Quetzal pavonin

Pharomachrus pavoninus - Pavonine Quetzal

Systématique
  • Ordre
    :

    Trogoniformes

  • Famille
    :

    Trogonidés

  • Genre
    :

    Pharomachrus

  • Espèce
    :

    pavoninus

Descripteur

von Spix, 1824

Biométrie
  • Taille
    : 34 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 158 g
Distribution

Distribution

Description identification

L'ornithologie a plusieurs facettes, on peut être scientifique, observateur, peintre, photographe, vidéaste et pourquoi pas étymologiste ? Notre quetzal pavonin, dont on sait que quetzal a une origine Nahuatl (Aztèque) qui signifie longue plume verte, et qui est cousin du Quetzal resplendissant, a un nom emprunté à un autre oiseau avec qui il n'a rien à voir ! Pavoninus, en latin, signifiant littéralement "à queue de paon", Johann Baptist von Spix, explorateur et zoologiste allemand (1781-1826) baptisa ainsi ce magnifique quetzal en 1824. Ce quetzal, difficile à observer pouvant probablement mettre sa queue en éventail avec une coloration noire et bleu-vert qui pouvait faire penser, au 19ème siècle au Paon bleu ou Pavo cristatus ! Très proche du Quetzal doré avec qui il forme certainement une "super-espèce", notre quetzal pavonin a un dimorphisme prononcé, le mâle a le bec légèrement recourbé des trogonidés, la base des deux mandibules est rouge orangé alors que la pointe est jaune. L'œil, entouré d'un mince cercle orbital blanc, présente un iris marron foncé, la calotte est vert doré, cette nuance dorée étant moins marquée que celle de son cousin le Quetzal doré. La gorge et la poitrine sont vert-émeraude, la lisière entre le ventre rouge et la poitrine est en forme de croissant de lune, le manteau et le dos sont vert avec, suivant la posture, l'apparition de marques noires à la base des plumes, le bas du dos et le croupion montrant des reflets bleu-turquoise. Les petites et grandes couvertures vertes se portent longues et verticales et dépassent sur le ventre recouvrant partiellement les rémiges noires, caractéristique de nombreux trogonidés, les primaires présentent des émarginations blanches. Les rectrices inférieures sont noires, les rectrices supérieures vertes, et de dos lorsque l'oiseau met sa queue en éventail celle-ci présentera une partie centrale bleu-vert et des parties extérieures noires. La femelle a le bec rouge pâle et l'extrémité des deux mandibules se teinte d'une marque marron foncé. La tête est à dominante brune avec de très légers reflets vert-or, les parotiques sont brun-gris, la gorge brune se teinte petit à petit de vert sur la partie haute de la poitrine, puis redeviendra brune ; le ventre est rouge rosé, la couleur est légèrement "passée" par rapport à la couleur de son compagnon. Les couvertures vertes portées verticalement sur les rémiges noires sont plus courtes que celles du mâle et les émarginations blanches restent visibles, les rémiges primaires sont longues et vues de dos, elles recouvrent une partie des sus-caudales. Les rectrices inférieures anthracite sont blanc grisâtre à leur extrémité et rayées du même blanc sur les bords extérieurs. Les juvéniles ressemblent à leur mère, les couvertures sont tachetées de pointes chamois, les rémiges sont plutôt brun clair, le bec est noir et n'a pas encore la coloration des adultes.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Pavonine Quetzal,
  • Quetzal Pavonino,
  • Surucuá-pavão,
  • Pfauentrogon,
  • pávakvézál,
  • Pauwquetzal,
  • Quetzal pavonino,
  • Påfågelquetzal,
  • Amazonketsal,
  • kvesal páví,
  • kvesal paví,
  • Rødnæbbet Quetzal,
  • alankoketsaali,
  • quetzal pavoní,
  • kwezal pawi,
  • Златоглавый квезаль,
  • アカハシカザリキヌバネドリ,
  • 五彩绿咬鹃,
  • 帕逢尼金頭綠咬鵑,

Voix chant et cris

Un long "ew-ewwo-ewwo-ewwo-ewwo" répété 5 à 6 fois, l'oiseau peut répéter cette stance, notamment au crépuscule, pendant plus d'une heure. Les jeunes au nid appellent les parents en lançant un "ow-ow-ow" léger ; lorsque le mâle appelle sa compagne avec un "eeeooow-eeeooow" puis un son court et clair "tuk", la femelle répond avec un son plus bas et doux "wa...op-op-op-op".

