Flamant rose

Phoenicopterus roseus - Greater Flamingo

Systématique
  • Ordre
    :

    Phoenicoptériformes

  • Famille
    :

    Phoenicoptéridés

  • Genre
    :

    Phoenicopterus

  • Espèce
    :

    roseus

Descripteur

Pallas, 1811

Biométrie
  • Taille
    : 127 cm
  • Envergure
    : 140 à 165 cm.
  • Poids
    : 2500 à 3500 g
Longévité

13 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Longtemps considérés comme deux sous-espèces (Phœnicopterus ruber ruber et Phœnicopterus ruber roseus) d'une même espèce, les Flamants roses de la région Caraïbe et ceux de l'ancien monde sont maintenant (depuis 2002) acceptés comme deux espèces à part entière, le Flamant rose (Phœnicopterus roseus) en Afrique, Europe et Asie et le Flamant des Caraïbes en Amérique. Cet oiseau est une véritable curiosité de l'avifaune européenne avec une silhouette et des colorations uniques sur le continent : c'est la seule espèce de phœnicoptéridé (famille des flamants) représentée en Europe. Seules la France et l'Espagne hébergent des colonies nicheuses en Europe. La femelle est plus petite que le mâle. L'espèce ne peut être confondue : l'oiseau posé présente un corps entièrement rose clair, de longues pattes roses palmées, un bec court et recourbé, à pointe noire. En vol, la silhouette caractéristique est très allongée (pattes et cou tendus) : les ailes sont alors bien visibles. Les rémiges primaires et secondaires sont entièrement noires et les couvertures rose vif avec des nuances tendant vers le blanc. Les immatures (juvéniles ou sub-adultes) sont peu colorés : les pattes sont sombres, le cou et le dessous blanc sale, et le dessus marqué de brun. La couleur rose apparaît au cours des années, jusqu'à 4 à 7 ans, où l'intensité est à son maximum.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Greater Flamingo,
  • Flamenco Común,
  • Flamingo-rosado,
  • Rosaflamingo,
  • rózsás flamingó,
  • Flamingo,
  • Fenicottero maggiore,
  • Större flamingo,
  • Flamingo,
  • plameniak ružový,
  • plameňák růžový,
  • Stor Flamingo,
  • flamingo,
  • flamenc comú,
  • Rauðflæmingi,
  • flaming różowy,
  • sārtais flamingo,
  • plamenec,
  • Розовый фламинго,
  • ヨーロッパフラミンゴ,
  • *大红鹳,
  • 大紅鸛,

Voix chant et cris

Les cris du Flamant rose rappellent curieusement les émissions sonores bruyantes des oies et autres bernaches : le flamant cancane ! Cet oiseau très sociable est particulièrement expressif : un véritable brouhaha règne dans les colonies ! Venez juger par vous même dans le delta du Grand Rhône en Camargue, le Flamant rose y est omniprésent.

Habitat

Le Flamant rose est un oiseau côtier lié aux eaux saumâtres : son habitat privilégié est constitué par les lagunes et étangs littoraux, notamment dans les deltas des grands fleuves comme le Rhône.

Comportement traits de caractère

Les groupes de Flamants roses en gagnage sondent simultanément l'eau à la recherche d'invertébrés : la tête dans l'eau et les pattes remuant pour mettre en suspension la vase. Au repos, ils se tiennent souvent sur une patte et la tête fourrée dans les plumes. Il est capable de nager. La quasi totalité de la population française nicheuse se localise en Camargue dans un secteur de salins. Depuis 1977, un programme de recherche basé sur le baguage a pour missions de mieux connaître la biologie et l'écologie de l'espèce. Jusqu'en 2001, des centaines de jeunes étaient bagués dans la colonie chaque année, durant une même journée. Cependant, depuis cette date, la forme de partenariat liant le propriétaire (la Compagnie des Salins du Midi et de l'Est) à l'organisme de recherche (Fondation de la tour du Valat) n'a pas été reconduite... Des individus bagués en 1977 sont encore visibles dans le delta du Grand Rhône à l'heure actuelle. Des individus nés en Camargue, ont été contrôlés plusieurs dizaines de fois, parfois dans les 4 coins du bassin méditerranéen : Sardaigne, Tunisie, Espagne... Le statut dépend des individus : sédentaire, erratique, migrateur partiel ou migrateur tout court.
Le vol : Ce grand oiseau vole généralement en groupes : la silhouette allongée est typique avec le cou et les pattes allongés. Malgré la masse de l'oiseau, le vol reste direct et énergique.

