Petit-duc guatémaltèque

Megascops guatemalae - Middle American Screech Owl

Systématique
  • Ordre
    :

    Strigiformes

  • Famille
    :

    Strigidés

  • Genre
    :

    Megascops

  • Espèce
    :

    guatemalae

Descripteur

Sharpe, 1875

Biométrie
  • Taille
    : 23 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 100 à 150 g
Distribution

Distribution

Description identification

Cet oiseau est similaire en taille et en coloration au petit-duc vermiculé. Cependant, ce dernier affiche des pattes et des tarses emplumés, des griffes plus longues, plus fines avec une teinte plus ténébreuse. Il a une queue plus brève et les projections de ses ailes ne dépassent pas l'extrémité de ses rectrices. Leurs silhouettes sont donc légèrement différentes.
Les parties inférieures sont plus nettement striées, les motifs forment des barres en croix et sont moins vermiculés. Le capuchon est plus ou moins barré de sombre qui ressort sur le fond gris-brun. Le disque facial est entouré par un bandeau qui est nettement moins prononcé.
Le sourcil est blanc, les aigrettes sont minuscules. Le bec vert-olive contraste avec les yeux jaunes.
Il y a deux formes différentes : une grise, une rousse.
Les poussins ont un duvet blanchâtre. Le mésoptile des jeunes n'est guère différent de celui des adultes. Les immatures proches de leurs parents commencent à avoir des barres indistinctes sur la tête, sur la nuque, le manteau et les parties inférieures.

Indications subspécifiques 5 Sous-espèces

  • Megascops guatemalae hastatus (Sonora and Chihuahua to Sinaloa, Oaxaca. Mexico.)
  • Megascops guatemalae cassini (Tamaulipas to n Veracruz. e Mexico.)
  • Megascops guatemalae fuscus (c Veracruz. e Mexico.)
  • Megascops guatemalae guatemalae (Yucatán Pen., Cozumel I., se Veracruz and ne Oaxaca. Mexico. to Honduras)
  • Megascops guatemalae dacrysistactus (n Nicaragua)

Noms étrangers

  • Middle American Screech Owl,
  • Autillo Guatemalteco,
  • Corujinha-de-roraima,
  • Rotgesichteule,
  • guatemalai füleskuvik,
  • Roodwangschreeuwuil,
  • Assiolo del Centroamerica,
  • Guatemaladvärguv,
  • Mestisugle,
  • výrček ropuší,
  • výreček guatemalský,
  • Guatemaladværghornugle,
  • amerikanpöllönen,
  • xot de Guatemala,
  • syczoń zmienny,
  • Краснолицая совка,
  • ハラグロオオコノハズク,
  • 中美角鸮,
  • 瓜地馬拉鳴角鴞,

Voix chant et cris

Le chant principal du mâle est une longue série de trilles avec des "ou" nombreux qui durent parfois vingt secondes. Cette phrase est répétée après une pause. Ce chant commence doucement, augmente progressivement en volume et en hauteur puis se termine de façon abrupte. Il présente de nombreuses similitudes avec celui du petit-duc vermiculé, mais il est plus rapide et légèrement plus court. Le chant de la femelle est globalement semblable mais il est moins aigu.
Le second chant est une série de notes saccadées et rapides qui reproduisent le bruit d'une balle de ping-pong qui rebondit sur une table et qui résonne de la façon suivante "bup-bup-bup-bup-bup bupphububu bububurrt". Pendant la parade, la femelle délivre un chant identique mais plus élevé de concert avec son partenaire.

Habitat

Les petits-ducs guatémaltèques fréquentent une variété de boisements qui vont des forêts humides aux parcelles semi-arides. On les trouve dans les peuplements qui sont pourvus de feuillages sempervirents ou semi-caduques ainsi que dans les broussailles formant des groupements denses. Ces rapaces de moyenne taille vivent du niveau de la mer jusqu'à 1 500 mètres d'altitude.

