Queue-de-gaze à calotte rousse

Stipiturus ruficeps - Rufous-crowned Emu-wren

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Maluridés

  • Genre
    :

    Stipiturus

  • Espèce
    :

    ruficeps

Descripteur

Campbell, AJ, 1899

Biométrie
  • Taille
    : 15 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 5.4 à 6 g
Distribution

Distribution

Description identification

De toutes les queues-de-gaze (il y en a trois), c'est celle qui a la taille la plus petite et les rectrices les plus brèves. La queue est composée de 6 rectrices filamenteuses dont la longueur est à peu près équivalente à près du double de la longueur du corps.
Le mâle affiche un capuchon et une nuque roux éclatant et sans stries, ce qui est le caractère discriminant le plus remarquable. Les parties supérieures brun-cannelle sont ornées de vagues stries sombres. Les couvertures alaires sont brun grisâtre avec une bordure rousse qui est bien visible dans toutes les situations. La queue gris-brun possède des rectrices de longueur égale, et avec des barbes bien serrées. L'anneau orbital est blanc. Les lores, les couvertures auriculaires, la gorge et la poitrine forment un bel ensemble bleu-azur foncé avec des stries noires particulièrement nettes sur les oreillons. Le reste de l'abdomen est chamois uni , avec une légère nuance rousse.
En ce qui concerne les parties nues, les yeux, le bec et les pattes sont bruns.
La femelle est assez semblable à son partenaire. Néanmoins, les parties bleu-azur sont absentes et la gorge affiche une couleur chamois comme les parties supérieures.
Les juvéniles sont plus ternes que les parents. Ils sont brun fade et les stries sont peu abondantes sur le dessus. Les 2 sexes sont identifiables, la jeune femelle possédant une gorge chamois jaunâtre alors que celle du jeune mâle est plutôt blanc-crème. Les immatures ont un plastron gris bleuâtre pâle.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Rufous-crowned Emu-wren,
  • Maluro coronirrufo,
  • Rotscheitel-Borstenschwanz,
  • Roodkapemoesluiper,
  • Scricciolo emù caporossiccio,
  • Rödkronad trådstjärt,
  • Rustkroneemusmett,
  • brvochvost hrdzavohlavý,
  • pokřováček spiniexový,
  • Eyre-emusmutte,
  • pikkuemumaluri,
  • malur cua-de-palla septentrional,
  • szczeciogonek rdzawogłowy,
  • Красноголовый мягкохвостый малюр,
  • ズアカエミュームシクイ,
  • 棕帚尾鹩莺,
  • 棕冠鶓鷯鶯,

Voix chant et cris

Le chant est un quadrille, typique de la famille des maluridés, il est aigu et porte à faible distance. Le cri de contact est un "tsee tsee" strident qui est diffusé de façon continuelle. Il est difficile à distinguer des bruits produits par les insectes. Le cri d'alarme est un "trrrt" plus puissant.

Habitat

Les Queue-de-gaze à calotte rousse fréquentent principalement les prairies dont la surface est recouverte de grosses touffes de spinifex (trioda). Ils vivent dans la zone tempérée chaude, c'est à dire celle dont le mois le plus froid de l'année est compris entre 18° et -3° degrés, ainsi que dans les zones tropicales arides.
Leur habitat préféré est composé de longues herbes épaisses qui poussent sur les dunes sableuses. D'autres types de biotopes sont également appréciés, tels que les régions de drainage, les plaines sableuses et les collines rocheuses, surtout si elles sont pourvues d'une importante couverture de mallee, d'eucalyptus, de mulgas ou de broussailles basses.

Comportement traits de caractère

Les Queue-de-gaze à calotte rousse sont assez discrètes et donc difficiles à repérer car elles vivent dans le couvert, à faible hauteur du sol. Leurs déplacements furtifs et la couleur brune de leur livrée les fait souvent confondre avec des souris des buissons.
Elles sont probablement sédentaires. Mais ce statut qui leur est attribué est étroitement dépendant des conditions climatiques locales. Concernant les mouvements de populations, on ne possède pas de données précises, aucun programme de baguage n'étant mis en place pour cette espèce.

Alimentation mode et régime

On possède peu de renseignements sur le régime alimentaire. Ces oiseaux sont principalement insectivores. Le menu est complété avec quelques graines.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule du mois d'août au mois d'octobre, elle est grandement influencée par les conditions atmosphériques et par la chute des précipitations. Le nombre de nichées par saison n'est pas connu. Les Queue-de-gaze à calotte rousse nichent en couples isolés et territoriaux. Le nid est construit par la femelle, avec des tiges d'herbes qui sont reliées entre elles par des toiles d'araignée. La structure est garnie avec du duvet végétal et des plumes. Elle est placée au centre d'une touffe de spinifex, généralement pas plus que 20 ou 25 centimètres au-dessus du sol.
La ponte contient 2 ou 3 œufs, parfois plus. On ne possède aucune information sur le timing des soins parentaux, la durée de la période d'incubation, et la longueur du séjour des jeunes au nid.
Après avoir pris leur envol, les jeunes restent sans doute au sein du groupe familial, même après qu'ils aient acquis leur indépendance.
On ignore s'ils aident leurs parents dans le soin et l'éducation des couvées suivantes. Les couvées sont assez régulièrement perturbées par le parasitage du Coucou de Horsfield (Chrysococcyx basalis).

Distribution

Les Queue-de-gaze à calotte rousse sont endémiques du centre-ouest du continent australien. Leur aire de distribution s'étend de la côte de l'océan indien et de la région du Pilbara en direction de l'est jusqu'à l'ouest et au centre du Queensland. La limite sud de leur territoire atteint les environs du lac Eyre, en Australie Méridionale.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle est commune localement et sa distribution s'effectue de façon très dispersée, avec l'existence de nombreuses populations isolées, ce qui est le signe indubitable d'un certain déclin. Ces oiseaux sont grandement dépendants des touffes de spinifex qui constituent leur habitat quasi exclusif, si bien qu'ils sont vulnérables aux incendies de prairies et aux feux de broussailles.
D'après Birdlife, la superficie de leur aire de répartition est d'environ 568 000 kilomètres carrés. En dépit du fait que ces effectifs ne sont pas répertoriés avec précision, cette espèce est classée comme de préoccupation moindre (LC -Least concern).

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 25/03/2016 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net