Pic laboureur

Geocolaptes olivaceus - Ground Woodpecker

Systématique
  • Ordre
    :

    Piciformes

  • Famille
    :

    Picidés

  • Genre
    :

    Geocolaptes

  • Espèce
    :

    olivaceus

Descripteur

Gmelin, JF, 1788

Biométrie
  • Taille
    : 30 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 105 à 134 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les picidés sont des oiseaux de la taille d'un moineau à celle d'une corneille. Ils sont adaptés morphologiquement à la vie arboricole. Leurs pattes solides sont pourvues de quatre longs doigts (rarement trois) terminés de griffes puissantes, deux tournés vers l'avant et deux vers l'arrière, ... lire la suite

Description identification

Chez le mâle adulte, le front et le capuchon sont gris brunâtre, devenant plus brun sur la nuque. Les côtés de la tête et le cou sont gris. Les plumes des moustaches sont gris foncé, avec de fins liserés rouges, ces derniers n'étant vraiment visibles que de près. Le menton et la gorge sont blanchâtres. Le manteau, les scapulaires et le dos sont gris brunâtre à brun-vert terne. En plumage frais, les plumes des parties supérieures ont d'étroites terminaisons pâles, formant de petites taches et un soupçon de barres. Le croupion est rouge, contrastant avec les sus-caudales qui sont brunes barrées de blanc. Les couvertures alaires, les rémiges et le dessus de la queue sont majoritairement bruns, ce dernier avec de fines mais proéminentes barres blanches. Les plumes de la poitrine sont blanches avec de larges bordures rouge rosâtre, celles du ventre et des sous-caudales sont cramoisi avec des bases blanches. Les flancs sont barrés de gris-brun et de blanc. Le dessous des ailes est brun et jaune clair. Le dessous de la queue est brun clair avec des barres jaune pâle.
La femelle est semblable au mâle, hormis les terminaisons rouges absentes sur la moustache. Les juvéniles sont plus ternes que leurs parents. Ils ont quelques infiltrations de rouge sur la nuque. Leur dessous est plus clair, plus rose pâle.
Les adultes ont un bec noir avec une base grise. Les pattes et les pieds sont gris, les iris rosâtres.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Ground Woodpecker,
  • Pito Terrestre,
  • Pica-pau-das-rochas,
  • Erdspecht,
  • földi harkály,
  • Kaapse Grondspecht,
  • Picchio terragnolo,
  • Markspett,
  • Jordspett,
  • žlna zemná,
  • datel zemní,
  • Jordspætte,
  • maatikka,
  • Grondspeg,
  • picot terrestre,
  • dzięcioł ziemny,
  • Земляной дятел,
  • イワキツツキ,
  • 地啄木鸟,
  • 地啄木,

Voix chant et cris

Pic laboureur
♀ adulte

Lorsqu'il est effrayé ou qu'il se sent en situation d'alarme, le pic laboureur éclate en puissants cris stridents "peer peer peer". Son cri territorial ou son cri de contact est une série de 5 notes dissyllabiques "chick-scream" ou "ree-chick" qui produisent le même bruit qu'une scie qu'on aiguiserait avec une lime. Par ailleurs, on peut entendre des "kreeeeeeeee" assez semblables à des cris de faucons. Les oiseaux qui paradent émettent des "chiou -kiii". Certains cris qui portent loin sont émis de perchoirs élevés tels que des amas rocheux.

Habitat

Les pics laboureurs sont sédentaires dans des contrées rocheuses ouvertes. Ils fréquentent les régions élevées tels que les pentes recouvertes d'éboulis rocheux et les versants des collines ainsi que les étendues herbeuses qui présentent des escarpements et et des crêtes. On les trouve également dans les montagnes, dans les landes et les régions érodées. On les signale aussi à proximité de marécages pourvus de roseaux. Ces oiseaux peuvent grimper jusqu'à 2100 mètres d'altitude. Au Natal, on peut les observer à partir de 1200 m et au-dessus. Ils descendent rarement au-dessous de 600 m Une exception cependant : dans la partie sud-ouest de leur aire de répartition (province du Cap), ils peuvent atteindre le niveau de la mer, choisissant alors le même type d'habitats rocheux.

