Quetzal antisien

Pharomachrus antisianus - Crested Quetzal

Systématique
  • Ordre
    :

    Trogoniformes

  • Famille
    :

    Trogonidés

  • Genre
    :

    Pharomachrus

  • Espèce
    :

    antisianus

Descripteur

d'Orbigny, 1837

Biométrie
  • Taille
    : 34 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Le quetzal antisien que les anglo-saxons ont nommé Crested quetzal doit son nom scientifique Pharomachrus antisianus à l'explorateur français Alcide Dessalines d'Orbigny (1802-1857) qui découvrit cet extraordinaire trogonidé en 1837 en Bolivie. D'Orbigny est avant tout un naturaliste et un explorateur qui voyagera 7 années durant en Amérique du Sud, il va étudier les peuples indiens et essayer de les classer en différentes familles dont une qu'il nommera famille antisienne, localisée au Pérou et en Bolivie andine. Cet extraordinaire explorateur mettra 13 ans à rédiger ses mémoires dans lesquelles il répertoriera 783 espèces d'oiseaux dont notre quetzal antisien qui a une aire de distribution exclusivement andine. Mesurant 34 cm, il est parfois considéré comme conspécifique du Quetzal resplendissant, le bec est bicolore orange à la base avec la pointe jaune, le mâle a l'iris rouge, la calotte, le front et la moustache sont verts aux reflets or et sont constitués de plumes plus longues qui donnent une crête caractéristique et un aspect ébouriffé à notre quetzal. La partie supérieure de la poitrine est verte, le ventre et la partie basse de la poitrine sont rouge très vif, presque électrique, le manteau et le dos sont vert-émeraude avec des reflets bleu-turquoise. Les couvertures vertes portées verticales descendent jusqu'au ventre, les rémiges sont noires, les longues rémiges primaires se recourbent sur le croupion. Les trois paires de rectrices inférieures sont blanches alors que les rectrices supérieures sont noires et dépassent légèrement ; vu de face l'oiseau a la queue barrée d'un trait horizontal noir. Les sus-caudales vert-émeraude sont larges et recouvrent pratiquement toutes les rectrices ; comme chez le Quetzal brillant ou le Quetzal doré elles dépassent pour former une queue tricolore blanche, noire et verte à son extrémité lorsque l'oiseau est de face. Les tarses sont marron-vert et peu visibles. La femelle est plus en demi-teinte, tête brun foncé avec un iris marron, le bec oscille entre le noir et le brun très foncé. Madame est moins "ébouriffée", tout juste distingue-t-on une naissance de crète sur le front. Le haut de la poitrine est une alternance de lignes ou plutôt de vagues horizontales vertes et brunes pour arriver à un marron clair sur la partie supérieure du ventre. La partie basse du ventre est d'un rouge plus pâle que chez son compagnon. Les couvertures verticales sont plus courtes que chez le mâle, les rémiges noires peuvent dévoiler des émarginations blanches, les longues primaires se rabattent jusqu'à la naissance de la queue. Les trois paires de rectrices inférieures sont anthracite et bordées de marques blanches sur les liserés, la queue apparaît comme très légèrement rayée sur les bords extérieurs. Les sus-caudales vertes sont plus courtes et ne recouvrent que partiellement les rectrices supérieures noires. Les immatures sont comme leur mère, la poitrine est gris-vert, le ventre est rose pâle, les rémiges sont plus marron que noires, les rectrices inférieures ressemblent aux rectrices de la femelle et les jeunes mâles n'ont pas encore "blanchi" leur queue.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Crested Quetzal,
  • Quetzal Crestado,
  • Quetzal-de-crista,
  • Kammtrogon,
  • Kuifquetzal,
  • Quetzal crestato,
  • Tofsquetzal,
  • Krøllketsal,
  • kvesal strapatý,
  • kvesal přílbový,
  • Toppet Quetzal,
  • töyhtöketsaali,
  • quetzal crestat,
  • kwezal czubaty,
  • Хохлатый квезаль,
  • カンムリカザリキヌバネドリ,
  • 凤头绿咬鹃,
  • 鳳頭綠咬鵑,

Voix chant et cris

Un "wee-wooo" répété de 5 à 10 fois, la stance est lancinante et assez aiguë, l'oiseau s'arrête une quinzaine de secondes et recommence. En vol ou lorsqu'il est excité il produit un "kuhh-kuihhh-kuh" par séquences d'une dizaine de cris qui s'interrompent brutalement.

Habitat

Le quetzal antisien se plaît plutôt en altitude, on l'observe de 1 000 à 3 000 m, il fréquente la canopée des forêts tropicales humides et brumeuses mais on le voit occasionnellement à la lisière de ces forêts ou à la limite des forêts primaires et secondaires. Il va souvent rechercher les arbres qui supportent les plantes épiphytes et les plantes grimpantes. On peut le rencontrer avec le Quetzal doré, mais le quetzal antisien se tiendra en général moins haut en altitude que son cousin.

Comportement traits de caractère

Sédentaire dans la plus grande partie de son aire, on a cependant observé des migrations partielles dans la vallée de Cauca en Colombie où l'oiseau arrive entre juin et août, il remontera dans la cordillère occidentale le reste de l'année.

Alimentation mode et régime

Principalement frugivore, il aime les fruits des Persea de la famille des Lauraceae dont l'avocat fait partie et joue un rôle important dans la dispersion des noyaux. En Colombie on sait que son régime est constitué de fruits (figues) de Ficus et d'Octea calophylla ; il transforme son régime en période de nourrissage de ses petits pour chasser divers insectes, larves, chenilles, lézards et batraciens.

Reproduction nidification

La période de reproduction se situe de février à juin en Colombie, le nid est souvent un ancien nid de picidés ou une excavation dans un arbre mort. Il n'y a eu, à ce jour, aucune étude ou observation et on suppose que sa reproduction est proche de celle du quetzal replendissant.

Distribution

Exclusivement en Amérique du Sud le long de la cordillère des Andes, nord de la Colombie, nord-ouest du Venezuela, Equateur, Pérou notamment dans le Machu Pichu Historical Sanctuary près de Cuzco et à l'ouest et au centre de la Bolivie.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

LC. Son aire de distribution est sa meilleure protection, perché et caché en altitude dans la canopée le long de la cordillère des Andes, il est difficile à observer ; notre quetzal antisien est peut-être un sage parmi les trogonidés, il a appliqué le vieil adage pour vivre heureux vivons cachés !

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 09/10/2013 par Anne et Gabriel Leboff © 1996-2017 Oiseaux.net