Troglodyte coraya

Pheugopedius coraya - Coraya Wren

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Troglodytidés

  • Genre
    :

    Pheugopedius

  • Espèce
    :

    coraya

Descripteur

Gmelin, JF, 1789

Biométrie
  • Taille
    : 14 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description de la famille

A une exception près, celle de notre Troglodyte mignon Troglodytes troglodytes, les Troglodytidés sont endémiques du continent américain. Ce sont des passereaux insectivores de petite taille. Leur plumage, dans des tons de gris et de brun, est discret. Ils possèdent un bec long et fin, et souve... lire la suite

Description identification

La combinaison de plusieur élements (gorge blanche, poitrine sans tache, épaisse bande malaire noire et nombreux motifs faciaux) en fait une espèce à nulle autre pareille. Chez l'adulte, le capuchon et la nuque sont brun noirâtre terne, contrastant avec les épaules et le dos brun-rouge foncé. La partie basse du dos et le croupion présentent une couleur légèrement plus pâle et plus rousse. Les primaires et les secondaires, qui ne portent pas de barres, sont moins roussâtres et plus grises que noires. Les rectrices brun sombre contrastent avec le roux du croupion. Elles sont ornées de 7 à 9 barres transversales gris-brun. Les lores, la région malaire et les couvertures auriculaires sont noires avec d'évidentes mouchetures blanches sur ces dernières. Un long sourcil blanc démarre en arrière de l'oeil et se poursuit jusqu'au brun des épaules. Le menton et la gorge sont encore plus blanc, contrastant fortement avec la zone située juste en dessous. La couleur blanche vire au chamois sur la poitrine et chamois-brun plus foncé sur le ventre. Les couvertures sous-caudales sont brun rougeâtre avec des bandes transversales noires. Le dessous des ailes est également brun rougeâtre. L'iris est brun à brun-orange. La mandibule supérieure est noire avec une base grise alors que la mandibule inférieure est gris bleuâtre. Les pattes et les pieds affichent une couleur semblable à celle de la mandibule inférieure.
Les juvéniles sont très différents des adultes. Le noir des côtés de la face est remplacé par du gris-noir terne. Les petites mouchetures blanches sont indistinctes et comme 'avalées' par la couleur sombre. Le blanc du menton et de la gorge est remplacé par du gris terne. Les couleur chaudes de la poitrine et du ventre sont plus réduites. Le bas du dos et le croupion sont moins roussâtres. Enfin, l'iris est brun grisâtre.

Indications subspécifiques 10 Sous-espèces

  • Pheugopedius coraya obscurus (e Venezuela)
  • Pheugopedius coraya caurensis (e Colombia, s Venezuela and nw Brazil)
  • Pheugopedius coraya barrowcloughianus (se Venezuela)
  • Pheugopedius coraya ridgwayi (ne and e Venezuela and w Guyana)
  • Pheugopedius coraya coraya (the Guianas and n Brazil)
  • Pheugopedius coraya herberti (ne Brazil south of the Amazon)
  • Pheugopedius coraya griseipectus (e Ecuador, ne Peru and w Brazil)
  • Pheugopedius coraya amazonicus (e Peru)
  • Pheugopedius coraya albiventris (n Peru)
  • Pheugopedius coraya cantator (c Peru)

Noms étrangers

  • Coraya Wren,
  • Cucarachero Coraya,
  • Garrinchão-coraia,
  • Corayazaunkönig,
  • Coraya-ökörszem,
  • Coraya-winterkoning,
  • Scricciolo coraya,
  • Corayagärdsmyg,
  • Svartkinnsmett,
  • oriešok koraja,
  • střízlík proužkolící,
  • Corayasmutte,
  • mustaposkipeukaloinen,
  • cargolet caranegre,
  • strzyżal ciemnolicy,
  • Корайский кустарниковый крапивник,
  • クロヒゲマユミミソサザイ,
  • 科拉苇鹪鹩,
  • 科拉亞葦鷦鷯,

Voix chant et cris

Le chant est un long mélange de trilles bouillonnants et de sifflements variés. Certaines phrases sont répétées à de nombreuses reprises avant d'être modifiées. Elles sont parfois parsemées de notes plus rauques et plus aiguës. La plupart du temps, le chant est émis en duo par le couple. Dans tout l'éventail des cris, on remarque plus particulièrement un 'chidip chidip choopu' caractéristique.