Comportement traits de caractère

Les pics laboureurs vivent habituellement en couples ou en petits groupes pouvant compter jusqu'à 6 individus. De tels groupes occupent des territoires qui varient de 21 à 70 hectares. Ces oiseaux sont assez faciles à observer car ils adoptent une stature assez rectiligne quand ils se perchent sur les blocs de pierre et ils volent de manière peu discrète quand ils se déplacent d'un rocher jusqu'au nid. Occasionnellement, ils se reposent dans les buissons épais et ils cherchent leur nourriture dans les arbres morts. Toutefois, la plupart du temps, leur habitat préféré demeure les blocs de pierre ou éventuellement les bas-côtés des routes où ils semblent indifférents au trafic. Les pics laboureurs fixent généralement leur attention sur les fissures et sur les trous entre les parois rocheuses. Ils explorent les espaces entre la pierre et le sol par une simple pression du bec ou par un balayage latéral.

Lorsqu'ils se restaurent, les pics laboureurs ont une attitude très caractéristique : leur tête est baissée, leur bec planté dans le sol et le mouvement de la langue qui est essentiel pour collecter la nourriture est simplement indiqué par des petits mouvements de la queue. Les pics laboureurs glanent rarement en surface, leur technique principale consiste à fouiller à l'intérieur des fourmilières. Ils capturent également les fourmis arboricoles. Ces dernières ne sont pas attrapées par picorage ou par tambourinage mais grâce à une exploration dans les bois morts. Les pics laboureurs se déplacent sur le sol en sautillant. Sur les terrains plus plats, ils se nourrissent en marchant. Ils ne se pendent pas sur le dessous des branches.

Même pendant les saisons les plus fraîches, quelques heures leur suffisent pour faire leurs provisions. Ces oiseaux sont actifs surtout le matin, mais une deuxième période d'activité intervient également en fin d'après-midi. Les groupes connaissent parfaitement la localisation des fourmilières sur leur territoire. Ils ne restent jamais plus de 3 jours sur le même lieu de nourrissage. Pendant les parades, les pics laboureurs balancent leurs corps, agitent la tête et lancent des cris. En cas de rencontre, ils remuent légèrement les ailes. En cas de conflit, ils tendent agressivement leur bec en direction de l'opposant. Avant la copulation, le mâle se met bien debout et déploie son envergure.

Alimentation mode et régime

Les pics laboureurs sont très spécialisés dans les fourmis et dans leurs larves. Huit genres de fourmis parmi lesquels Camponotus, Anoplolepis, Acantholepis et Crematogaster forment environ 95% de son alimentation. Plus de 60 familles de fourmis sont ainsi consommées. Les termites sont assez régulièrement ingurgités mais ils constituent à peine plus d'1% du régime. Des coléoptères, d'autres insectes et des acariens sont sans doute attrapés mais accidentellement.

Reproduction nidification

Dans les provinces du Cap et du Transvaal, la saison de nidification se déroule d'août à septembre. Au Natal, elle a lieu d'août à décembre avec une pointe au mois d'octobre et novembre. Au début de la période de reproduction, les couples ou les trios creusent un terrier pour nicher. L'accouplement intervient à ce moment là. L'ouvrage est surtout réalisé par le mâle qui choisit un banc de rivière, un déblai de route ou une paroi verticale. Le tunnel mesure environ 1 mètre de longueur et 8 cm de circonférence. Il s'élargit dans sa partie finale pour former une chambre de ponte dont le diamètre atteint 15 centimètres. Un tel site de nidification peut être utilisé pendant plusieurs années consécutives. Ces tunnels servent également de lieux de repos. La ponte comprend 2 à 5 œufs, habituellement 3. Les deux parents et éventuellement un assistant couvent à tour de rôle. Les jeunes pics sont nourris par le trio et restent au sein de la cellule familiale jusqu'à la saison suivante.

Distribution

Les pics laboureurs sont endémiques d'Afrique du Sud. Ils sont confinés dans un aire qui part su nord-ouest de la province du Cap en direction de l'est jusqu'à l'état libre d'Orange et vers le nord jusqu'au Transvaal, l'ouest du Swaziland et l'ouest du Natal. Les pics laboureurs sont strictement absents de la bande orientale du littoral à partir de Port-Elizabeth, sans doute en raison de la trop grande abondance de forêts. 2 sous-espèces sont officiellement reconnues : G.o. olivaceus, la race nominale (centre et ouest de la province du Cap) - G.o. prometheus (reste de l'aire de distribution, c'est à dire, Orange, Transvaal et Natal principalement).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les pics laboureurs sont une espèce commune. Dans leur aire de répartition relativement modeste, ils ne sont nullement en danger. Ces oiseaux sont classés par l'IUCN comme ne posant pas de problème particulier (LC - Least Concern).

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Pic laboureurFiche créée le 17/07/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net