Quetzal doré

Pharomachrus auriceps - Golden-headed Quetzal

Systématique
  • Ordre
    :

    Trogoniformes

  • Famille
    :

    Trogonidés

  • Genre
    :

    Pharomachrus

  • Espèce
    :

    auriceps

Descripteur

Gould, 1842

Biométrie
  • Taille
    : 36 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 154 à 222 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le quetzal doré ou plutôt le quetzal à tête dorée, qui est plus proche de la traduction latine littérale, et que nos voisins anglais ont traduit par Golden-headed Quetzal, forme probablement une super-espèce avec le Quetzal pavonin qui a le bec rouge et dont la femelle a les rectrices inférieures rayées. Le dimorphisme est prononcé comme chez beaucoup de trogonidés. Le mâle est un grand oiseau de 33 à 36 cm sans la queue qui mesure environ 10 cm, avec un fort bec jaune. La tête, la nuque et la gorge sont d'une incroyable teinte vert et or aux reflets bronze. Suivant la lumière ambiante, cette tête semblera dorée, vert-émeraude, bronze ou cuivrée. L'œil est marron foncé presque noir. La poitrine est vert-émeraude avec des reflets bleu-turquoise, le ventre et le bas-ventre étant rouge vif, le quetzal doré porte ses grandes couvertures alaires longues et presque verticales, qui sont toujours dans les tons vert-émeraude aux reflets or. Les couvertures primaires et les rémiges sont noires, le manteau et le dos sont de la même couleur vert-émeraude que la poitrine mais les reflets bleu-turquoise sont plus marqués, l'oiseau peut parfois apparaître complètement bleu selon la lumière lorsqu'il est observé de dos. Les trois paires de rectrices inférieures sont noires. Suivant sa position, la pointe verte des deux rectrices centrales supérieures dépasse et donne l'impression que le quetzal doré a deux feuilles à l'extrémité de la queue. Lorsque l'oiseau est observé de dos, ces deux rectrices gardent la teinte vert-or du manteau et du dos, la queue apparaît alors noire et verte. Les tarses vert-olive, sont plus colorés que chez nombre de trogonidés. La femelle est plus pâle que son compagnon, la calotte est vert foncé tirant sur le brun, la gorge et la nuque sont marron foncé, la poitrine est dans sa partie supérieure nuancée de vert et de marron pour devenir brune jusqu'au ventre qui est d'un rouge plus terne que le mâle. Son bec est brun-gris, la mandibule supérieure pouvant être grise. Lorsque Madame quetzal doré est de face, on ne voit pas les rectrices supérieures vertes dépasser. Les juvéniles ressemblent à leur mère avec une poitrine complètement marron qui prendra les nuances vertes avec l'âge, le bec est noir, les couvertures sont vertes sans les reflets or des adultes avec des bordures extérieures ocre-brun. Le ventre est plus rose que rouge, les rectrices présentent des marques blanchâtres sur fond noir. Il existe deux sous-espèces, Pharomacrus auriceps et ssp hargitti dans les Andes vénézueliennes, au coloris plus doré sur la tête et à la queue légèrement plus longue, les deux sous-espèces sont très proches et difficilement reconnaissables, des hybridations ont probablement lieu sur les zones de rencontre.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Pharomachrus auriceps auriceps (e Panama and n Colombia to n Bolivia)
  • Pharomachrus auriceps hargitti (nw Venezuela)

Noms étrangers

  • Golden-headed Quetzal,
  • Quetzal Cabecidorado,
  • Quetzal-de-cabeça-dourada,
  • Goldkopftrogon,
  • aranyfejű kvézál,
  • Goudkopquetzal,
  • Quetzal testadorata,
  • Guldhuvad quetzal,
  • Svarthaleketsal,
  • kvesal zlatohlavý,
  • kvesal zlatohlavý,
  • Gyldenhovedet Quetzal,
  • vuoriketsaali,
  • quetzal de cap daurat,
  • kwezal złotogłowy,
  • Золотистоголовый квезал,
  • キンガシラカザリキヌバネドリ,
  • 金头绿咬鹃,
  • 金頭綠咬鵑,

Voix chant et cris

Chante en lançant un "ewwwo-ewwwo-ewwwo-ewwwo-ewwwo" en général quatre à cinq fois ; cri d'alarme ou d'annonces : "kaaauuh-ka-ka-ka-ka-ka".

Habitat

Il aime l'altitude et on le trouve entre 1 200m et 3 100m le long de la Cordillère des Andes à partir du Pérou jusqu'au Panama. Il est pratiquement le seul trogonidé que l'on peut trouver sur les versants de la Cordillère des Andes, côté Pacifique. Il va rechercher les versants humides et nuageux au milieu de la canopée, au nord du Pérou, à la limite de la Cordillère et de l'Amazonie péruvienne on l'observe rarement vers 1 600 m où la canopée peut atteindre 50 m mais plutôt entre 1 600 m et 1 800 m ou les arbres n'excèdent pas 30 m de haut et sont presque toujours entourés d'humidité et de brume avec une forte densité de mousse, de fougères et d'épiphytes.

Comportement traits de caractère

Exclusivement sédentaire.

Alimentation mode et régime

Principalement frugivore, il aime les fruits des Lauraceae comme le Nectandra, le Persea dont la variété americana donne l'avocat, les fruits de divers Ficus, occasionnellement il chassera divers insectes, probablement en période d'élevage des petits.

Reproduction nidification

Période de reproduction an avril dans la province de Darien au Panama, et d'avril à juin le long de la Cordillère en Colombie, le nid est fait dans un trou naturel ou un ancien nid de picidés. L'oiseau peut également agrandir une excavation dans un arbre moisi. Il n'y a aucune information sur la reproduction du quetzal doré en liberté. Une observation a été faite au zoo de Houston au Texas début avril 1985 : le couple refusait tous les types de nichoir, jusqu'au jour où l'on mit un tronc de palmier verticalement avec un trou légèrement obturé de feuilles, aussitôt le mâle commença à enlever les feuilles et fibres, et progressa en enlevant les fibres à l'intérieur du tronc. Début juillet, la femelle rejoignit son compagnon dans cette activité, mi-août elle prit possession du trou par brèves périodes, le mâle restant perché à proximité, à partir de mi-septembre, on ne la vit pratiquement plus sortir du nid, celui-ci était complètement évidé de toutes les fibres. Le nid avait été creusé sur 46cm, toutes les fibres rugueuses enlevées et le fond du nid tapissé d'écorces moisies. Deux œufs bleu-gris ont été pondus le 25 octobre, on a supposé la période de couvaison entre 17 et 20 jours, les oisillons naquirent avec un jour de décalage et les deux parents prirent soin des petits, dont un seul survécut. Celui-ci fut pris en main par le personnel du zoo, par la suite d'autres portées furent élevées par les parents, la période d'élevage est alors de 24 à 30 jours avant l'envol. On suppose que le quetzal doré est en âge de se reproduire à deux ans.

Distribution

Depuis l'Amérique Centrale jusqu'à la frontière Panama-Colombie, il reste le long de la Cordillère, en Colombie, Equateur et Pérou où on le trouve des deux côtés, la ssp hargitti est uniquement présente au nord-est du Venezuela dans la partie andine du pays.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Ne semble pas particulièrement en danger, sa préférence pour l'altitude et la canopée très humide le protège et le rend difficile à observer. Cependant, le quetzal doré est dépendant de son biotope, à nous de ne pas le détruire pour continuer à l'admirer.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Quetzal doréFiche créée le 30/06/2013 par Anne et Gabriel Leboff © 1996-2018 Oiseaux.net