Manchot antipode

Megadyptes antipodes - Yellow-eyed Penguin

Manchot antipode
adulte
Systématique
  • Ordre
    :

    Sphénisciformes

  • Famille
    :

    Sphéniscidés

  • Genre
    :

    Megadyptes

  • Espèce
    :

    antipodes

Descripteur

Hombron Jacquinot, 1841

Biométrie
  • Taille
    : 76 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 3600 à 8900 g
Longévité

8 ans

Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Sphéniscidés sont des oiseaux marins, de taille moyenne à grande, de l'hémisphère austral, essentiellement des régions antarctique et australasienne. Ce sont des prédateurs qui se nourrissent en mer lors de plongées profondes. Leur corps fusiforme est adapté aux déplacements subaquat... lire la suite

Description identification

Manchot antipode
adulte
Manchot antipode
immature

Le Manchot antipode est le plus grand des manchots se reproduisant en Nouvelle-Zélande. De loin, il paraît bicolore, gris sombre dessus et blanc dessous. La tête de l'adulte est brune, plus sombre sur la nuque. La calotte est noirâtre avec à l'arrière une bande distincte de plumes jaune pâle qui va d'un œil à l'autre, caractéristique de l'espèce. La face sombre est nettement striée de jaune pâle. Le bec, coloré de rose pâle et de rouge carotène, est environ deux fois plus long que haut. Les yeux jaunes sont entourés d'une zone de peau nue rose à rouge. Les parties supérieures, de la nuque au bout de la queue, sont gris-ardoise. Les parties inférieures, de la gorge aux sous-caudales et aux pattes, sont blanches. À l'image du corps, les ailes sont grises dessus et blanches dessous. Les pieds sont roses. Les sexes sont semblables, le mâle étant simplement plus grand que la femelle.
Le juvénile a un plumage plus terne, les yeux gris et les parties nues moins vivement colorées.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Yellow-eyed Penguin,
  • Pingüino Ojigualdo,
  • Pinguim-de-olho-amarelo,
  • Gelbaugenpinguin,
  • sárgaszemű pingvin,
  • Geeloogpinguin.,
  • Pinguino occhigialli,
  • Gulögd pingvin,
  • Guløyepingvin,
  • tučniak žltooký,
  • tučňák žlutooký,
  • Guløjet Pingvin,
  • keltasilmäpingviini,
  • pingüí d'ulls grocs,
  • pingwin żółtooki,
  • Великолепный пингвин,
  • キンメペンギン,
  • 黄眼企鹅,
  • 黃眼企鵝,

Voix chant et cris

Manchot antipode
adulte

Principalement silencieux, mais sur le site du nid, l'adulte émet des cris variés assez semblables à ceux des gorfous. Ce sont des "ouaouh" modulés, des "ou-ou" bissyllabiques... Le chant consiste en la répétition rapide de "kiarh" de tonalité assez élevée qui évoque la clameur d'un goéland enroué.

Habitat

Manchot antipode
adulte

L'habitat est à la fois marin et terrestre. Comme tous les membres de la famille, il se nourrit en mer et se reproduit à terre.
Le Manchot antipode niche principalement dans la végétation ligneuse dense et élevée (boisements et broussailles) qui couvre les pentes ou le sommet des façades côtières ou alors des petits vallons qui entaillent la côte. Il peut aussi nicher dans des endroits moins fermés, pelouses embroussaillées, brise-vent d'arbres exotiques plantés...

Comportement traits de caractère

Manchot antipode
adulte

Les adultes sont sédentaires, fréquentant toute l'année les côtes près des sites de reproduction.
De mai à août, ils sont en mer durant le jour et reviennent à terre chaque soir, se regroupant pour se toiletter et se reposer. C'est une forme de socialisation.
La durée de vie moyenne du Manchot antipode est de 8 ans, les oiseaux pouvant atteindre 25 ans à l'état sauvage. Les mâles vivraient jusqu'à deux fois plus longtemps que les femelles.

Vol

Manchot antipode
adulte

Espèce inapte au vol, les ailes servant de nageoires.

Alimentationmode et régime

Manchot antipode
adulte

Les Manchots antipodes se nourrissent sur le plateau continental, entre 2 et 25 km au large des côtes, plongeant jusqu'à une 40e de mètres en moyenne pour chasser, mais ils peuvent descendre à plus de 100 m.

Manchot antipode
adulte
Le régime varie suivant les sites et les dates, mais est très varié. Une étude sur l'Île du Sud, basée sur 198 contenus stomacaux, a montré une diversité en proies de 46 espèces, en majorité des poissons de moins de 25 cm de longueur (sprat, morue rouge, poisson-opale, ahuru, capucette, morue bleue...), le reste étant constitué de céphalopodes et de crustacés pélagiques.

Reproduction nidification

Manchot antipode
adulte

La saison de reproduction s'étale d'août à mars sur 28 semaines. Des couples peuvent être vus ensemble sur les lieux de reproduction dès juillet. Les couples sont solitaires ou forment des colonies lâches.
Les manchots choisissent comme sites de nidification des endroits pourvus d'une végétation dense pouvant cacher le nid. Celui-ci est une cuvette peu profonde faite de brindilles, d'herbe et de feuilles construite par les deux adultes. La date de ponte moyenne est le 24 septembre sur la péninsule d'Otago, mais est plus tardive dans les sites de nidification plus au sud.