Comportement traits de caractère

Les petits-ducs guatémaltèques sont des oiseaux nocturnes. Pendant la partie diurne de la journée, ils se dissimulent dans les feuillages épais ou dans les cavités naturelles de troncs. Ils sont très difficiles à apercevoir même lorsqu'ils délivrent leurs vocalises car ils choisissent la plupart du temps des perchoirs de chant qui les mettent à l'abri des intrus et des prédateurs.
Bien que ces oiseaux soient extrêmement discrets et peu actifs, ils sont motivés par les chants de leur comparses qui s'approchent de la cavité.
Leur comportement général est assez semblable à celui des autres ducs du genre Megascops.
Les petits-ducs guatémaltèques sont présumés sédentaires.

Alimentation mode et régime

Les petits-ducs guatémaltèques consomment en priorité des insectes et des gros arthropodes. Leurs relativement longues griffes et leurs très fines pattes leur permettent de s'adapter à leur environnement et à leurs proies qu'ils saisissent avec la partie inférieure du corps.
Claus König fournit le détail du régime alimentaire : mantes religieuses, phasmes et gros insectes à carapaces constituent la partie principale du menu. Les petits mammifères terrestres à squelette sont également appréciés, mais dans une proportion moindre que celle des insectes.
Les petits-ducs guatémaltèques vagabondent en nombre à la lisière des zones boisées, ils y capturent leurs victimes en vol, dans les branches et même parfois sur le sol. Quand ils sont perchés, ces chasseurs efficaces plongent rapidement vers le sol.

Reproduction nidification

Les cavités naturelles d'arbres, les nœuds importants sur les troncs et sur les branches, et les nids abandonnés de pics et de Pic verts constituent les sites les plus souvent utilisés pour la nidification. Les anciens nids de trogon sont également beaucoup appréciés. La ponte se déroule principalement en mars et en avril. Dans la péninsule du Yucatán, les couvées sont visibles au mois de juin. Elles contiennent 2 ou 3 œufs de couleur blanche qui sont déposés sur des copeaux et des débris de bois qui étaient déjà présents dans le fond.
La biologie reproductive de cet oiseau ressemble par bien des aspects à celle des autre petits-ducs d'Amérique Centrale. Toutefois, il faut recueillir d'autres informations pour éviter toute confusion et identifier précisément les mœurs et les chants de cet oiseau.

Distribution

Malgré son nom, le petit-duc guatémaltèque est surtout originaire du Mexique. Sur le versant pacifique, il occupe la côte du Sonora à l'Oaxaca. Sur le versant atlantique, son aire couvre le littoral du Tamaulipas au Chiapas. On le trouve aussi aux Belize, Guatemala, Honduras, Nicaragua et Costa Rica. Il y a officiellement 7 sous-espèces :
M. g. tomlini - nord-ouest du Mexique (sud de Sonora, sud-ouest de Chihuahua jusqu'au sud de Sinaloa).
M. g. hastatus - ouest du Mexique, du sud-ouest du Sinaloa jusqu'à Oaxaca.
M. g. cassini - est du Mexique (sud du Tamaulipas, sud-est de San Luis Potosi et nord de Veracruz).
M. g. fuscus - centre de Veracruz.
M. g. thompsoni - presqu'île de la péninsule du Yucatán et île de Cozumel.
M. g. guatemalae (Sharpe, 1875) - sud-est du Mexique (sud du Veracruz et nord-est du Oaxaca) jusqu'au Honduras.
M. g. dacrysistactus - nord-ouest du Nicaragua.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les petits-ducs guatémaltèques se différencient des petits-ducs vermiculés, des petits ducs de Roraima et des petits-ducs du rio Napo sur la base de leurs chants. L'aire de distribution de ces rapaces se développe vers le sud du Mexique et sa nouvelle aire de colonisation atteint à présent le nord du Nicaragua. On peut même le trouver occasionnellement dans le nord du continent sud-américain. Dans les montagnes du Venezuela et celles du Roraima, ils peut constituer une espèce isolée. Le statut de cette espèce est très incertain. Localement, il reste commun. La destruction de son habitat demeure un danger important.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 28/11/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net