Troglodyte flammé

Cantorchilus thoracicus - Stripe-breasted Wren

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Troglodytidés

  • Genre
    :

    Cantorchilus

  • Espèce
    :

    thoracicus

Descripteur

Salvin, 1865

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description de la famille

A une exception près, celle de notre Troglodyte mignon Troglodytes troglodytes, les Troglodytidés sont endémiques du continent américain. Ce sont des passereaux insectivores de petite taille. Leur plumage, dans des tons de gris et de brun, est discret. Ils possèdent un bec long et fin, et souve... lire la suite

Description identification

On ne peut le confondre avec aucun autre troglodyte, les curieux motifs en forme de larmes qui ornent sa poitrine étant absolument incomparables. Le Troglodyte des ruisseaux, qui vit sur le versant pacifique du Costa Rica et qui est, par conséquent, l'espèce géographiquement la plus proche, possède des parties inférieures barrées assez différentes.
Chez le troglodyte flammé, le capuchon est gris-brun. Les parties supérieures virent au brun sombre sur le dos et sur le croupion. Quelques étroites et discrètes barres noirâtres sont à peine perceptibles sur le milieu du dos. Les scapulaires, les couvertures primaires et secondaires portent également d'étroites barres brun sombre. Les ailes chamois-brun terne portent entre 12 et 14 fines barres grisâtres qui sont surtout visibles lorsque l'aile est fermée. Les rectrices noirâtres affichent une dizaine de petites barres chamois-brun réparties sur l'ensemble de la queue. Les lores et les couvertures auriculaires sont gris noirâtre, ces dernières avec d'évidentes stries blanches. La gorge et la poitrine sont recouvertes de larges stries latérales blanches, noires et grises qui s'arrêtent brutalement, provoquant un contraste saisissant avec la partie basse du ventre qui est brun-olive et immaculée. Le dessous de l'aile est gris-blanc avec des mouchetures gris plus sombre. L'iris est brun-rouge. La mandibule supérieure noir grisâtre tranche avec la mandibule inférieure gris bleuâtre. Les pattes sont gris-brun.
Les juvéniles sont légèrement plus roussâtres dessus et leur capuchon présente des écailles noires. La gorge et la poitrine sont brun grisâtre avec d'irrégulières stries blanches, chaque strie étant bordée de sombre. La partie basse du dessous est brun roussâtre ou cannelle. L'iris est brun terne.
Le troglodyte flammé est une espèce monotypique. Il n'existe aucune sous-espèce reconnue.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Stripe-breasted Wren,
  • Cucarachero Pechirrayado,
  • Streifenbrust-Zaunkönig,
  • csíkosmellű ökörszem,
  • Streepborstwinterkoning,
  • Scricciolo pettostriato,
  • Strimbröstad gärdsmyg,
  • Stripebrystsmett,
  • oriešok žilkovaný,
  • střízlík šupinkoprsý,
  • Liansmutte,
  • verkkopeukaloinen,
  • cargolet de pit estriat,
  • pręgostrzyżyk ciemny,
  • Пестрогорлый кустарниковый крапивник,
  • シマノドマユミミソサザイ,
  • 纹胸苇鹪鹩,
  • 紋胸葦鷦鷯,

Voix chant et cris

Les troglodytes flammés émettent deux sortes de chants bien distincts qui paraissent si différents qu'ils semblent appartenir à deux espèces différentes. Le premier type de chant, produit souvent au crépuscule, est une série de courts sifflements de même hauteur et répétés de façon semblable pendant une douzaine de fois. Ce chant ressemble à celui de la Chevêchette brune du Brésil ou à celui de la Petite Nyctale. Il est émis par un oiseau seul, vraisemblablement le mâle. Le second chant est plus typique du genre ; c'est une série de sifflements harmonieux, bouillonnants et liquides répétés six à fois par deux individus qui se répondent. Les juvéniles produisent également un chant, un doux bavardage décousu qui est très différent du chant des adultes.

Habitat

Le troglodyte flammé fréquente les fouillis vegétaux en bordure des zones boisées, les parties les plus clairsemées des forêts, ainsi que l'environnement direct des arbres et des buissons sur la rive des cours d'eau. Au Costa Rica, on le trouve dans le bas étage des plantations de cacaoyers, à une plus grande élévation dans celles de café. Cet oiseau fréquente des altitudes comprises entre le niveau de la mer et 1000 ou 1100 mètres.
Le troglodyte flammé est endémique d'Amérique Centrale. Il est rare à assez commun sur le versant caraïbe dans l'est du Nicaragua, dans l'ensemble du Costa Rica et l'ouest du Panama. Dans ce dernier pays, il est présent de Bocas del Toro jusqu'à Coclé et pratiquement inexistant dans la zone du Canal. On le trouve également localement sur le versant pacifique, dans le nord du Costa rica et au Panama dans l'état de Veraguas.

Comportement traits de caractère

Les troglodytes flammés recherchent leur nourriture en couples, généralement à l'étage bas de la végétation ou à proximité du sol. Ils traquent les insectes en fouillant dans les touffes de mousse, en retournant les détritus végétaux et les feuilles en rouleaux. Ils glânent dans les branches et dans les feuillages. Les troglodytes flammés semblent moins cachottiers que les autres troglodytes du genre thryothorus. Les couples restent ensemble pendant toute l'année.

Alimentation mode et régime

Les troglodyte flammés se nourrissent vraisemblablement uniquement d'invertébrés. Les jeunes sont alimentés avec des chenilles, des papillons nocturnes, des blattes forestières, d'autres sortes d'insectes et des araignées.

Reproduction nidification

Le nid est une structure en forme de globe, dont la chambre de ponte est située d'un côté et le tunnel d'entrée en pente de l'autre. Il est construit avec des fibres végétales et des feuilles et il est plus ou moins tapissé de mousses vertes. Il est pendu à la fine branche d'un arbuste, d'un buisson de cacaoyer ou à la fronde d'un palmier, à une hauteur qui varie entre 1,5 et 6 mètres au-dessus du sol. La construction est assurée par les deux adultes et dure environ 6 à 8 jours. La saison de nidification intervient de mars à juillet au Costa Rica. La femelle pond 2 ou 3 oeufs blancs ou blanc bleuté sans marques et elle couve seule pendant une période qui n'est pas déterminée. Les jeunes sont nourris par les deux parents et prennent leur envol au bout de 16 jours. Les nids sont utilisés aussi bien pour la reproduction que pour le repos nocturne.

Distribution

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 26/10/2006 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net