Ptilope à ventre orange

Ptilinopus iozonus - Orange-bellied Fruit Dove

Systématique
  • Ordre
    :

    Columbiformes

  • Famille
    :

    Columbidés

  • Genre
    :

    Ptilinopus

  • Espèce
    :

    iozonus

Descripteur

Gray, GR, 1858

Biométrie
  • Taille
    : 22 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 105 à 112 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez l'adulte de la race humeralis, le front, les lores, la zone qui va du capuchon au manteau et aux scapulaires sont olive foncé. Certaines plumes des scapulaires ont des filets extérieurs gris cendré et des fins liserés violets. D'autres, plus nombreuses, ont une base grise et une bordure subterminale bleu verdâtre. Les petites couvertures sont gris cendré avec des extrémités bordeaux qui forment une tache compacte sur les plumes les plus basses. Le bord de traîne est bleu-vert brillant au niveau de l'épaule. Les moyennes, les grandes couvertures et les tertiaires affichent une couleur olive. Les primaires, les secondaires et les tertiaires présentent une mosaïque de couleurs où apparaissent le noir, le bleu, le vert et le jaune. Le dos et les sus-caudales sont olive foncé. La queue est vert plus sombre avec des taches grises sur les rectrices externes formant une sorte de bande caudale.
Le menton est gris cendré, se fondant dans le vert des couvertures auriculaires, de la gorge, de la poitrine et du haut du ventre. Le reste du ventre est orange éclatant se fondant dans le jaune de la zone anale. Les plumes des flancs et des cuisses sont olive, ces dernières avec des liserés jaune pâle. Les tarses sont vert grisâtre. Les sous-caudales sont majoritairement blanches avec des liserés jaunes et quelques petites taches vertes. Le dessous de la queue est gris foncé avec une bande terminale plus claire. Le dessous des ailes est gris cendré mais les couvertures sont nuancées de vert.
Les iris varient du jaune au blanc. La peau orbitale est vert bleuâtre. Le bec est gris ou verdâtre à la base, jaune ou crème à la pointe. Les pieds sont violet rougeâtre.
Les juvéniles sont entièrement vert foncé, plus sombres et plus ternes que les adultes et avec des liserés jaunes sur le manteau, les scapulaires, les couvertures alaires, les tertiaires et les secondaires. La bande caudale est très discrète. La tache orange sur le centre du ventre est absente. Le bec est brun, les pattes rouge cramoisi.

Indications subspécifiques 4 Sous-espèces

  • Ptilinopus iozonus iozonus (Aru Is.)
  • Ptilinopus iozonus humeralis (west Papua islands, nw New Guinea)
  • Ptilinopus iozonus iobiensis (n New Guinea, Yapen I., Manam and adjacent islands)
  • Ptilinopus iozonus finschi (se New Guinea)

Noms étrangers

  • Orange-bellied Fruit Dove,
  • Tilopo Ventrinaranja,
  • Orangebauch-Fruchttaube,
  • narancshasú gyümölcsgalamb,
  • Oranjebuikjufferduif,
  • Tortora beccafrutta panciarancio,
  • Orangebukad fruktduva,
  • Jamrefruktdue,
  • pestroš zelený,
  • holub oranžovobřichý,
  • Orangebuget Frugtdue,
  • oranssivatsakyyhky,
  • tilinop de ventre carbassa,
  • owocożer zielony,
  • Оранжевобрюхий пёстрый голубь,
  • Walik perut-jingga,
  • ヒノマルヒメアオバト,
  • 橙腹果鸠,
  • 橙腹果鳩,

Voix chant et cris

Ptilope à ventre orange
adulte

Dans la région de Port Moresby, le cri d'avertissement est une série de 5 notes lugubres qui durent environ de 3 à 4 secondes. La première note à peine audible est suivie par des notes de hauteur et de longueur très différentes, constituant un "wu, whoooow-hu-whoo-hoooooow" très reconnaissable. Les ptilopes à ventre orange délivrent également des notes tristes et lentes qui sont répétées à plusieurs reprises. Ils produisent aussi des séries de notes aiguës qui s'accélèrent et qui sont réitérées jusqu'à 12 fois. Dans le nord de la Nouvelle-Guinée, la race jobiensis produit un cri d'avertissement assez similaire, retranscrit de la façon suivante : "cu-huu, hu, hoo-hoo-hoo-hoo-oo-oo". Il est structuré de la même manière. A Karkar, les oiseaux de le même race émettent des séries de roucoulements doux qui peuvent avoir des formes assez différentes.

Habitat

Le ptilope à ventre orange est une espèce des zones forestières, il préfère généralement les lisières des forêts, les vieilles parcelles secondaires parvenues à maturité et les zones de forêts pluviales dégradées qui subissent une exploitation raisonnable. On le trouve également dans les forêts de moussons, les zones boisées qui longent les cours d'eau, les savanes arborées et les mangroves. Parfois, ils s'installent aussi dans les banlieues des villes à condition qu'ils y trouvent des grands arbres. Le ptilope à ventre orange est surtout un oiseau des plaines et des régions basses, ce qui ne l'empêche pas parfois de pénétrer dans les zones de collines et dans les terrains accidentés jusqu'à 1 000 mètres d'altitude.

