Râle à ventre roux

Eulabeornis castaneoventris - Chestnut Rail

Systématique
  • Ordre
    :

    Gruiformes

  • Famille
    :

    Rallidés

  • Genre
    :

    Eulabeornis

  • Espèce
    :

    castaneoventris

Descripteur

Gould, 1844

Biométrie
  • Taille
    : 44 à 52 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 550 à 910 g
Distribution

Distribution

Description identification

Ce râle possède trois phases de couleurs différentes, chaque phase correspondant à une région particulière. Dans la phase châtain (Territoire du Nord), les oiseaux ont un capuchon et des côtés de la tête gris. L'arrière du cou est également gris mais vire progressivement au châtain-brun au fur et à mesure qu'on s'approche du haut du manteau. Le reste des parties supérieures, y compris la majorité du dessus des ailes, affiche une couleur châtain-brun foncé jusqu'au bout de la queue. Les axillaires et les petites couvertures du dessous des ailes sont châtain pâle, contrastant fortement avec les rémiges sombres. Le menton est blanc, virant au brun-rose sur la gorge. La poitrine et les flancs sont brun-rose, avec une légère teinte châtain. Le ventre est brun-rose, les sous caudales châtain-brun. Les iris sont rouge éclatant, le bec vert pâle ou vert jaunâtre avec une pointe blanchâtre ou grisâtre. Les pattes et les pieds sont jaunes.
Dans la phase olive (Australie Occidentale), les parties supérieures et les couvertures alaires sont uniformément olive grisâtre à olive, virant au gris sur l'arrière du cou. Les rectrices sont brun-olive avec de larges bordures olive. Les rémiges sont brun-olive avec une bordure olive sur la partie centrale. Dans la phase brun-olive (Territoire du Nord et Queensland), les parties supérieures, les ailes et la queue sont brun-olive. Les plumes sont plus brunes sur la partie centrale et plus olive sur les franges.
La femelle, bien que plus petite, est semblable à son partenaire. Les immatures ont des iris jaunâtres.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Eulabeornis castaneoventris castaneoventris (coastal n Australia)
  • Eulabeornis castaneoventris sharpei (Aru Is.)

Noms étrangers

  • Chestnut Rail,
  • Cotara Australiana,
  • Saracura-castanha,
  • Mangroveralle,
  • mangrove guvat,
  • Mangrove-ral,
  • Rallo castano,
  • Rödbukad rall,
  • Goliatrikse,
  • veľchriašť gaštanový,
  • chřástal hnědobřichý,
  • Mangroverikse,
  • trumpettimangrovekana,
  • rascló bru,
  • wodnokur duży,
  • Каштановогрудый мангровый пастушок,
  • Mandar bakau,
  • マングローブクイナ,
  • 栗腹秧鸡,
  • 栗腹秧雞,

Voix chant et cris

Le cri territorial est un cri perçant et tranchant, précédé par un grognement et répété environ une douzaine de fois. Il est également décrit comme une séquence qui commence par un tambourinage grave et se poursuit soit par un couinement puissant de cochon, un aboiement, une sonnerie de trompette ou un gloussement de dindon. Ce cri dure entre 10 et 15 secondes, il peut être entendu à tout moment de l'année et à toute heure de la journée. Toutefois, il est plus courant le matin. De nombreux voisins peuvent répondre à l'émetteur. Le cri de contact est un "cheuk" ou un "chèck" puissant, suivi de quelques grognements occasionnels. Ces derniers sont assez semblables à ceux des émeus (Dromaius novaehollandiae) et sont produits calmement lorsque les oiseaux sont perturbés.

Habitat

Les râles à ventre roux fréquentent les côtes tropicales et les estuaires, accordant une large préférence aux zones denses de mangroves orientées vers le large. Ces régions sont souvent dominées par les mangliers, les palétuviers, les myrsinacées et les sonneratiacées dont les arbres produisent des fruits qui ont la forme de tomates vertes aplaties. Ces oiseaux vivent également dans les criques qui subissent l'influence des marées et dans les chenaux possédant des vasières. Ils apprécient particulièrement les zones de grands arbres qui forment une canopée épaisse. A contrario, ils délaissent plutôt les étages inférieurs de la mangrove, sans doute à cause des dégâts occasionnés par la marée sur les nids. De même, les râles à ventre roux occupent parfois les prairies humides, les zones boisées ouvertes ou les marécages de roseaux avoisinants lorsque leur habitat habituel est envahi par les eaux. Dans le îles Wessel, au large de la terre d'Arnhem, ils occupent souvent des habitats particuliers. En effet, dans cette région, les râles n'occupent pas systématiquement les mangroves, on les trouve également sur des plate-formes de grès ou dans des éboulis rocheux sans végétation qui sont situés juste au-dessus du niveau de marée basse.