Alimentation mode et régime

Le Flamant rose a un régime alimentaire très spécialisé qui le rend très vulnérable en cas de non disponibilité de la ressource (par exemple lors d'hivers rigoureux). Il filtre l'eau des lagunes et étangs saumâtres grâce à un bec spécialisé (système de "peignes") : il capture une espèce de crevette appelée Artemia salina. Cette dernière (notamment) est à l'origine de la couleur rose du flamant mais aussi de la coloration des salins à une certaine période de l'année. Artemia salina contient des pigments kéto-caroténoïdes. Notre unique phœnicoptéridé français consomme aussi d'autres invertébrés et végétaux aquatiques. Une adaptation toute particulière au bec lui permet d'évacuer le sel contenu dans l'eau qui y transite.

Reproduction nidification

Le Flamant rose niche en vastes colonies pouvant atteindre plusieurs milliers de couples. Elles se situent sur des îlots vaseux. Les 2 adultes construisent une coupe surélevée en terre où la femelle déposera l'œuf unique annuel. L'incubation est assurée pendant 28 à 31 jours par les 2 partenaires. Les jeunes (semi-nidifuges : ils quittent le nid après 10 jours) sont rassemblés en "crèche" sous la surveillance des adultes. Les parents les nourrissent d'un liquide nourrissant qu'ils versent dans le bec des rejetons. Ces derniers prennent leur premier envol au bout de 10 à 11 semaines. Après leur émancipation, ils réalisent une migration (généralement directe via la mer Méditerranée) vers l'Afrique du Nord.

Distribution

Le Flamant rose a une vaste répartition dans l'Ancien Monde. Il se reproduit dans plusieurs pays d'Afrique, tant au nord du Sahara (Tunisie, Algérie, Égypte, autrefois au Maroc jusqu'au milieu des années 1960), qu'au sud (Mauritanie, Sénégal, Botswana, Namibie, Kenya, Tanzanie, Afrique du Sud). En Asie, continent qui abrite les plus gros effectifs, les colonies les plus importantes se trouvent en Inde (un million de couples en 1960 dans la seule colonie de Kutch, dans le Gujarat, à la frontière avec le Pakistan). Il se reproduit aussi au Kazakhstan et en Turquie. En Europe enfin, on trouve des colonies en France, Espagne et Italie.
En dehors de la saison de reproduction, le Flamant rose peut être observé dans de nombreux autres pays.
Dans les années 2000, la population mondiale était estimée aux environs de 600 000 individus (dont 100 000 à 165 000 en Méditerranée occidentale) et le nombre de couples nicheurs à environ 100 000.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

La population nicheuse semble stable dans l'Union Européenne ces dernières années et est de l'ordre des 25 000 couples. La destruction ou la transformation des zones humides, dues notamment à la pression urbanistique, est la menace principale pour l'espèce. Espèce localisée en France (liste orange) et en Europe. L'hexagone héberge 25% de la population nicheuse européenne. Nichant en vastes colonies, le Flamant rose est très vulnérable au dérangement. Ainsi, une unique perturbation peut occasionner l'échec reproductif de toute une colonie (exemples : passage d'un hélicoptère à basse altitude, ballon gonflable d'enfant "dérivant" dans les airs...). Considérant qu'une colonie peut compter parfois 20 000 couples (en Camargue par exemple), on comprendra aisément l'impact biologique de telles négligences. Par ailleurs il est fragile : les épisodes climatiques hivernaux rigoureux peuvent faire payer un lourd tribu au Flamants roses. Les lagunes et autres plans d'eau saumâtres gelés coupent littéralement les vivres à notre symbole camarguais (avec le taureau évidemment !). Les oiseaux n'ont pas toujours le temps de fuir sous de meilleurs auspices et meurent de faim sur place. Ainsi, certains hivers, un spectacle de désolation endeuille le littoral méditerranéen : des milliers de cadavres de ce magnifique volatile jonchent les sols gelés. Cependant, ces phénomènes climatiques sont des perturbations naturelles s'inscrivant dans l'écologie de l'espèce.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 16/01/2004 par Alexandre Knochel avec la participation de Nathalie Santa Maria © 1996-2017 Oiseaux.net