Comportement traits de caractère

Le ptilopes à ventre orange sont des oiseaux très grégaires, ils vivent habituellement en bandes constituées de 3 à 10 individus, même si parfois certains rassemblements peuvent en contenir jusqu'à soixante. Ces oiseaux peuvent également être observés en solitaire ou en couples (vraisemblablement pendant la période de reproduction). En Nouvelle-Guinée, c'est une des espèces les plus observables car ils forment des groupes bruyants dans les grands arbres, souvent en compagnie d'autres congénères frugivores.
Les ptilopes à ventre orange ont un vol rapide et direct, produisant un vrombissement bruyant à cause du battement puissant de leurs ailes. Ils se maintiennent à une grande hauteur, juste au-dessus du sommet des grands arbres. Ils font preuve d'une grande mobilité et ils sont localement nomadiques. Ils sont intrépides, n'hésitant pas à traverser des espaces ouverts où ils peuvent être vulnérables pour rechercher de nouvelles ressources alimentaires. Aux premières lueurs de l'aube et parfois dans la journée lorsque le temps est couvert, les ptilopes à ventre orange se perchent bien en évidence sur les branches mortes qui surplombent la canopée.
La parade de salutation est semblable à celle des autres espèces : elle est réalisée par le mâle seule à proximité du nid. Au départ, celui-ci adopte une posture très rectiligne, il enfle les plumes du cou et et de la poitrine puis il penche son corps légèrement en avant, ce dernier produisant un angle d'environ 20° par rapport à l'horizontale. Une parade aérienne est également répertoriée. Au cours de celle-ci, ce ptilope décrit un arc de cercle dans le ciel : sa queue est largement déployée et les ailes sont animées de petites palpitations.

Alimentation mode et régime

Plus que la plupart de leurs autres congénères, les ptilopes à ventre orange recherchent leur nourriture à une grande hauteur dans la canopée. Toutefois, ils ne dédaignent pas descendre au niveau du sol quand ils se restaurent dans les petits arbres ou dans les arbustes. Ces oiseaux consomment une grande variété de fruits, mais ils sont dépendants de la production de figues qui constituent souvent près de 80% de leur menu pendant tous les mois de l'année. Quand les figues sont moins abondantes, ce ptilope est obligé de changer sa diète et se tourne alors vers les palmiers et les annonacées dont certaines espèces produisent des fruits comestibles. Ils ingurgitent aussi des noix de muscade.

Reproduction nidification

La période de reproduction s'étale vraisembablement sur toute l'année. Bien que la taille des organes reproducteurs soit plus développée à la fin de la saison saison sèche, c'est à dire en novembre-décembre, les oiseaux des deux sexes sont parfaitement en état de se reproduire à tous les mois. Peu de nids ont été découverts. On sait cependant qu'ils ont la forme d'une fragile plate-forme construite avec des petites branchettes et des brindilles. Ils sont placés sur une branche horizontale, à une hauteur considérable, habituellement entre 13 et 21 mètres au-dessus du sol. Occasionnellement, certains nids sont situés à une hauteur très modeste, ne dépassant pas les 3 mètres. La ponte comprend un seul œuf blanc dont la durée d'incubation est indéterminée. Les mœurs reproductives et le soin parental ne sont pas connus.

Distribution

Le ptilope à ventre orange est endémique de Nouvelle-Guinée et des îles environnantes. Au large de l'île principale, on le trouve dans les îles suivantes : Salawati, Waigeo, Aru, Yapen, Manam, Tarawai, Karkar et Kairiru. Son absence dans l'île de Batanta est plutôt surprenante. Comme chez de nombreuses espèces insulaires, cette espèce est divisée en de nombreuses races : P. i. humeralis (îles de la Papouasie Occidentale et ouest de la Nouvelle-Guinée, de la presqu'île du Vogelkop jusqu'à la côte sud et la rivière Fly) - P. i. jobiensis (côte nord de la Nouvelle-Guinée, de la baie de Geelvink jusqu'à celle de l'Astrolabe, également les îles de Yapen, Manam, Tarawai, Karkar et Kairiru) - P. i. pseudohumeralis (cours supérieur de la Fly, au confluent avec la rivière Palmer et le long de la rivière Black) - P. i. finschii (sud-est de la Nouvelle-guinée, de la péninsule de Huon au nord jusqu'à la rivière Fly au sud) - P. i. iozonus, la race nominale (îles Aru).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les ptilopes à ventre orange sont des oiseaux communs ou abondants dans les plaines qui constituent la grande majorité de leur habitat. Dans la région de Port Moresby, c'est le pigeon frugivore le plus courant et des densités de 36 oiseaux par hectare ont été relevées. Dans les petites îles, la répartition est assez irrégulière : à Karkar, ils sont très clairsemés alors qu'à Kariru ils sont assez communs. D'après Birdlife, la taille de la population globale n'est pas connue, mais en l'absence de véritable menace on suppose qu'elle est stable. L'espèce est classée comme de préoccupation mineure.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Ptilope à ventre orangeFiche créée le 19/04/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net