Grand Corbeau

Corvus corax - Northern Raven

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Corvidés

  • Genre
    :

    Corvus

  • Espèce
    :

    corax

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 69 cm
  • Envergure
    : 116 à 118 cm.
  • Poids
    : 690 à 1600 g
Longévité

16 ans

Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Corvidés sont des passereaux de taille moyenne à grande. C'est dans cette famille que se trouvent les plus grandes espèces (L max. 69 cm). Le bec est fort et les pattes robustes. Une majorité d'entre eux ont un plumage sobre, noir, gris ou blanc et noir, souvent avec des reflets. Mais des ... lire la suite

Description identification

Grand Corbeau
adulte
Grand Corbeau
juvénile

Le Grand Corbeau est le plus grand passereau au monde. Pour prendre une comparaison, il est plus grand et plus lourd qu'une Buse variable et a une envergure supérieure. Il est donc nettement plus grand que le Corbeau freux ou la Corneille noire auxquels il ressemble superficiellement. Le plus souvent, lorsqu'il est en vol, on le repère d'abord à sa voix, particulière, puis à sa silhouette, elle aussi particulière avec les longues ailes et la longue queue cunéiforme.
Lorsqu'il est posé, c'est son bec noir qui attire l'attention et qui donne son identité. Il est fort, long et haut, ce qui minimise la taille de la tête. Il semble en occuper toute la face. Le culmen, qui peut atteindre 8 cm de long pour une hauteur de 2,5 à 3 cm, est régulièrement courbe et se termine en pointe. Sa moitié basale est couverte de vibrisses nasales appliquées. Le gonys est droit et se relève légèrement à l'extrémité pour faire pince avec le crochet. La calotte est souvent bombée à son sommet, ce qui rappelle le freux. L'iris est brun sombre et l'œil entouré d'un léger cercle gris.
Le plumage est entièrement noir et lustré, avec des reflets bleutés au soleil. Les pattes, robustes, sont noires. Le mâle est un peu plus grand et plus fort que la femelle. Le juvénile est noir, mais sans le lustre et avec une nuance brune bien visible à la lumière.

Indications subspécifiques 11 sous-espèces

  • Corvus corax corax (nw Europe through c Europe to c Siberia)
  • Corvus corax principalis (Alaska, Canada. except the sw. , Greenland and n and e USA)
  • Corvus corax sinuatus (sw Canada through wc USA to Mexico and Nicaragua)
  • Corvus corax clarionensis (sw USA and nw Mexico)
  • Corvus corax varius (Iceland and Faroe Is.)
  • Corvus corax hispanus (Iberian Pen., Italy and Mediterranean islands)
  • Corvus corax laurencei (Greece, Cyprus and Turkey to w China and n India)
  • Corvus corax tingitanus (n Africa)
  • Corvus corax canariensis (Canary Is.)
  • Corvus corax tibetanus (c Asia)
  • Corvus corax kamtschaticus (w Mongolia, e Siberia, ne China, n Japan and nearby islands)

Noms étrangers

  • Northern Raven,
  • Cuervo grande,
  • corvo,
  • Kolkrabe,
  • holló,
  • Raaf,
  • Corvo imperiale,
  • korp,
  • Ravn,
  • krkavec čierny,
  • krkavec velký,
  • Ravn,
  • korppi,
  • corb comú,
  • Hrafn,
  • kruk (zwyczajny),
  • krauklis,
  • krokar,
  • Ворон,
  • ワタリガラス,
  • 渡鸦,
  • 渡鴉,

Voix chant et cris

Grand Corbeau
adulte plum. nuptial

Le Grand Corbeau n'est pas avare de sa voix. Quand il est présent à un endroit, on ne peut le manquer à plus d'un km à la ronde.
Le cri habituel est un "r r a a a k" puissant et rauque, de tonalité variable, mais souvent élevée. Le cri est le plus souvent doublé. Il a valeur territoriale, entre autres.
La fréquence des notes peut varier. Lorsque l'oiseau est calme, la fréquence est moindre et le cri s'adoucit en "crroook". À l'inverse, quand l'oiseau est excité, les notes se détachent et claquent.
Ce cri n'a pas son équivalent, en Europe au moins. Le répertoire est riche de cris, variant suivant le contexte, mais toujours secs et semblant des sons obtenus par percussion d'objets en bois.

Habitat

Grand Corbeau
immature

Le Grand Corbeau est un généraliste, habitant des milieux variés allant de la toundra et de la forêt boréale au nord à des milieux arides ou semi-arides au sud en passant par la steppe, les moyennes et hautes montagnes, les espaces littoraux, les espaces agricoles, etc.