Habitat

On a tendance à les trouver dans les endroits les plus humides, notamment les berges des rivières, les forêts moites (qu'elles soient périodiquement inondables ou non). Les troglodytes coraya sont également présents dans les forêts en cours de régénération. Ce sont surtout des oiseaux des plaines et des régions basses qui vivent jusqu'à 500 m en Colombie, mais ils peuvent grimper jusqu'à 2400 m d'altitude au Venezuela. Les troglodytes coraya sont endémiques du nord de l'Amérique du Sud. Leur vaste aire de distribution couvre les trois Guyanes, le nord-est du Brésil au sud du Goias, le sud du Venezuela, le sud de la Colombie, l'est de l'Equateur et le nord-est du Pérou.
Sur cet immense territoire, on a répertorié pas moins de 10 sous-espèces : Thryothorus coraya coraya, la race nominale (est du Guyana, Guyane française et nord du Brésil sur la rive nord de l'Amazone et à l'est de Manaus) - T.C. herberti (nord du Brésil sur la rive sud de l'Amazone) - T.C. ridgwayi (ouest du Guyana et sud-est du Venezuela) - T.C. barrowcloughiana (province de Bolivar, Venezuela) -T.C. amazonicus (est du Pérou) - T.C. albiventris (versant oriental des Andes péruviennes) - T.C. cantator (centre du Pérou, région de Junin) -T.C. griseipectus (nord-est du Pérou, est de l'Equateur et Brésil voisin) - T.C. caurensis (est du Venezuela, vallée de Caura) - T.C. obscurus (certains tépuis dans la province de Bolivar, Venezuela).

Comportement traits de caractère

Bien qu'on la repère habituellement grâce au jaillissement explosif de son chant qui provient des feuillages épais, il ne s'agit en aucun cas d'une espèce discrète, difficile à observer comme c'est le cas pour d'autres oiseaux du genre Thryothorus. Le troglodyte coraya recherche sa nourriture dans l'étage supérieur des buissons et des petits arbres. Dans sa quête d'aliments il s'associe assez fréquemment avec des grisins, des alapis et des myrmidons de la famille des Tamnophilidés. C'est un oiseau entièrement sédentaire qui apparemment n'effectue aucune migration d'aucune sorte.

Alimentation mode et régime

Les trogolodytes coraya se nourrissent surtout d'invertébrés. Leur régime est composé d'araignées, de coléoptères, et d'orthoptères (principalement des locustes). Cependant, l'estomac d'un oiseau de la race griseipectus contenait des graines, ce qui tend à prouver que cette espèce n'est sans doute pas entièrement carnivore.

Reproduction nidification

A ce jour, on n'a découvert que deux nids de troglodyte coraya, l'un en Guyane française, l'autre au Surinam. Tous les renseignements disponibles découlent de l'observation de ces deux nids. Le premier nid est une balle de forme ovale bâti principalement avec des feuilles mortes et des brindilles, entre 30 et 40 centimètres au-dessus du sol dans un buisson de la famille des Cyperacées. Les deux parents s'associent pour sa construction. Il contient deux oeufs de couleur blanc-rose, avec des fines taches sombres sur la partie la plus large. Le second nid, trouvé au Surinam, est placé à 30 cm de hauteur, au sommet d'une souche, recouvert de mousses. On n'a pas d'idée précise sur les dates de la saison de nidification. Quelques observations permettent toutefois de donner quelques repères. Au Surinam, on a trouvé des oeufs le 25 février et des jeunes nouvellement éclos vers le 11 mars. Des juvéniles récemment sortis du nid ont été observés pendant la période qui va du 17 janvier au 21 Avril. En Guyane française, un rapport signale une construction de nid le 19 juillet et un nid occupé par une nichée le 23 septembre. On ignore si la reproduction est de type coopératif et si le couple bénéficie de l'assistance d'un ou de plusieurs subadultes.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 19/03/2008 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net