Puffin à menton blanc

Procellaria aequinoctialis - White-chinned Petrel

Systématique
  • Ordre
    :

    Procellariiformes

  • Famille
    :

    Procellariidés

  • Genre
    :

    Procellaria

  • Espèce
    :

    aequinoctialis

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 58 cm
  • Envergure
    : 134 à 147 cm.
  • Poids
    : 1000 à 1420 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Procellariidés (pétrels et puffins) sont des oiseaux marins de taille moyenne à grande. Tous possèdent des narines tubulaires à la base du bec. Avec leurs ailes longues et étroites en moyenne, ils sont profilés pour des déplacements de longue distance au dessus de l'eau, profitant des ve... lire la suite

Description identification

L'une des espèces les plus difficiles à déterminer. Entièrement noir à l'exception d'une petite (parfois très petite !) tache blanche au menton. Peut être confondu avec le pétrel du Westland (P. westlandica) et le pétrel de Parkinson (P. parkinsoni) avec lesquels on le rencontre parfois. Il est nettement plus grand que les deux autres espèces, mais cela n'a guère d'importance quand on ne les voit pas en même temps. Le meilleur critère est la couleur du bec, corne, alors que les autres ont tous deux la pointe noire. Il se rencontre généralement plus au sud que ses deux congénères.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • White-chinned Petrel,
  • Pardela Gorgiblanca,
  • Painho-de-queixo-branco,
  • Weißkinn-Sturmvogel,
  • fehérállú viharmadár,
  • Witkinstormvogel,
  • Petrello mentobianco,
  • Vithakad petrell,
  • Hvithakepetrell,
  • víchrovec bielobradý,
  • buřňák bělobradý,
  • Hvidhaget Skråpe,
  • isomeriliitäjä,
  • Bassiaan,
  • baldriga de mentó blanc,
  • burzyk białobrody,
  • Белогорлый буревестник,
  • ノドジロクロミズナギドリ,
  • 白颏风鹱,
  • 白頦風鸌,

Voix chant et cris

Habitat

Surtout haute mer, avec une préférence pour les zones situées au-dessus du plateau continental. Je l'ai observé en tout petit nombre à moins d'une heure de bateau des côtes de l'île du Sud en Nouvelle-Zélande.

Comportement traits de caractère

Il s'agit d'une espèce grégaire suivant régulièrement les navires de pêche et autres navires.
Le vol : Par temps calme, se déplace avec des battements d'ailes puissants alternant avec quelques vols glissés légèrement arqués. Ce dernier type de vol devient dominant lorsque la mer et les vents sont forts.

Alimentation mode et régime

Durant la saison de reproduction, les proies principales sont les céphalopodes auxquels il ajoute quelques crustacés. En dehors de cette saison, les poissons et les déchets rejetés par les bateaux de pêche prennent une place importante. S'il capture la majorité de ses proies à la surface, il est capable de plonger, soit depuis la surface, soit en vol.

Reproduction nidification

Le puffin à menton blanc niche en colonies de novembre à mai. L'œuf unique est pondu en novembre ou décembre au fond d'un terrier où il est couvé pendant environ deux mois. Le poussin, couvert d'un duvet brun sombre à l'éclosion, prend son envol trois mois plus tard.

Distribution

Le puffin à menton blanc se reproduit sur plusieurs îlots subantarctiques au large de la Nouvelle-Zélande, de l'Afrique et de l'Amérique du Sud ; par exemple dans les territoires français de Marion, Crozet et les Kerguelen, mais aussi sur les Falklands, Prince Edward, Auckland et Campbell. Peut être observé dans une zone s'étendant jusqu'au 65° sud, mais, comme plusieurs autres espèces de procellariiformes, profite du courant froid de Humboldt pour remonter presque jusqu'à l'équateur le long des côtes occidentales du continent sud-américain.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

La population est forte de plusieurs millions d'individus (2 000 000 de couples nicheurs rien qu'en Géorgie du Sud). Les menaces principales sont les prédateurs introduits sur les îlots où il se reproduit et, comme sur Tristan da Cunha, la consommation des poussins par les habitants. Il est probable que sa disparition des îles Chatham est due à son exploitation par l'homme. La mortalité due aux activités de la pêche industrielle est importante.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 11/01/2010 par Georges Olioso © 1996-2017 Oiseaux.net