Tinamou solitaire

Tinamus solitarius - Solitary Tinamou

Systématique
  • Ordre
    :

    Tinamiformes

  • Famille
    :

    Tinamidés

  • Genre
    :

    Tinamus

  • Espèce
    :

    solitarius

Descripteur

Vieillot, 1819

Biométrie
  • Taille
    : 48 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 1014 à 1900 g
Distribution

Distribution

Description identification

Tinamou solitaire
adulte

Cet oiseau de taille moyenne a un cou très mince et une petite tête. Il affiche un corps nettement ovale sur lequel vient se greffer une paire de pattes solides. Le bec, long et légèrement incurvé, possède un bout extrêment pointu. Les pattes possèdent 4 orteils dont celui de derrrière est relevé quand il court.
Le plumage corporel est brun clair, excepté le manteau et la poitrine qui sont gris. Le capuchon a tendance à être plus sombre que les parties supérieures. Le menton et la gorge sont blanchâtres. Le bas de la poitrine et le ventre sont couleur crème. La zone anale est nuancée d'orange. Les sous-caudales affichent une teinte orange avec de vagues bandes sombres. Le dos est gris-brun, virant progressivement au brun sur le croupion, l'ensemble étant nettement barré de noir. Les rectrices sont brun plus clair avec des bandes noires. Les plumes des ailes ont des bases brunes et des terminaisons plus foncées. Les rémiges ont de barres incomplètes sombres.
Le bec est noir avec une pointe plus claire. Les iris sont brun sombre. Les pattes sont gris bleuâtre.
La race pernambucensis est plus pâle et plus jaune, avec des marques noires plus nettes sur le cou. Les juvéniles ont un apport plus ou moins important de taches blanches sur les parties supérieures, en particulier sur les ailes.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Solitary Tinamou,
  • Tinamú Macuco,
  • Macuca, macucágua,
  • Grausteißtinamu,
  • remetetinamu,
  • Kluizenaarstinamoe,
  • Tinamo solitario,
  • Eremittinamo,
  • Eremittinamu,
  • tinama samotárska,
  • tinama samotářská,
  • Olivengrå Tinamu,
  • erakkotinami,
  • tinamú solitari,
  • kusacz samotny,
  • Тинаму-пустынник,
  • オバシギチョウ,
  • 孤(共鸟),
  • 孤(共鳥),

Voix chant et cris

Les mâles sont généralement plus vocaux que les femelles, étant donné que leur voix constitue leur principal argument de séduction pour convaincre une partenaire. Néanmoins, les 2 sexes émettent des cris, ce qui leur permet principalement d'indiquer leur emplacement chaque jour. Les femelles ont des voix plus profondes, avec des intonations et des notes différentes. Les mâles communiquent avec leur progéniture en délivrant de petits cris doux et répétés.

Habitat

Les tinamous solitaires vivent dans les forêts tropicales et subtropicales. Ils préfèrent généralement les boisements chauds et humides mais ils n'excluent pas totalement les zones boisées qui subissent des saisons froides et arides. On les trouve principalement dans les forêts atlantiques de l'est du Brésil. Ces oiseaux apprécient particulièrement les forêts vierges qui ont un sous-bois peu fourni, ils sont assez courants dans les lieux où la surface du sol est inégale ou assez accidentée. On considére que chaque oiseau a besoin pour vivre de 30 hectares de forêt primaire.

Comportement traits de caractère

Les tinamous solitaires sont actifs toute la journée. La nuit, ils se reposent dans les arbres. Ce sont des oiseaux très casaniers et ils rejoignent souvent le même dortoir soirs après soirs. Comme ils volent de piètre façon, ils ont parfois de grosses difficultés pour atteindre leurs lieux de repos situés en hauteur. L'ascension dans les arbres est presque toujours laborieuse et bruyante, aussi choisissent-ils sur un versant un endroit élevé d'où ils se laissent glisser pour atteindre plus facilement le perchoir. La branche sur laquelle les tinamous solitaires passent la nuit est généralement très épaisse. Ces oiseaux se tiennent avec les pattes repliées, ils n'utilisent pas du tout leurs doigts de pieds pour s'y agripper.
Les tinamous solitaires sont présumés sédentaires. Pendant la saison de nidification, les femelles vagabondent à l'intérieur du territoire des mâles, car à ce moment de l'année, elles ont des relations avec de nombreux partenaires.

