur 30. Pas d'information sur la durée d'incubation ni sur le soin parental.

Distribution

Les perruches de Müller sont originaires du sud-est du continent asiatique. Ces oiseaux vivent uniquement dans les îles. Leur aire de répartition couvre principalement Sulawesi et les Philippines. Autour de Sulawesi, on les trouve dans les petites îles avoisinantes : Buton et Tobea au sud-est, l'archipel des Banggai et des Togians à l'est, Talisei, Bangka et Manadotua au nord. Dans la partie de l'océan Pacifique qui relie Sulawesi aux Philippines, ils vivent dans le groupe des îles Sangir et des îles Talaud. Comme la majorité des oiseaux insulaires, cette espèce est divisée en de nombreuses races. Six sont officiellement reconnues : T. s. sumatranus (Sulawesi et les îles avosinantes) - T. s. sangirensis (îles Sangir et Karakelong dans l'archipel des Talaud) - T. s. burbidgii (archipel de Sulu) - T. s. everetti (Panay, Negros, Leyte, Samar et Mindanao, aux Philippines) - T. s. duponti (Luzon) - T. s.freeri ( îles Potillo).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les perruches de Müller sont assez rares dans les grandes îles des Philippines. Par contre, elles sont très communes à Sulawesi et au îles Sulu. Toutefois, la détérioration de leur habitat et leur commercialisation sous le nom de Tanygnathus heterurus ont sans doute poussé cette espèce vers le déclin dans ces dernières régions. D'après Tony Juniper, la population mondiale est estimée à environ 50 000 individus. Selon Birdlife, l'espèce n'est pas menacée et ne souffre d'aucun problème majeur.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Perruche de MüllerFiche créée le 25/12/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net