Polochion des Moluques

Philemon moluccensis - Black-faced Friarbird

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Méliphagidés

  • Genre
    :

    Philemon

  • Espèce
    :

    moluccensis

Descripteur

Gmelin, JF, 1788

Biométrie
  • Taille
    : 37 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Ce très grand méliphage au bec lourd et légèrement incurvé ne présente pas de protubérance à la base de la mandibule supérieure. Son dessus gris-brun uni est teinté de couleur olive lorsque le plumage est frais, il est plus pâle et plus brun lorsqu'il est usé.
Comme toujours chez les méliphagidés, les ornements faciaux sont très complexes et viennent s'imbriquer les uns dans les autres : les côtés de la tête et le sourcil varient du blanc au gris argenté, ce dernier se prolongeant vaguement en arrière des oreillons et vers le bas du cou. Il y a une courte huppe sur la nuque et le côté du cou ainsi qu'une grosse tache noire sur les lores et la majorité de la face. La tache noire rejoint un étroit trait malaire sombre et les 2 réunis forment un masque qui traverse la figure. Le menton et la gorge blanchâtres sont recouverts de discrètes stries foncées qui vont jusqu'en haut de la poitrine. Le reste des parties inférieures est brun pâle avec parfois quelques mouchetures. La zone anale et les sous-caudales sont encore plus claires. Les sous-alaires sont roux pâle avec un bord de traîne et une pointe plus foncés.
Les iris sont rouge cramoisi, le bec noir est nuancé de bleuâtre à la base, les pattes sont gris-bleu ou gris-noir. Les 2 partenaires sont identiques en plumage mais la femelle est plus petite. Les juvéniles sont pauvrement décrits mais ils diffèrent de leur parents par des stries jaunâtres sur la gorge et le haut de la poitrine. Les rémiges ont des bordures extérieures jaune verdâtre.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Black-faced Friarbird,
  • Filemón moluqueño,
  • Burulederkopf,
  • burui csupaszfejű-mézevő,
  • Boeroe-lederkop,
  • Uccello frate faccianera,
  • Moluckmunkskata,
  • Sothodemunkefugl,
  • kvetár čiernolíci,
  • zoborožík tmavolící,
  • Molukmunkefugl,
  • burunkaljumesikko,
  • frare de l'illa Buru,
  • filemon brązowy,
  • Молуккский филемон,
  • Cikukua maluku,
  • モルッカハゲミツスイ,
  • 黑脸吮蜜鸟,
  • 摩鹿加吮蜜鳥,

Voix chant et cris

Les polochions des Moluques sont réputés pour leur répertoire très répandu de cris. On ne sait pas toujours si ces cris leur appartiennent en propre ou si ce sont des imitations des cris des loriots de Buru (voir cette fiche). Ils comprennent un "yio-wheea" fluide, puissant et quelques variantes. Un "ka wah" bref et un "kawah" rude. font également partie des cris que l'on peut entendre. Les polochions des Moluques pratiquent, paraît-il, des duos qui servent à la communication et au renforcement des liens du couple.

Habitat

Les polochions des Moluques fréquentent toutes sortes d'habitats boisés primaires, que ce soit dans les plaines ou dans les montagnes. On peut les trouver dans les forêts de mousson, les forêts et les boisements secondaires, les forêts de mangrove ainsi que les parcelles plus ou moins endommagées pour l'abattage sélectif du bois. Ils sont également aperçus sur les terres agricoles et dans les plantations de cocotiers. Dans des rapports reçus récemment, les scientifiques ont signalé leur possible préférence pour les zones ouvertes dans lesquelles il reste quelques vieux arbres résiduels. Cet oiseau est également signalé dans les régions de basse altitude et dans les vallées, il est certainement plus courant dans les parcelles modifiées par l'exploitation des arbres que dans forêts primaires ou les forêts secondaires parvenues à un bon stade de maturité.
Les polochions des Moluques vivent à des altitudes qui varient du niveau de la mer jusqu'à 1 760 mètres.

Comportement traits de caractère

Les polochions des Moluques, aussi appelés polochions à face noire, recherchent leur nourriture en solitaire ou en duos (probablement des couples). Ils prospectent principalement dans l'étage moyen et supérieur de leur habitat. Ce sont des oiseaux bruyants, faisant preuve d'une assez grande agressivité, ce qui suggère qu'ils sont éminemment territoriaux. A cause de cela, ils sont assez faciles à apercevoir, excepté quand ils se reproduisent.

Alimentation mode et régime

Le régime alimentaire de cet oiseau est peu connu. On présume que son menu est semblable à celui des autres polochions, principalement du nectar, des fruits et des graines mais aussi des invertébrés, des insectes et leurs larves ainsi que des araignées.

Reproduction nidification

Le Handbook des oiseaux du Monde ne fournit aucun renseignement sur ce secteur de son activité. On suppose que ses mœurs reproductives sont assez semblables à celles du polochion casqué. Si c'est le cas, il est moins productif pendant la saison humide. Ce reproducteur arboricole établit sur une branche une structure évasée qu'il construit grâce à des matériaux qu'il collecte dans d'anciens nids abandonnés.

Distribution

Comme son nom l'indique bien, ce polochion est endémique de l'archipel des Moluques. Actuellement, il vit exclusivement dans l'île de Buru mais il est possible qu'à des temps révolus, il ait résidé dans des îles voisines comme Amboine, Seram ou Banda. Cette espèce est considérée comme monotypique, c'est à dire qu'elle n'est pas subdivisée en races. Elle est proche parente des polochions de Tanimbar et des polochions casqués qui vivent dans les petites îles de la Sonde.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Son statut reste assez énigmatique. Néanmoins, on pense que cette espèce n'est pas globalement menacée en dépit de son territoire extrêmement réduit dans l'île de Buru. Cette espèce est considérée comme conspécifique avec le polochion de Tanimbar (Philemon plumigenis) et les 2 espèces réunies sont estimées à un effectif de 920 000 individus.
Toutefois, comme il s'agit d'un oiseau insulaire et que la superficie de son aire est très étriquée, il présente quelques risques pour l'avenir.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 24/01/2016 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net