Suivant les conditions locales, il niche en milieu rupestre ou dans un arbre. C'est ce qui prévaut en Europe. Quand il le peut, il privilégie le premier car il y est mieux protégé, à condition qu'il n'y ait pas de dérangement humain. La nidification sur un grand arbre tend à se développer.
Ailleurs dans le monde, les cas de figure varient. En plus des deux cas précités, le Grand Corbeau peut nicher sur un pylône électrique, un derrick, un pont, un vieux bâtiment, tous supports d'origine anthropique qui montrent l'adaptabilité de l'espèce. C'est ce qui prévaut surtout dans le Nouveau Monde.
La recherche de nourriture en revanche se déroule en milieu ouvert. On sait que c'est surtout un nécrophage opportuniste, mais aussi un omnivore. Il parcourt les espaces agricoles, la voirie en raison de la mortalité qui lui est liée et les décharges au sens large. Il évite les milieux urbanisés comme s'il avait encore en tête les vicissitudes passées.

Comportement traits de caractère

Grand Corbeau
adulte

Chez le Grand Corbeau, il est un comportement fréquent dans la famille, le grégarisme, la tendance au regroupement, le jour pour vaquer aux occupations quotidiennes, la nuit pour dormir ensemble en dortoirs. Ce comportement ne s'observe chez les adultes qu'en dehors de la période de reproduction pendant laquelle ils défendent un territoire. En revanche, les immatures et inemployés sont grégaires à longueur d'année. On peut alors observer des groupes de plusieurs dizaines d'oiseaux, un peu comme ceux de la Corneille noire. Rien à voir avec ceux du Corbeau freux qui peut regrouper des centaines, voire des milliers d'oiseaux.

Grand Corbeau
adulte
La différence s'explique par l'importance des déplacements. Le Grand Corbeau, comme la corneille, est un sédentaire alors que le freux est un migrateur.
Le Grand Corbeau adulte passe sa vie sur son territoire ou à proximité. Ce sont les jeunes oiseaux qui assurent le brassage de la population en cherchant un nouveau territoire ou un territoire vaquant.
Il est un trait de caractère de l'espèce assez étonnant et qui a une fonction sociale, c'est le vol acrobatique qu'elle pratique fréquemment toute l'année. Il doit s'agir d'une question de dominance au sein d'un groupe ou d'un couple. L'oiseau en vol passe brièvement sur le dos, ailes collées au corps, et revient à sa position initiale tout en criant fortement. Le demi-tonneau est le plus fréquent mais parfois il s'agit d'un tonneau complet. C'est très spectaculaire. Peut-être est-ce surtout le fait des mâles ? Le problème n'est pas tranché.
La territorialité est forte pendant la nidification. Les intrus éventuels sont poursuivis vivement et raccompagnés jusqu'aux limites du territoire avec force cris.

Vol

Grand Corbeau
adulte

Le Grand Corbeau est très à l'aise en vol. Ses longues ailes à puissante musculature lui procurent un vol battu rapide et bruyant qu'il met à profit par exemple quand il expulse un intrus de son territoire.


Ses vols de parade ou de démonstration territoriale sont souvent acrobatiques. Il est capable de faire des tonneaux complets sur l'aile.
Il pratique aussi chaque fois que possible le vol plané. En présence de thermiques favorables, le couple en profite pour cercler au-dessus du territoire jusqu'à grande hauteur comme le font les rapaces planeurs.

Alimentationmode et régime

Grand Corbeau
adulte

Le Grand Corbeau est un omnivore, très porté sur la nécrophagie. C'est un bon observateur de son environnement et des ressources disponibles.

Grand Corbeau
adulte
Un peu comme le ferait un milan, il recherche les cadavres d'animaux tués sur la route. Il fréquente régulièrement les tas de fumier actifs, les décharges là où elles existent encore, les épandages.
Il surveille attentivement les mises-bas d'animaux domestiques en nature, les agnelages par exemple, pour consommer les placentas, voire les nouveaux-nés si morts nés. C'est la raison pour laquelle il n'est pas bien vu des agriculteurs.
C'est aussi un prédateur, capable de capturer petits vertébrés et invertébrés au sol, un peu comme une Corneille noire.
Les colonies de reproduction d'oiseaux l'attirent également. Il est connu par exemple pour piller les nids des espèces nichant sur les falaises maritimes comme la Mouette tridactyle et prélever son dû, œufs ou poussins. Il niche fréquemment à proximité d'une héronnière de Héron cendré, convoitant les œufs stériles, les poussins trop faibles puis les poissons rapportés au nid par les adultes et dont certains échappent aux hérons et font les délices du corvidé.
Il cache les surplus de nourriture pour les jours de disette.
Devant un cadavre intact, il est très circonspect, préférant de loin un animal déjà entamé. Il ne se nourrira que s'il acquiert la conviction qu'il n'y a aucun danger pour lui.

