Stourne luisant

Aplonis metallica - Metallic Starling

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Sturnidés

  • Genre
    :

    Aplonis

  • Espèce
    :

    metallica

Descripteur

Temminck, 1824

Biométrie
  • Taille
    : 25 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 61 à 67 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez l'adulte, le front, la capuchon, la raie sur la joue, le haut de la poitrine et le manteau forment un ensemble pourpre brillant. La gorge et la nuque sont vert satiné brillant. Les scapulaires, les couvertures alaires, le dos, le croupion, la poitrine et ventre sont vert émeraude brillant. Les plumes de la tête et du cou sont longues et lancéolées. Les ailes sont noir brunâtre avec une irisation bleuâtre sur les bordures extérieures des couvertures primaires et secondaires. La queue, noire et luisante, est échelonnée, les deux rectrices centrales étant environ 2 centimètres plus longues que les autres. Le bec, noir et plutôt long, présente un culmen incurvé. Les pattes sont noires. L'iris est rouge-orange brillant ou rouge, parfois entouré par un fin anneau jaune.
Chez les immatures, les parties supérieures sont brun-chocolat. Les ailes sont brun noirâtre, affichant un léger lustre sur les secondaires et les scapulaires. La queue est brun-chocolat. Le menton et la gorge sont chamoisés. Les plumes de la poitrine et du ventre sont brunes, avec de larges liserés chamois clair qui forment des stries de taille différente. Les yeux des jeunes oiseaux changent fréquemment de couleur . Ils passent du brun sombre initial au jaune-olive, au jaune verdâtre puis à l'orange verdâtre avant d'adopter définitivement le rouge-orange des adultes.

Indications subspécifiques 4 Sous-espèces

  • Aplonis metallica metallica (Moluccas, New Guinea, ne Australia and most nearby islands)
  • Aplonis metallica nitida (Bismarck Arch.. except nw. and Solomon Is.)
  • Aplonis metallica purpureiceps (Admiralty Is.. nw Bismarck Arch..)
  • Aplonis metallica inornata (Numfor and Biak Is.. off nw New Guinea.)

Noms étrangers

  • Metallic Starling,
  • Estornino lustroso,
  • Weberstar,
  • fémes énekesseregély,
  • Violette Purperspreeuw,
  • Storno metallico,
  • Metallglansstare,
  • Metallstær,
  • majna družná,
  • špaček lesklý,
  • Pragttræstær,
  • viherkottarainen,
  • estornell llustrós,
  • skworczyk towarzyski,
  • Металлический аплонис,
  • Perling ungu,
  • オナガテリカラスモドキ,
  • 群辉椋鸟,
  • 群集椋鳥,

Voix chant et cris

Les stournes luisants émettent des cris puissants, nasals, dissyllabiques et peu harmonieux dont on dit qu'ils ressemblent beaucoup à ceux du stourne des Moluques (Aplonis mysolensis). Selon d'autres observateurs, leurs cris ne sont également guère éloignés de ceux du stourne aux yeux blancs (Aplonis bruneicapilla), mais ils sont moins sifflants et plus rauques. Le chant ressemble à celui du canari mais il est plus bref et plus flûté. Le stourne luisant est capable d'imiter le cri de certaines espèces comme la brève à capuchon ou le coucou koël. Les bandes sont bruyantes et émettent continuellement des notes gazouillantes. Un stourne luisant qui s'approche de la colonie signale sa présence par un gazouillement aigu.

Habitat

Les stournes luisants fréquentent les forêts pluviales, les lisières des forêts, les bouquets d'arbres isolés dans les clairières, les zones boisées le long du littoral et les jardins. On les trouve également dans les mangroves et les savanes pourvues d'arbres fruitiers. La plupart du temps, ils occupent l'étage supérieur du feuillage des arbres mais ils descendent volontiers à des niveaux inférieurs lorsqu'il se tiennent à la lisière des forêts. Certains groupes ont même été observés recherchant leur nourriture à terre à proximité de pâtures. Ce sont surtout des oiseaux des plaines et des régions basses, bien qu'ils puissent couramment nicher jusqu'à 1100 m en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Les stournes luisants constituent l'une des espèces les plus répandues du genre aplonis. Leur aire de distribution est centrée sur la Papouasie-Nouvelle-Guinée et sur les petites îles qui gravitent autour. Toutefois, elle s'étend en direction de l'ouest jusqu'aux Moluques, en direction de l'est jusqu'aux îles de l'Admirauté, l'archipel Bismarck et les îles Salomon, et en direction du sud jusqu'au nord-est du Queensland sur le continent australien. On ne compte pas moins de 5 sous-espèces : la race nominale metallica (Papouasie, nord-est du Queensland et Moluques) - race circumscripta (Tanimbar et îles Damar) - race nitida (archipel Bismarck) - race purpureiceps (îles de l'Admirauté) - race inornata (îles de Biak et de Numfor).

