Trogon de Reinwardt

Apalharpactes reinwardtii - Javan Trogon

Systématique
  • Ordre
    :

    Trogoniformes

  • Famille
    :

    Trogonidés

  • Genre
    :

    Apalharpactes

  • Espèce
    :

    reinwardtii

Descripteur

Temminck, 1822

Biométrie
  • Taille
    : 34 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Le trogon de Java ou trogon de Reinwardt doit, bien entendu, son nom à sa localisation géographique, le nom scientifique venant du naturaliste et botaniste hollandais Caspar Georg Carl Reinwardt (1773-1854). Jacob Temminck (le bécasseau c'est lui !), zoologiste hollandais baptisa ainsi ce trogon en 1822 en hommage à Reinwardt. Très proche du Trogon de Sumatra avec qui il forme le genre Apalharpactes, il est plus grand et arbore pratiquement les mêmes couleurs. Un fort bec rouge orangé et un large cercle orbital bleu-cobalt entourant l'iris marron foncé sont des éléments immanquables ; dans le prolongement du bec une excroissance de peau bleu-jaune souligne l'œil, cette excroissance est beaucoup plus bleue chez le Trogon de Sumatra. La tête est brun-olive avec des nuances vert pâle, la gorge est jaune et le haut de la poitrine présente une large bande de même couleur que la tête, le ventre est jaune d'or et se teinte d'orange sur les parties extérieures proches des rémiges. Le manteau, le dos et les scapulaires sont verts avec des reflets bleus, le trogon de Reinwardt n'a pas de bande dorsale brune comme le Trogon de Sumatra, les couvertures vert-noir sont vermiculées horizontalement de bandes jaune pâle et les rémiges sont noires avec des émarginations blanches très nettes. Les rectrices externes sont vert-anthracite teintées de reflets métalliques bleus, et sont encadrées de blanc sur les bords et les extrémités, les rectrices centrales sont vert foncé avec des nuances bleu métallisé. La femelle est identique à son compagnon, la couleur jaune du ventre est plus pâle et les vermiculures des couvertures sont brun-chamois plutôt que jaunes. Chez les deux sexes les tarses sont orange. Les juvéniles ont une teinte plus marron que vert sur le dos, le ventre est "cannelle" tacheté de blanc, les vermiculures des couvertures sont marron et blanc, le bec est orange et le cercle orbital est bleu pâle.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Javan Trogon,
  • Trogón de Java,
  • Reinwardttrogon,
  • jávai trogon,
  • Reinwardts Trogon,
  • Trogone di Giava,
  • Javatrogon,
  • Blåhaletrogon,
  • dravčík modrochvostý,
  • trogon rudozobý,
  • Blåhalet Trogon,
  • jaavantrogoni,
  • trogon de Java,
  • sędzioł cytrynowy,
  • Синехвостый азиатский трогон,
  • Luntur jawa,
  • キノドキヌバネドリ,
  • 蓝尾咬鹃,
  • 爪哇藍尾咬鵑,

Voix chant et cris

Une trille du type "chierr-chierr" très proche du chant du Trogon de Sumatra, ce trille roule pour finir en "churrr-churrr", il n'a pas par contre la note finale très aiguë de son très proche cousin de Sumatra : " wiwi...wherr-uu". Le chant reste une des meilleures façons d'identifier le trogon de Java que l'on entend de loin, sans parfois le voir.

Habitat

Inféodé aux forêts montagneuses équatoriales, on le trouve entre 900 et 2 600 m. Comme le Trogon de Sumatra, il reste aux bas étages des arbres.

Comportement traits de caractère

Uniquement sédentaire.

Alimentation mode et régime

Souvent perché, il va plonger sur de nombreux insectes : phasmes, chenilles, coléoptères, orthoptères. Il variera son menu de fruits divers, notamment les figues des ficus.

Reproduction nidification

La période de reproduction est variable ! D'avril à juin, mais également en juin et août, et des jeunes ont été observés fin novembre. Le nid est probablement fait dans le trou d'un vieil arbre, souvent un ancien nid de picidés, la couvée est normalement de deux œufs ; on n'a aucune information sur les périodes de couvaison et de nourrissage des oisillons.

Distribution

Le trogon de Java n'est théoriquement présent qu'à l'ouest de Java, sur environ 1 100 km2, au sein de six forêts montagneuses : Gunung Halimun, Gunung Salak, Gunung Gede-Pangrango, Gunung Patuha-Tilu, Gunung Wayang et Gunung Papandayan. Malheureusement les récents recensements ne le localisent plus que dans trois sites : Halimun, Salak et Gede-Pangrango.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

EN : endangered, en danger ! Nous sommes en face d'un des oiseaux les plus en danger actuellement ; son aire initiale de répartition était de 11 600 km2 il y a quelques dizaines d'années pour être maintenant d'à peine
1 100 km2. Birdlife pense que le trogon de Java se situe dans la tranche très basse de 250 à 999 individus adultes, ce qui peut porter la population à environ 1 500 oiseaux avec les fluctuations des naissances et la prédation. Les mêmes maux engendrent les mêmes terribles erreurs : déforestation, démographie humaine (l'île de Java est l'île la plus peuplée du monde avec 136 millions d'habitants !), implantation anarchique de centres touristiques, recherche géothermique etc... Combien de temps nous reste-t-il pour admirer le merveilleux trogon de Java ?

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Trogon de ReinwardtFiche créée le 11/12/2013 par Anne et Gabriel Leboff © 1996-2018 Oiseaux.net