Petit-duc de Cuba

Margarobyas lawrencii - Bare-legged Owl

Systématique
  • Ordre
    :

    Strigiformes

  • Famille
    :

    Strigidés

  • Genre
    :

    Margarobyas

  • Espèce
    :

    lawrencii

Descripteur

Sclater, PL Salvin, 1868

Biométrie
  • Taille
    : 23 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 80 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les petits-ducs de Cuba ont une tête ronde relativement réduite et de longues pattes nues. Ils sont très semblables aux chevêchettes des terriers, mais leur taille est bien plus petite. Ils n'ont pas d'aigrettes sur le sommet de la tête, leurs sourcils et leurs lores blancs sont très visibles. La queue est longue, si bien que l'extrémité des ailes atteint à peine la moitié des rectrices. Les chevêchettes de Cuba (Glaucidium siju) sont nettement plus petites, leurs pattes sont plus brèves et sont partiellement emplumées. Elles se distinguent également par leurs petits iris jaunes.
Chez les adultes, les petits-ducs de Cuba ont un disque facial blanc chamoisé entouré par un bandeau extérieur à peine discernable. Les sourcils blancs sont très proéminents. il n'y a pas d'aigrettes. Les parties supérieures affichent une couleur brune parfois rousse avec des taches noirâtres sur le capuchon et sur l'arrière du cou. Les plumes du manteau et des couvertures alaires ont des terminaisons blanches et des taches plus sombres sur le centre. Certaines scapulaires ont de petites taches blanchâtres, ce qui provoque un trait clair à travers des épaules qui est plus ou moins visible. Les vexilles externes des primaires ont des taches blanchâtres alors que les vexilles internes sont uniformément brunes. Les secondaires présentent des petites barres blanches. Il n'y a que 10 paires de rectrices. Celles qui sont situées le plus à l'extérieur ont de fines barres blanches. Les rectrices centrales ont une couleur unie. Les parties inférieures sont blanc-crème avec quelques infiltrations de chamois. Le cou et la gorge sont plus ou moins nuancés de chamois-brun et mouchetés de noir. La totalité du dessous est orné d'évidente stries sombres en forme de gouttes. Les longs tarses et les orteils sont complètement nus.
Les poussins ont un duvet blanchâtre. Le plumage intermédiaire est semblable à celui des adultes mais avec moins de taches. A l'âge d'un an, les rectrices sont normalement d'un brun uniforme.
Les iris son bruns, parfois jaunâtres. La cire et le bec sont jaune grisâtre. Les pattes et les pieds ont une belle couleur brun jaunâtre. Les griffes ont une couleur corne avec des extrémités plus sombres.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Bare-legged Owl,
  • Autillo Cubano,
  • Corujinha-cubana,
  • Kubaeule,
  • kubai füleskuvik,
  • Cubaanse Schreeuwuil,
  • *Assiolo zampenude,
  • Kubansk dvärguv,
  • Gulbeinugle,
  • výrček kubánsky,
  • výreček kubánský,
  • Cubadværghornugle,
  • kuubanpöllönen,
  • xot de Cuba,
  • gołonóg,
  • Кубинская совка,
  • ユビナガフクロウ,
  • 古巴角鸮,
  • 裸腿角鴞,

Voix chant et cris

Le chant du mâle est un "coo-coo-coo guguguk" peu puissant qui s'accélère légèrement sur la fin. La femelle répond parfois avec des "yiu-yiu-yiu" très aigus et infléchis vers le bas. Apparemment, les petits-ducs de Cuba n'ont qu'une seule sorte de chant. Le reste du répertoire n'est pas renseigné.

Habitat

Les petits-ducs de Cuba fréquentent les forêts et les fourrés ainsi que les contrées calcaires pourvues de grottes et de crevasses. On peut les apercevoir dans les forêts humides de plaine, y compris dans les parcelles qui ont subi des transformations substancielles.
Comme leur nom l'indique bien, ces oiseaux sont endémiques de Cuba, dans les grandes Antilles. Leur aire de distribution couvre la totalité de la superficie de l'île, de la pointe de Quemado à l'est jusqu'au cap de San Antonio à l'ouest. On les trouve également dans l'île des pins (Isla de la Juventud), au large de la côte méridionale.

Comportement traits de caractère

Les petits-ducs de Cuba ont une activité nocturne. Pendant la journée, ils se reposent dans les arbres qui ont un feuillage épais, mais également dans des fourrés qui sont fournis, dans des crevasses de rochers ou dans des grottes. Tout comme la chevêchette des terriers, ces oiseaux vivent souvent à terre où ils recherchent le plupart de leurs proies. Avec leurs ailes relativement brèves et leur queue plutôt allongée, ces hiboux sont capables de s'adapter à de nombreux types d'habitats et ils peuvent voler aussi bien dans les forêts denses que dans les lieux ouverts qui sont pourvus de rochers.

Alimentation mode et régime

Les petits-ducs de Cuba se nourrissent principalement d'insectes et d'autres arthropodes. Ils attrapent aussi des grenouilles et plus rarement des petits oiseaux. Ils chassent surtout à terre mais il leur arrive aussi parfois de chasser à l'affût à partir d'un perchoir. Dans ce dernier cas, ils plongent ils se laisser glisser sur le sol pour se saisir de leur victime.

Reproduction nidification

Les petits-ducs de Cuba nichent pendant les six premiers mois de l'année. Un trou dans une crevasse de falaise, une cavité d'arbre ou une grotte dans une région calcaire conviennent parfaitement pour faire office de nid. La femelle dépose généralement 2 œufs de couleur blanche qu'elle couve seule. Le site de nidification est utilisé par le couple pendant de nombreuses années consécutives. Pas de renseignements concernant la durée d'incubation et le soin parental.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après König, le statut de cette espèce est incertain. Elle est pourtant réputée comme assez commune sur l'ensemble de son aire de distribution. D'après Birdlife, son territoire mesure 110 000 kilomètres carrés et ses effectifs ne sont pas quantifiés. Néanmoins, la population semble stable en l'absence de véritables menaces. Le petit-duc de Cuba est donc classé comme de préoccupation mineure (LC).

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 04/05/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net