Comportement traits de caractère

Au début de la saison de nidification, des oiseaux solitaires, en principe des mâles, se dressent verticalement au sommet de leurs nid ou sur les branches avoisinantes et agitent doucement leurs ailes partiellement ouvertes. Pendant cette parade, le bec est souvent ouvert et porte un fruit rouge ou orange. Certains groupes de jeunes oiseaux reproduisent cette parade pendant qu'ils se nourrissent et l'accompagnent de babillements. Quelle que soit la période de l'année, les stournes luisants sont très grégaires et forment des bandes pouvant parfois atteindre plusieurs centaines d'individus. Ils se déplacent en groupes compactes et bruyants au-dessus de la cime des arbres, d'un vol rapide et direct. Les groupes sont formés d'oiseaux de différents âges mais ils contiennent soit presque exclusivement des adultes, soit majoritairement des jeunes. Le stournes luisants se perchent en commun dans les grands arbres mais parfois également dans les marécages qui possèdent des herbes aux tiges solides. Quand ils ne recherchent pas leur nourriture, ils se perchent bien en évidence dans les grands arbres, restant bien exposés et ne cherchant pas d'abri lors des averses de pluies.
Les populations du Queensland sont migratrices. Elles arrivent de juillet à septembre et repartent de février à avril. En dehors de la saison de reproduction, elles passent le reste de l'année en Nouvelle-Guinée. Les populations de Nouvelle-Guinée sont nomadiques en dehors de la saison de nidification. Les populations du détroit de Torres sont erratiques pendant toute l'année.

Alimentation mode et régime

Le stournes luisants sont surtout frugivores. Ils trouvent les ressources dont ils ont besoin dans de nombreux endroits (jardins, forêts, mangroves) et ils consomment des fruits appartenant à de nombreuses familles (carallia, muscadiers, parasoliers, palmiers). Selon certains observateurs, ils ingurgitent beaucoup de baies et des fruits ayant l'aspect de figues. En plus des fruits, ils consomment du nectar qu'ils récoltent dans les arbres en floraison. Leur menu ne s'arrêtent pas aux végétaux. Ils capturent également des insectes en vol et sans doute à terre près des pâtures pour le bétail. A leur tableau de chasse, des fourmis volantes, des éphémères, des chenilles, et la liste n'est pas exhaustive. Lorsqu'ils recherchent leur nourriture, les stournes luisants s'associent souvent à d'autres espèces de stournes du genre aplonis et même à des pigeons frugivores du genre chalcophaps.

Reproduction nidification

Les stournes luisants nichent en colonies et généralement toute la colonie n'occupe qu'un seul arbre. L'arbre qui abrite les nids est souvent isolé à l'intérieur d'une clairière, d'un jardin ou à la lisière d'une forêt, mais parfois un grand arbre émergeant à l'intérieur d'une forêt fait également l'affaire. Les colonies contiennent de 4 à 400 nids. Parfois un groupe de nids fusionne pour former une structure unique. Certaines structures sont si lourdes qu'elles provoquent parfois la rupture de certaines branches. Les nids sont recouverts d'un dôme, possèdent une entrée latérale et sont suspendus aux branches par de robustes brindilles. Ils sont construits avec des petits morceaux de bois, des vrilles de plantes grimpantes et des lamelles d'écorce, ils sont garnis des bandes de feuilles de palmiers.
La ponte comprend habituellement 1 à 3 oeufs dont on ne connaît pas la durée d'incubation. Ils sont de couleur bleu pâle avec plus ou moins de taches roux foncé et gris-mauve clair. Pendant le séjour au nid dont on ignore la durée, les deux parents nourrissent les jeunes par régurgitation ou en leur apportant les aliments dans le bout de leur bec. En Papouasie-Nouvelle-Guinée, selon les différentes localités, les stournes luisants nichent à des périodes différentes de l'année. Dans la plupart des endroits, la saison de nidification se déroule de juillet à octobre, mais dans certaines zones, elle est limitée de mars à mai. Dans les plaines de la région de Port Moresby, les colonies sont actives de juillet-août jusqu'à début février. Dans le Queensland en Australie, le dépôt des oeufs commence en août. A l'intérieur de la colonie, toutes les opérations ne sont pas synchrones et tous les oiseaux n'en sont pas au même stade de la reproduction. Certains construisent encore leur nid alors que d'autres en sont déjà à l'incubation ou à l'alimentation des jeunes. Pour compliquer le tout, il peut y avoir plusieurs nichées pendant la saison d'une colonie et on ne sait pas exactement si ce sont les mêmes nicheurs qui restent en place ou si ce sont de nouveaux couples qui prennent la relève.
On pense que les colonies sont composées uniquement d'adultes nicheurs et que les immatures sont tenus à l'écart. A partir du moment où les nids ne sont pas occupés pendant toute l'année, on suppose qu'ils servent de lieux de repos en dehors de la période de reproduction.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 06/04/2008 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net