Comportement traits de caractère

Le râle à ventre roux est actif à la fois le jour et la nuit. Ses périodes d'activité sont peut-être liées au cycle des marées. C'est un oiseau timide, extrêmement discret, mais quand il se nourrit dans les vasières, il peut s'avérer moins prudent. Il peut même faire preuve de familiarité. Cet oiseau marche d'une manière fière, pleine de vanité. Il se déplace soit la queue baissée soit la queue dressée tout en agitant nerveusement les ailes. Il lui arrive rarement de voler. Quand il est alarmé, il court à toute vitesse sur une distance de 20 ou 30 mètres puis il reprend son activité antérieure.
Les râles à ventre roux sont monogames et ils ont un comportement territorial pendant la période de nidification. Ils vivent habituellement en solitaire, en couples ou en petits groupes familiaux. Leur territoire est estimé à environ 10 hectares, mais un couple ou un groupe familial peut occuper une superficie de 4 ou 5 hectares. Les oiseaux qui entrent en conflit pour une dispute territoriale, se font face et grognent. Le combat ne dure que quelques minutes et s'arrête dès qu'un des deux belligérants abandonne la place. Parfois, une simple parade de dissuasion suffit pour mettre un terme à l'affrontement.

Alimentation mode et régime

Les râles à ventre roux se nourrissent majoritairement de crabes qui peuvent constituer jusqu'à 90% de leur diète. Il consomment des crabes violonistes (uca) et d'autres crustacés, mais également des crabes des mangroves (sesarma) ou des crabes-fantômes (ocypode). Ils capturent aussi de petits mollusques et des insectes ainsi que des mille-pattes. Ces oiseaux recherchent leur nourriture dans les vasières ou les étendues d'eau peu profonde, à proximité de la mangrove ou dans les chenaux. Ils se déplacent lentement, agitant parfois les ailes et courant sur une courte distance pour poursuivre une proie. La presque totalité des ressources est prélevée à terre ou dans l'eau. Lorsqu'ils sondent les terriers des crabes, ces râles enfouissent leur front dans la boue ou dans l'eau jusqu'aux yeux. Ils prospectent également dans les racines des palétuviers (Rhizophora) pour trouver des mollusques.

Reproduction nidification

Les râles à ventre roux nichent de septembre à février. Le nid est une large plate-forme de bois morts, d'herbes, de feuilles, d'écorces et d'algues disposés en ordre lâche. Il mesure entre 35 et 50 cm de largeur et de 17 à 50 cm de profondeur. Il a la forme d'une pyramide dont le sommet est écrasé et, la plupart du temps, il est composé de brindilles de faible diamètre qui s'entrelacent sur les côtés. Le nid est placé généralement entre 60 centimètres et 3 mètres au-dessus du sol dans un arbre incliné, une cavité de tronc, une branche droite ou une souche d'arbre tombé. Certains nids ont un couloir central composé de petits bâtonnets qui donne accès à la coupe intérieure. La majorité d'entre eux est remise à neuf et réutilisée au cours des années suivantes. La femelle pond habituellement 4 ou 5 oeufs. Ces derniers sont de forme elliptique, pointus aux deux bouts, de couleur rosâtre ou crème avec des taches brunes, châtain, marron clair ou brun violacé. La durée d'incubation est inconnue. Les oisillons sont précoces et quittent le nid peu de temps après l'éclosion. Ils sont capables de se nourrir dès le troisième jour. Ils courent rapidement et peuvent attraper des insectes dès l'âge de 12 jours. Au bout de 46 jours, ils ont acquis presque totalement leur plumage adulte excepté sur les ailes où quelque duvet subsiste.

Distribution

Les râles à ventre roux sont endémiques du nord de l'Australie, du district de Kimberley jusqu'au sud-ouest du golfe de Carpentaria. Dans un passé récent, ils vivaient également dans la péninsule du Cap York. Une population isolée vit également dans l'archipel des îles Aru. Deux sous-espèces sont officiellement reconnues : E.c. castanoeoventris, la race nominale, (côte nord de l'Australie, des Kimberleys jusqu'au sud-est du golfe de Carpentaria en passant par tout le littoral du Territoire du Nord, subsiste sans doute sur la côte ouest de la péninsule de Cap York) - E.c. sharpei (îles Aru, y compris Karang et Enu, situés au large).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

L'espèce n'est pas globalement menacée. La race nominale paraît très clairsemée et son statut paraît très incertain du fait que l'oiseau est très discret et son observation très insuffisante. Dans un passé assez récent, le râle à ventre roux était considéré comme commun à assez commun dans les habitats qui lui convenaient. Il est probable que ce statut n'ait pas changé, d'autant que son habitat ne semble pas avoir subi de dégradations particulières dans les dernières années.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Râle à ventre rouxFiche créée le 11/07/2009 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net