Manchot antipode
adulte
Deux œufs sont pondus à 3-5 à jours d'intervalle. La couvaison commence après la ponte du deuxième œuf et dure 40 à 50 jours, assurée par les deux partenaires. L'éclosion a lieu principalement en novembre.
L'élevage des poussins se déroule en deux phases, la phase de garde lorsque les poussins sont constamment couvés et la phase de post-garde lorsqu'ils sont laissés seuls au nid pendant la journée. Dans cette espèce, les jeunes ne se regroupent pas en crèches collectives. L'émancipation a lieu à partir de février et s'étale jusqu'en mars voire avril, les oiseaux ayant à ce stade près de 4 mois. 50% des juvéniles survivants reviendront se reproduire sur leur lieu de naissance une fois atteinte la maturité à l'âge de 2-5 ans.
Le succès reproducteur moyen est d'environ un jeune par couple nicheur. Les nicheurs de l'Île du Sud semblent souvent provenir des zones de reproduction prospères du sud qui servent de réservoir de population, palliant ainsi la faible démographie au nord.

Distribution

Manchot antipode
adulte

Le Manchot antipode est endémique de Nouvelle-Zélande.
On le trouve sur la côte sud-est de l'Île du Sud, sur l'Île Stewart et les îles adjacentes, et dans le subantarctique sur les Îles Auckland et Campbell. Sur le continent, ils se reproduisent dans quatre régions distinctes : les Catlins, la péninsule d'Otago, l'Otago du Nord et la péninsule de Banks. La population est estimée à environ 1 700 couples reproducteurs, dont la majorité sur les Îles Auckland et Campbell. L'Île du Sud abrite plus de 600 couples et il y en a environ 180 sur de l'île Rakiura/Stewart. Sur l'Île Stewart, les Manchots antipodes se reproduisent le long des rives nord-est et est et sur plusieurs îles au large. Des oiseaux égarés ont atteint l'Île du Nord jusqu'à la baie de Plenty, les Îles Chatham et les îÎes Snares.
Les populations subantarctiques et continentales de la Nouvelle-Zélande sont génétiquement distinctes.

Menaces - protection

Manchot antipode
adulte
Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le Manchot antipode est le seul membre existant du genre Megadyptes. C'est le manchot le plus rare du monde. L'espèce est actuellement en danger (Statut de Conservation UICN - EN) et considérée comme menacée par le (DOC) Département Of Conservation de la faune.
Jusqu'au milieu de second millénaire environ, les Manchots antipodes étaient confinés aux îles Auckland et Campbell, tandis que le continent était occupé par les Manchots de Waitaha. Une forme plus petite (le Manchot de Richdale M. antipodes richdalei) se trouvait aux îles Chatham. On pense que les Manchots de Waitaha et de Richdale ont été chassés jusqu'à l'extinction. La disparition du Manchot de Waitaha a permis au Manchot antipode de s'établir tardivement sur l'île du Sud, favorisé par la disparition des grands mammifères marins provoquée par l'homme.
Sur terre, la perte et la fragmentation de l'habitat, la prédation, les maladies, les perturbations humaines, le stress thermique et l'hypothermie réduisent le succès de la reproduction.
La prédation des poussins par des mammifères terrestres introduits, chats harets, furets et hermines, est certainement le facteur négatif le plus important. Les adultes ne craignent pas les prédateurs terrestres exogènes, à l'exception des chiens. Le Manchot antipode est aussi sensible aux perturbations humaines. Le dérangement par les touristes entraine une baisse du succès de la reproduction. Un poids plus faible des poussins à l'émancipation diminue le taux de survie la première année. Lorsqu'ils sont en mer, ils subissent la prédation des requins, des barracudas et des Otaries à fourrure et de Nouvelle-Zélande.
Adultes et poussins succombent périodiquement à la maladie. En 1990, il y a eu une mortalité importante des adultes, et au cours de saisons de reproduction plus récentes, les poussins des sites du continent ont été atteints par une maladie décrite comme la stomatite diphtérique.
Rien n'indique que la pêche industrielle ou récréative réduise directement la disponibilité des proies des Manchots antipodes, mais ils peuvent être piégés dans les filets fixes côtiers. Il peut y avoir aussi une variation interannuelle marquée de la ressource. Les années de pénurie sont marquées par une réduction des tentatives de reproduction, une croissance lente des poussins, une mortalité plus élevée de ceux-ci avant l'émancipation, un faible poids des juvéniles et une survie plus faible des jeunes et des adultes.
La protection et la restauration de l'habitat, y compris le contrôle des prédateurs, sont gérées par le "Département Of Conservation" (DOC), le Yellow-eyed Penguin Trust, ainsi que par des propriétaires fonciers privés. Il existe une présence touristique saisonnière réglementée dans les zones de nidification des Manchots antipodes sur l'île Enderby, dans le groupe des îles Auckland avec une signalisation adaptée, ainsi qu'un tourisme naturaliste commercial sur des terres privées et dans des réserves administrées par le DOC.
Sous l'autorité du DOC, les centres de réadaptation financés par le privé servent de points de collecte pour les manchots malades, blessés ou orphelins. Ils agissent également en tant que centres de soins et de suivi pour la gestion lors d'épizooties périodiques.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Manchot antipodeFiche créée le 02/03/2020 par
publiée le - modifiée le 26-05-2020
© 1996-2020 Oiseaux.net