Habitat

Probablement le quetzal vivant le plus bas en altitude, on le trouve souvent en-dessous de 700 m, dans la canopée des forêts tropicales, au milieu de la la terra firme (zone forestière qui n'est pas inondée en période de crue en Amazonie).

Comportement traits de caractère

Sédentaire, mais on connaît très mal cette espèce, des individus sont parfois repérés à des niveaux plus élevés qu'à l'habitude, peut-être à la recherche de nourriture.

Alimentation mode et régime

Comme beaucoup de trogonidés, le quetzal pavonin affectionne les fruits, notamment ceux des Lauraceae (l'avocat appartient à cette famille) et diverses baies ; mais notre quetzal pavonin n'en finit pas de nous étonner, très proche de nos goûts culinaires, son régime est en grande partie carnivore et il adore les grenouilles ! En particulier les grenouilles arboricoles du type hyla et phyllomedusa qui peuvent constituer la moitié de son régime alimentaire. Dan Lebbin, qui fit ses observations, ne sait pas si l'oiseau s'est spécialisé où s'il prélève ces batraciens suivant la localisation de son aire. Lors de ses repérages, il vit que le régime de nourrissage de l'oisillon était constitué de nombreux fruits et grenouilles en égale partie avec parfois quelques insectes, chenilles et diverses larves.

Reproduction nidification

Le quetzal pavonin étant inféodé aux parties hautes de la canopée des forêts tropicales, il est difficilement observable et on a peu d'information sur la nidification et la reproduction, la période en Amazonie se situe en général en février alors qu'on a observé des juvéniles au nord-est du Pérou mi-juillet. Un ornithologiste américain, Edwin Willis, et son épouse, Yoshisda Oniki, publièrent des observations faites en 1982 près de Manaus au Brésil, où ils virent un couple de quetzal pavonin attaquer un couple de Grimpar varié, Dendrocolaptes picumnus, et les chasser afin récupérer le nid situé à environ 9 m du sol ! Dan Lebbin, ornithologiste américain, observa un nid en 2007 au nord-est du Pérou, le nid se trouvait dans une excavation d'un arbre mort à une hauteur de 4,50 m, le couple avait creusé un tunnel d'une dizaine de cm de diamètre, le tunnel descendait de 6 cm depuis l'entrée pour aboutir à une chambre de 21 cm de haut. L'observation commença le 18 février et il estima la pondaison au 22, deux œufs furent couvés pendant 14 à 17 jours, la date de pondaison n'étant pas établie avec certitude. Il observa que le mâle couvait le jour et la femelle la nuit, le nourrissage était en majeure partie assuré par le père, la mère ne venant qu'occasionnellement, à 12 jours un seul oisillon commença à sortir la tête du nid pour le quitter au bout de 21 jours accompagné de son père.

Distribution

Uniquement en Amérique du Sud : est de l'Équateur, sud-est de la Colombie, du nord au sud du Pérou, sud-est du Venezuela, toute l'Amazonie brésilienne et nord de la Bolivie.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

LC, on n' a pas d'estimation exacte du nombre de quetzal pavonin, son aire de distribution qui est en fait la forêt tropicale le préserve et rend cette espèce difficile à trouver et observer. La déforestation de la forêt amazonienne est estimée par Birdlife entre 12,5 et 15% de sa surface sur 3 générations de cette espèce (environ 22 ans), ce qui entraîne une baisse des effectifs de 25% des quetzal pavonin ! La prochaine qualification de ce magnifique trogonidé risque bien d'être NT, soit quasi menacé...

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Quetzal pavoninFiche créée le 01/10/2013 par Anne et Gabriel Leboff © 1996-2018 Oiseaux.net