Petit-duc de Watson

Megascops watsonii - Tawny-bellied Screech Owl

Systématique
  • Ordre
    :

    Strigiformes

  • Famille
    :

    Strigidés

  • Genre
    :

    Megascops

  • Espèce
    :

    watsonii

Descripteur

Cassin, 1849

Biométrie
  • Taille
    : 24 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 115 à 155 g
Distribution

Distribution

Description identification

Relativement foncé, ce hibou de moyenne taille présente un dessus gris-brun sombre avec de petites taches pâles , si bien que son menton a une apparence poussiéreuse ou poivrée. Les aigrettes sont relativement longues et sombres. Le haut de la poitrine affiche une nuance sombre avec des vermiculures plus ou moins claires. Le reste des parties inférieures est brun-sombre ou rouilleux avec des stries longitudinales, des barres en croix ou bien de fines vermiculures.
Le centre de la poitrine et l'abdomen sont ocre-brun avec moins de motifs. Les tarses sont emplumés jusqu'à la base des pieds. Les iris varient de l'ambre jaunâtre au brunâtre orange.
Bien qu'elle soit très semblable, la sous-espèce du sud (usta) est légèrement plus grande (23-24 cm contre 19-22). Elle possède un lavis rouille sur le dessus, son capuchon est plus sombre et plus épais. Le dessous a des stries longitudinales plus marquées. Le ventre est plus roux avec des vermiculures plus abondantes. On le trouve surtout au sud de l'Amazone mais il cohabite localement avec son compagnon nordique. Leurs chants sont sensiblement différents, ce qui justifie peut-être une restructuration de l'espèce.
Les petits-ducs de Watson peuvent aussi être confondus avec les petits-ducs de Peterson et les petits ducs cholibas. Les juvéniles ne sont pas décrits.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Megascops watsonii watsonii (n of the Amazon)
  • Megascops watsonii usta (s of the Amazon)

Noms étrangers

  • Tawny-bellied Screech Owl,
  • Autillo del Amazonas,
  • Corujinha-orelhuda,
  • Watsoneule,
  • Watson-füleskuvik,
  • Donkerbruine Schreeuwuil,
  • Assiolo panciafulva,
  • Gulbröstad dvärguv,
  • Amazonugle,
  • výrček mahagónový,
  • výreček Watsonův,
  • Brunbuget Dværghornugle,
  • amazonianpöllönen,
  • xot de Watson,
  • syczoń amazoński,
  • Буробрюхая совка,
  • チャバラオオコノハズク,
  • 茶腹角鸮,
  • 茶腹鳴角鴞,

Voix chant et cris

De la part du mâle, le chant principal est une longue et régulière série de notes en "ou" qui est émise à un rythme rapide pendant environ 20 secondes ou un peu plus. Elle commence doucement et monte progressivement en volume avant de s'éteindre graduellement, ce qui donne "bouboubouboubouboubou". Ce chant est assez équivalent à celui du petit-duc de Peterson qui vit en Équateur. Le chant des populations du sud est légèrement plus nuancé : même commencement, même montée en volume mais une fin où les notes mettent plus de temps à mourir.
Le second chant est plus bref et plus saccadé. Il est délivré au crépuscule alors que le chant principal est produit pendant la nuit. La femelle a des vocalisations plus aiguës que celles de son partenaire.

Habitat

Les petits-ducs de Watson fréquentent l'intérieur des forêts pluviales de plaine, les vieilles forêts primaires et les parcelles secondaires parvenues à un bon stade de maturité. On les trouve occasionnellement dans les clairières et à la lisière des zones boisées. Les populations qui vivent au Pérou et au sud de l'Amazone (usta) occupent également les parcelles résiduelles de forêt qui longent les cours d'eau. Leurs lieux de vie préférés se situent à l'étage inférieur des arbres. On les aperçoit habituellement à moins de 30 mètres au-dessus du sol. Il leur arrive même de descendre à terre ou dans le sous-bois. Les petits-ducs de Watson ne dépassent pas l'altitude de 600 mètres.

Comportement traits de caractère

Les petits-ducs de Watson ont des mœurs nocturnes mais parfois ils commencent à chanter bien avant le tombée du crépuscule, ou avant l'aube au Venezuela. Le comportement de ces oiseaux est semblable à celui des autres petits-ducs mais ils préfèrent en général l'intérieur des forêts dont ils fréquentent l'étage inférieur et où ils grimpent rarement à plus de 10 mètres au-dessus du sol. Les populations nordiques montent un peu plus haut dans les arbres sans toutefois dépasser la moitié de la hauteur des troncs.
Lorsqu'ils commencent à chanter avant le lever du soleil, les petits-ducs de Watson sont capables de stationner sur le même perchoir pendant un long moment.

Alimentation mode et régime

Les petits-ducs de Watson ont un menu peu varié, ils consomment principalement des insectes et d'autres sortes d'arthropodes. Occasionnellement, ils ingurgitent aussi des petits vertébrés et des animaux à squelette.

Reproduction nidification

Les petits-ducs de Watson nichent dans des cavités naturelles d'arbres ou dans des trous d'arbres qui ont été abandonnés par d'autres espèces. Bien que l'on ne possède pas de renseignements très précis, il est vraisemblable que l'écologie reproductive soit semblable à l'ensemble des autres espèces du genre Mégascops.

Distribution

Ce hibou de moyenne taille a toujours été considéré comme une espèce plurispécifique, la ligne naturelle qui sépare très nettement les 2 races étant le cours de l'Amazone.
M. w. watsonii - Northern Tawny-bellied Screech-owl - plaines à partir de l'est de la Colombie jusqu'au nord-est du Pérou, l'ouest de la Guyane Française et le nord du Brésil (nord du fleuve Aùazone).
M. w. usta - Southern Tawny-bellied Screech-owl - est du Pérou et sud du fleuve Amazone jusqu'aux plaines forestières du nord de la Bolivie et let le nord du Mato Grosso.
Mais, de plus en plus, on a tendance à classer les 2 sous-espèces comme 2 espèces à part entière, les 2 entités nouvellement créées s'appelant respectivement scops de Waston et scops d'Usta.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement en danger. Toutefois, son statut est incertain car les renseignements qui nous parviennent sur cet oiseau sont très succincts. A partir du moment où son habitat semble restreint à la forêt, il est probable que la principale menace qui le vise est principalement la destruction de son habitat.
Pourtant, la race nominale bénéficie de nombreuses zones protégées telles que le Parc National Amacayacu en Colombie ou la réserve forestière Ilmataca à la frontière du Venezuela et de la Colombie.
Le statut de cette espèce réclame une nouvelle révision.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 13/11/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net