Alimentation mode et régime

Les tinamous solitaires se nourrissent de graines (rutacées, euphorbiacées, annonacées), de petits fruits, de baies et de matières végétales. Ils consomment également des insectes et d'autres invertébrés. Occasionnellement, ils ingurgitent peut-être des petites grenouilles. Ces gros oiseaux terrestres prospectent surtout en soirée. Ils fouillent dans la litière de feuilles pour y trouver des graines tombées.

Reproduction nidification

Au début de la saison de reproduction, le mâle établit un territoire et pousse des vocalises pour attirer une partenaire. Une fois que le couple est formé, il construit sur le sol un nid sommaire. C'est souvent une simple dépression peu profonde que le mâle garnit avec des feuilles fraîches. Les liens conjugaux sont éphémères. Après l'accouplement , la femelle dépose de 6 à 14 œufs puis abandonne la couvée pour chercher un nouveau mari. Le mâle reste alors seul pour couver les œufs bleu-vert ou turquoise. Il doit également se charger de toutes les tâches parentales, y compris le ravitaillement des jeunes en nourriture et la protection contre les prédateurs. La durée d'incubation est de 19 jours. Les petits éclosent tous en même temps. A la naissance, ils ont un duvet qui est remplacé par un plumage juvénile au bout de 25 à 28 jours. Peu d'heures après l'éclosion, le mâle les attire hors du nid en poussant de petits cris à peine audibles. En cas de danger, il accomplit une parade de divertissement pour détourner l'attention du prédateur : il fait semblant d'être blessé ou d'avoir des difficultés à s'envoler. Une autre stratégie consiste pour lui à se tapir et à cacher les petits sous ses ailes. Les jeunes sont très rapidement aptes à rechechercher leur nourriture, mais le mâle continue à leur indiquer les lieux appropriés pour trouver d'abondantes ressources. Entre 10 et 20 jours, ils deviennent autonomes et ils quittent alors la compagnie de leur père. Au bout de 3 mois, leur plumage juvénile est complet.

Distribution

Les tinamous solitaires sont originaires du centre-est du continent sud-américain. On les trouve dans l'est du Brésil, le long des côtes de l'Atlantique, au sud-est du Paraguay et dans l'extrême nord-est de l'Argentine. Sur cet espace géographique à peine inférieur à 1 million de kilomètres carrés, on reconnaît officiellement 2 sous-espèces : T. s. pernambucensis (centre-est du Brésil, états de Paraiba, Pernambuco, Alagoas, Sergipe et Bahia) - T. s. solitatius, la race nominale (est du Brésil (Minas Gerais, Espírito Santo, Rio de Janeiro , São Paulo, est du Mato Grosso do Sul , Paraná, Santa Catarina , et nord du Rio Grande do Sul), Paraguay et nord de l'Argentine).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le statut de cette espèce est douteux car les informations sont insuffisantes. Apparemment, elle est relativemeent rare sur l'ensemble de son aire de distribution et menacée par la presssion de la chasse et la destruction de son habitat. Les tinamous solitaires ont disparu de nombreuses régions du Brésil. De nouvelles mesures de protection ont été prises à son égard, notamment la création d'une nouvelle réserve de 4 000 hectares dans la province de Misiones, en Argentine. La race pernambucensis est considérée comme très à risque. La destruction massive de son habitat a conduit à une quasi-disparition de cette sous-espèce dont les effectifs sont estimés à moins de 100 individus. De nouveaux espoirs ont vu le jour car des expériences menées sur des espèces en captivité ont démontré que cet oiseau était assez facilement réimplantable.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 08/05/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net