Tangara des palmiers

Thraupis palmarum - Palm Tanager

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Thraupidés

  • Genre
    :

    Thraupis

  • Espèce
    :

    palmarum

Descripteur

zu Wied-Neuwied, 1821

Biométrie
  • Taille
    : 19 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 27 à 48 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le Tangara des palmiers est un passereau de la taille d'un Moineau domestique, qui appartient à la vaste famille de passereaux du Nouveau-Monde appelée Thraupidés. Le plumage vert-olive se teinte de violacé suivant l'éclairage et la sous-espèce à laquelle appartient l'oiseau. Il apparaît terne au premier abord mais en réalité son plumage est loin d'être uniforme. Les ailes bicolores sont caractéristiques : les couvertures sont très pâles alors que l'extrémité des ailes est presque noire. Chez la sous-espèce nominale, la tête est vert-olive moyen, le dos et la queue un peu plus foncé, alors que le ventre est gris-brun moyen. La sous-espèce melanoptera (que l'on rencontre au centre et à l'ouest de l'Amazonie) est plus sombre et plus contrastée ; la tête présente des nuances jaunâtres alors que le corps et les ailes tirent sur le gris. La sous-espèce atripennis (Amérique centrale jusqu'en Colombie et Venezuela) est encore plus contrastée que melanoptera : l'extrémité des ailes est pratiquement noire, tandis que le dos et la queue présentent des nuances violacées, la tête et les couvertures alaires étant vert-olive très pâle tirant sur le jaune. La sous-espèce violilavata (Sud-Colombie et Équateur) est comme son nom l'indique celle qui présente le plus de nuances violacées, sur le dos, les ailes, la queue et le dessous. Le plumage est moins contrasté que chez les autres sous-espèces. Quelques soit la sous-espèce, femelles et juvéniles sont plus terne que les mâles. Les yeux sont sombres, le bec gris foncé à noir, et les pattes grises.

Indications subspécifiques 4 Sous-espèces

  • Thraupis palmarum atripennis (e Nicaragua to nw Venezuela)
  • Thraupis palmarum violilavata (sw Colombia and w Ecuador)
  • Thraupis palmarum melanoptera (Amazonia, Trinidad and Tobago)
  • Thraupis palmarum palmarum (e and s Brazil, ne Argentina)

Noms étrangers

  • Palm Tanager,
  • Azulejo de Palmares,
  • Sanhaçu-do-coqueiro,
  • Palmentangare,
  • ,
  • Пальмовый траупис,
  • 棕榈裸鼻雀,
  • Palmtangare,
  • Tanagra dei palmeti,
  • Palmtangara,
  • Palmetanagar,
  • tangarka palmowa,
  • tangara palmová,
  • tangara palmová,
  • Palmetangar,
  • palmutangara,
  • ,
  • ハイイロフウキンチョウ,

Voix chant et cris

Le chant est similaire à celui du Tangara évêque, quoique moins musical. C'est un genre de bavardage rapide constitué de notes rauques et peu musicales. Le cri est une note simple, montante ou descendante.

Habitat

Comme son nom l'indique, le Tangara des palmiers s'observe facilement dans ou à proximité des palmeraies, mais il se plait aussi dans les clairières arbustives, les repousses forestières, les lisières, les jardins, les zones agricoles, ainsi que dans la canopée des forêts humides de moyenne montagne. Cependant il colonise moins facilement les zones urbaines que son cousin le Tangara évêque. On le trouve à toutes les altitudes jusqu'à 1 300 m, et même jusqu'à 2 600 m dans les vallées andines (versant Amazonien).

Comportement traits de caractère

Le Tangara des palmiers est une espèce sédentaire. Il est souvent observé par paire, ou en petits groupes bruyants, recherchant sa nourriture assez haut dans les arbres. Il est assez agressif avec ses congénères et avec les oiseaux d'autres espèces. Cependant il s'associe fréquemment au Tangara évêque.

Alimentation mode et régime

Le Tangara des palmiers se nourrit d'arthropodes et de fruits en proportions à peu près égales. Il consomme aussi des pétales de fleurs. Il aime se suspendre aux grandes feuilles des palmiers pour rechercher sa nourriture la tête en bas.

Reproduction nidification

La saison de reproduction dépend de la région, par exemple au Panama elle a lieu de janvier à juin alors qu'au sud du Brésil elle se déroule d'octobre à décembre. Il peut y avoir plusieurs couvées par an, jusqu'à 4 à Trinidad, où l'espèce se reproduit toute l'année. Le nid est construit par les 2 parents. C'est une coupe régulière faite d'herbes, de débris de feuille et de fibres de palme, placée à plusieurs mètres de haut dans un palmier, une plante épiphyte, une cavité ou une crevasse. Le nid peut même être construit sur un bâtiment. La femelle pond généralement 2 œufs, qu'elle couve seule pendant 14 jours. Les jeunes sont nourris par les 2 parents, et quitteront le nid à l'âge de 17 à 21 jours. Le nid des Tangara des palmiers est parfois parasité par le Vacher luisant (Molothrus bonariensis).

Distribution

C'est un des oiseaux les plus communs et familiers dans les forêts tropicales humides du Nouveau-Monde. Son aire de distribution est très vaste : en Amérique centrale, l'espèce s'observe au sud du Nicaragua, au Costa Rica et au Panama, alors qu'en Amérique du Sud, on la trouve en Colombie, au Venezuela, dans les Guyanes, au Brésil, en Équateur, au Pérou et en Bolivie (Amazonie et versant humide des Andes pour ces 2 derniers pays).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

L'espèce est commune dans son aire de répartition, même si elle est plus rare en altitude. Elle n'est pas globalement menacée. Sa facilité d'adaptation aux environnements modifiés par l'homme est un atout pour son avenir. Elle a d'ailleurs bénéficié dans certaines zones de la déforestation partielle.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 04/04/2017 par Régine Le Courtois Nivart © 1996-2017 Oiseaux.net