Reproduction nidification

Grand Corbeau
adulte plum. nuptial

En Europe, le Grand Corbeau niche sur des parois rocheuses, naturelles ou non, ou sur de grands arbres. Le nid est un amas volumineux de branchages, bien calé sur une vire rocheuse ou dans la fourche d'un arbre, ménageant une coupe interne tapissée de matériaux doux, laine de mouton, peaux, herbe et mousse, papier... La coupe est souvent consolidée avec de la boue, habitude de corvidé. Le nid peut être réutilisé d'année en année et réhabilité dans ce but. Il arrive que le Grand Corbeau niche dans un vieux nid d'une autre espèce, par exemple d'un rapace ou d'une espèce coloniale comme le Héron cendré.

Grand Corbeau
juvénile

Le Grand Corbeau est un sédentaire monogame. Il se reproduit pour la première fois à l'âge de 3 ans. La saison de reproduction commence dès la fin de l'hiver par des manifestations sexuelles du couple qui réinvestit dans la défense territoriale, la construction ou la réparation du nid et la consolidation de ses liens. Cela se traduit par des vols territoriaux acrobatiques au-dessus du site. Le couple parade aussi au sol, les plumes de la gorge hérissées. Le mâle déploie les ailes et la queue, tend son cou vers le haut en se courbant, mais en gardant le bec tourné vers le sol. La femelle l'invite à l'accouplement en s'accroupissant.
La ponte est précoce chez cette espèce. Du nord au sud de l'aire, elle s'étale de début mars à mi-avril. La femelle dépose 3 à 7 œufs de couleur claire et tachetés de sombre qu'elle incube seule durant 18 à 21 jours. Elle est nourrie alors par le mâle. Les poussins sont nidicoles, couverts à l'éclosion d'un duvet épars. Ils sont nourris par les parents avec le contenu de la poche gulaire régurgité dans leur gosier. Ils peuvent faire de même avec de l'eau. Les jeunes quittent le nid 5 à 7 semaines après la naissance, restent un certain temps encore avec eux puis rejoignent les groupes de jeunes et d'immatures du secteur. Il n'y a qu'une nichée par an.

Distribution

Grand Corbeau
adulte

Le Grand Corbeau a une distribution holarctique. Il est présent sur le continent nord-américain, le Groenland, l'Islande, les Îles britanniques et l'ensemble du continent eurasiatique. Il déborde au sud sur l'Amérique centrale jusqu'au Costa Rica et sur le nord du continent africain, essentiellement le Maghreb, et les Îles Canaries. Il est sédentaire. Dix sous-espèces sont décrites avec des différences légères entre elles.

Menaces - protection

Grand Corbeau
adulte
Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le Grand Corbeau n'est pas une espèce menacée. Il a une très vaste répartition et est souvent localement commun, voire abondant, surtout en Amérique. Il se situe en bout de chaine alimentaire et est volontiers nécrophage. Ce qui fait que quand on veut réduire le nombre des Grands Corbeaux, il est facile de s'en prendre à lui par le poison. En effet, il a longtemps été, et est encore localement, considéré comme indésirable en agriculture à cause de ses méfaits sur le jeune bétail, les œufs et les poussins des élevages en plein air, etc., là encore surtout sur le continent américain. Actuellement, on cherche plutôt un équilibre plutôt qu'une éradication.
En Europe, il a dû être omniprésent dans le passé, puis pourchassé jusqu'à l'élimination en plaine dès que l'Homme a eu les moyens techniques de le chasser (fusil) en raison de sa très mauvaise réputation. On sait qu'il s'en prenait aux cadavres humains pendant les guerres, probablement en commençant par arracher les yeux. Il a alors disparu de la plaine pour se réfugier en montagne. C'est particulièrement net en France où la situation actuelle est le reflet de ce passé funeste. Il est bien présent, mais jamais bien nombreux, dans tous nos massifs montagneux et commence seulement de nos jours à repartir à la conquête de la plaine. Il n'a que peu de prédateurs naturels, le Grand-duc d'Europe surtout en milieu rupestre et peut-être la Martre des pins en forêt. C'est une espèce protégée par la loi.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Grand CorbeauFiche créée le 01/07/2003 par
publiée le - modifiée le 10-11-2020
© 1996-2021 Oiseaux.net