Caracara chimango

Milvago chimango - Chimango Caracara

Systématique
  • Ordre
    :

    Falconiformes

  • Famille
    :

    Falconidés

  • Genre
    :

    Milvago

  • Espèce
    :

    chimango

Descripteur

Vieillot, 1816

Biométrie
  • Taille
    : 43 cm
  • Envergure
    : 80 à 99 cm.
  • Poids
    :
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Falconidés sont une famille de rapaces diurnes de taille petite à moyenne, comportant les caracaras et les faucons. Falco vient du latin "falx" qui désigne la faux. Il fait référence aux ailes falciformes des faucons, longues, étroites et pointues. Les Falconiformes ont été séparés sys... lire la suite

Description identification

Caracara chimango
adulte

Le Caracara chimango est un petit rapace diurne apparenté aux faucons, comme les autres Caracaras. C'est le plus petit de tous les Caracaras. Pour résumer, c'est un gros crécerelle avec une tête de caracara. Plus précisément, le Caracara chimango, à peine plus grand que notre Faucon crécerelle, présente un plumage globalement brun. Les plumes sont bordées d'un liseré plus clair, ce qui donne à l'oiseau un aspect légèrement moucheté. La calotte, le dos et les ailes sont d'une nuance plus foncée que le reste de la tête et le dessous du corps. Les couvertures alaires sont du même brun que le dos, les rémiges secondaires et tertiaires sont brun foncé tirant sur le noir, tandis que les rémiges primaires ont une base brune très claire et une extrémité presque noire. La queue est assez longue, de couleur claire au niveau du croupion et des sous-caudales, les rectrices sont brun moyen légèrement striées, et terminées par une large bande noire à l'extrémité. Les motifs contrastés des ailes et de la queue sont surtout visibles en vol, et sont peu marqués chez les juvéniles. Mâle et femelle ont un plumage identique, la différence entre les sexes se situe au niveau des pattes et de la cire, qui sont jaunes chez le mâle adulte, alors que chez la femelle et les juvéniles des 2 sexes la cire est rose clair et les pattes sont gris bleuté. Le bec est petit comparé aux autres espèces de caracaras ; il est grisâtre chez la plupart des individus, pouvant tirer vers le jaunâtre chez les mâles adultes. Les yeux sont brun foncé, presque noirs. Deux sous-espèces ont été décrites : la sous espèce nominale, qui vit dans la partie nord de son aire de répartition, est d'un brun chaud pouvant tirer sur le roux, alors que la sous-espèce temucoensi, que l'on trouve plus au sud, a un plumage plus foncé de couleur gris-brun fumé.

Indications subspécifiques 2 sous-espèces

  • Milvago chimango chimango (s Brazil, Uruguay, Paraguay to c Argentina and Chile)
  • Milvago chimango temucoensis (s Argentina and Chile to Tierra del Fuego)

Noms étrangers

  • Chimango Caracara,
  • Caracara Chimango,
  • Chimango,
  • Chimangokarakara,
  • füstös karakara,
  • Chimango,
  • Caracara chimango,
  • Chimangocaracara,
  • Brunkarakara,
  • čimango milvágo,
  • čimango šedonohý,
  • Chimango-caracara,
  • ruskokarakara,
  • caracarà chimango,
  • skrzeczka brązowa,
  • Химанго,
  • チマンゴカラカラ,
  • 叫隼,
  • 叫鷹,

Voix chant et cris

Caracara chimango
adulte

Le Caracara chimango est assez silencieux dans la vie de tous les jours. Il est plus bavard lorsque vient le temps de la reproduction, en particulier à proximité de son nid, lorsqu'il perçoit des menaces pour sa progéniture. Il émet alors différents cris, grognements et sifflements. Le plus souvent il s'agit d'un cri isolé de type "keeeeee-heh", mais les syllabes peuvent aussi être répétées, ce qui donne un jacassement du type "keah-keah-keah..." ou "ke-ew, ke-ew, ke-ew...".

Habitat

Le Caracara chimango est très peu exigeant en termes d'habitat, on le trouve dans presque tous les milieux ouverts et semi-ouverts : zones côtières, marécages, vallées, zones cultivées, prairies, maquis, désert, villages, zones urbaines, et même forêts pour peu que le sous-bois soit clair. Il reste en général en dessous des 2 000 m d'altitude, même s'il est parfois observé jusqu'à 3 000 m dans la Cordillère des Andes.

Comportement traits de caractère

Caracara chimango
adulte

Le Caracara chimango est plutôt grégaire, on le voit en petit groupe recherchant sa nourriture essentiellement au sol. Il occupe en Amérique du Sud la niche écologique dédiée chez nous aux corvidés. Généralement sédentaire, certains individus semblent cependant migrer vers le centre du Paraguay et le Brésil durant la mauvaise saison. Le vol battu est mesuré, les ailes sont arquées lorsqu'il plane et plus horizontales lorsqu'il cercle.

Alimentationmode et régime

Caracara chimango
adulte

Les Caracaras chimangos ne sont pas très difficiles sur la nourriture : insectes et autres arthropodes, rongeurs, œufs et oisillons, lézards, charognes, déchets figurent au menu.

ceci explique qu'ils s'adaptent très facilement à n'importe quel environnement. À la manière des mouettes chez nous, ils suivent les machines agricoles pendant les labours, afin de récupérer les invertébrés délogés par les socs des charrues. Très opportunistes, ils peuvent aussi consommer des coquillages, des œufs de tortues, des graines, et attaquer des oiseaux de mer moribonds sur la plage.

Reproduction nidification

Caracara chimango
adulte

Les Caracaras chimangos nichent de manière isolée ou en petite colonie. Le nid est généralement construit dans un arbre, mais peut aussi être dissimulé dans des buissons.

Il est constitué de branchages et garni de matériaux plus souples (plumes, laines, végétaux). La ponte a lieu entre septembre et décembre dans la plupart des régions (printemps austral). La femelle pond 2 à 3 œufs, parfois 4 ou 5. La couvaison débute dès la ponte du 1er œuf. Les oisillons naissent au bout d'environ un mois, et sortent du nid avant leur 5ème semaine de vie. Les deux parents s'occupent ensemble de leur descendance, que ce soit pour la construction du nid, la couvaison ou le nourrissage.

Distribution

Ce petit rapace est implanté dans toute la partie sud de l'Amérique Latine : Chili sauf extrême nord, Argentine à l'exception de la zone nord de la Cordillère des Andes, Uruguay, sud et centre du Paraguay, sud du Brésil jusqu'à la région de Sao Paulo. L'espèce aurait été introduite à l'île de Pâques entre 1910 et 1920, dans le but de lutter contre la prolifération des rats. C'est de nos jours un oiseau très commun sur l'île, on le voit fréquemment perché sur la tête d'un moai.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

C'est le rapace le plus commun au Chili et en Argentine. Il n'est pas menacé et s'adapte très bien aux environnements modifiés par l'homme. Sa population pourrait même être en augmentation, en particulier dans les villes, où il se nourrit de déchets, et dans les villages de pêcheurs.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Caracara chimangoFiche créée le 19/09/2019 par
publiée le - modifiée le 24-09-2019
© 1996-2020 Oiseaux.net