Râle de Lafresnaye

Gallirallus lafresnayanus - New Caledonian Rail

Systématique
  • Ordre
    :

    Gruiformes

  • Famille
    :

    Rallidés

  • Genre
    :

    Gallirallus

  • Espèce
    :

    lafresnayanus

Descripteur

Verreaux, J Des Murs, 1860

Biométrie
  • Taille
    : 48 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les adultes, le front et l'avant du capuchon sont gris sombre, devenant gris-brun de la calotte jusqu'à la nuque. Les lores sont brun foncé, avec une fine rayure pâle de la calotte jusqu'à la nuque et un trait brun en-dessous de la joue. Les oreillons sont bruns. Le reste de la face, gris, contraste avec le reste du menton et de la gorge qui sont légèrement plus pâles.
La zone qui va de l'arrière du cou au dos ainsi que le croupion son brun-chocolat. Les épaules ont une nuance olive. Le bas du dos jusqu'au bas de la queue est brun noirâtre, avec une faible lavure brun-roux.
Les couvertures primaires, l'alula et les rémiges sont brun sombre, sans barres, avec un peu plus de brun-roux sur les vexilles externes, les axillaires et les couvertures sous-caudales qui sont barrées de noir et de blanc.
Les parties inférieures gris-olive virent au brun-olive sombre sur l'arrière. Les plumes des flancs sont obscurcies par des barres rousses.
Les iris sont rouge cramoisi brillant, le bec rose se termine par une fine pointe gris clair. Les pattes et les cuisses sont gris-corne.
Les immatures ne sont pas décrits.
Les sexes sont identiques, bien que la femelle soit plus réduite. Les juvéniles sont presque entièrement noirs. Le dessus du dos et les côtés du cou son teintés de chocolat. La tête et la gorge sont nuancées de gris-ardoise. L'avant du cou est taché de brun-orange.
Les sous-caudales sont variablement barrées. Le plumage des jeunes est légèrement ébouriffé. Les iris sont rouge cramoisi. Le bec varie du gris au corne foncé.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • New Caledonian Rail,
  • Rascón de Nueva Caledonia,
  • Sanã-da-nova-caledônia,
  • Pelzralle,
  • új-kaledóniai bozótguvat,
  • Nieuwcaledonische Ral,
  • Rallo di New Caledonia,
  • Nya Kaledonienrall,
  • Nykaledoniarikse,
  • chriašteľ nočný,
  • chřástal novokaledonský,
  • Ny Caledonisk Skovrikse,
  • kanakkiluhtakana,
  • rascló de Nova Caledònia,
  • wodnik nowokaledoński,
  • Новокаледонский пастушок,
  • ニューカレドニアクイナ,
  • 新喀秧鸡,
  • 新喀里多尼亞秧雞,

Voix chant et cris

Le chant de ce râle n'est pas facilement identifiable, en raison se sa grande discrétion et de la faiblesse de ses effectifs. Peut-être ressemble-t-il à celui du Râle wéka ou à celui du Râle de Lord Howe qui résident dans la mer du Pacifique entre l'Australie (Nouvelles-Galles du Sud) et la Nouvelle-Zélande ?

Habitat

De nos jours, les Râles de Nouvelle-Calédonie (également appelés Râles de Lafresnaye) fréquentent les forêts denses et humides à des altitudes moyennes et modérées. Il y a peu de temps, on pouvait les observer dans des vallées espacées proches des côtes où ils trouvaient des lieux propices à leur mode d'alimentation. Cependant, en raison des menaces qui les visent (chasseurs et prédateurs terrestres), ces oiseaux ont entrepris des déplacements vers des endroits plus inaccessibles et ils résident souvent jusqu'à 1 000 mètres d'altitude.

Comportement traits de caractère

Les Râles de Nouvelle-Calédonie se déplacent à terre avec une grande rapidité. Ils agitent la queue pour grimper et pour sauter, un peu à la manière des chats. Ils s'accroupissent lorsqu'ils sont poursuivis ou quand ils se sentent en danger. Ils essaient de se faire les plus petits possibles dans les cavités et dans les crevasses et ils restent immobiles, essayant de faire croire qu'ils sont morts.
En captivité, ils passent pour avoir une activité nocturne. Cependant, dans leur milieu naturel, ils sont actifs principalement pendant la journée et au crépuscule.
On ne possède aucune information détaillée sur leur organisation sociale et sur leurs mœurs. Comme la plupart des oiseaux insulaires, les Râles de Lafresnaye sont des oiseaux sédentaires.

Alimentation mode et régime

D'après l'exploration de leur estomac et de leur système gastrique, les Râles de Nouvelle-Calédonie consomment en priorité des insectes. Les oiseaux en captivité ingurgitent de la viande crue et des matières végétales.
Ils mangent également des rats qu'ils ont capturés. Leur régime alimentaire est assez semblable à celui des Râles wéka, c'est à dire qu'il est composé de toutes sortes d'invertébrés, y compris des mollusques terrestres et des gastéropodes.
Leur méthode de chasse est également assez commune à celle du Râle wéka, c'est à dire qu'ils prospectent souvent à terre en retournant les galets, les amas d'algues ou de feuilles mortes.

Reproduction nidification

Les informations sur les mœurs reproductives ne sont pas très nombreuses. On ne possède pas de renseignements précis sur la période de nidification. La structure du nid est pour l'instant inconnue. La ponte ne contient généralement qu'un seul œuf, de forme longue et ovale, de couleur crème avec de légères taches brunes et lilas. La coquille est ornée également de gribouillis. L'œuf mesure en moyenne 55 millimètres sur 33. Il pèse environ 34 grammes.

Distribution

Le Râle de Lafresnaye est endémique de Nouvelle-Calédonie. dans l'océan Pacifique et dans le nord de la mer de Corail.
Cette île, sous souveraineté française, est située à 1 500 kilomètres à l'est de l'Australie (Nouvelles-Galles du Sud) et à 2 000 kilomètres du nord de la Nouvelle-Zélande. La situation de la Nouvelle-Calédonie, proche du tropique du Capricorne, fait qu'il existe un refroidissement très marqué l'hiver. Le plus haut sommet de l'île, appelé mont Panié, culmine sur la côte nord-ouest à une altitude de 1 628 mètres.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Son existence n'a pas été confirmée depuis 1890, bien que des observations non confirmées aient été annoncées dans les années 1960 et 1984, dans les forêts de haute montagne. Une expédition pour confirmer son existence a échoué en 1988 dans le nord de l'île principale. Cet oiseau est classé comme en DANGER CRITIQUE. Certains observateurs le considèrent même comme une race définitivement éteinte.
La principale raison du déclin tient dans le fait que les Râles de Nouvelle-Calédonie constituent pour les Kanaks et les indigènes de Nouvelle-Calédonie un gibier très apprécié pour sa chair. Lorsqu'il s'accroupit dans les broussailles pour se dissimuler des chasseurs ou pour se soustraire à leurs regards, ils deviennent des proies faciles pour les chiens ou pour les animaux sauvages introduits.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Râle de LafresnayeFiche créée le 25/09/2016 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net