Paradoxornis de Gould

Paradoxornis flavirostris - Black-breasted Parrotbill

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Paradoxornithidés

  • Genre
    :

    Paradoxornis

  • Espèce
    :

    flavirostris

Descripteur

Gould, 1836

Biométrie
  • Taille
    : 21 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Paradoxornis de Gould
adulte
Paradoxornis de Gould
adulte

Le capuchon, du front jusqu'à la nuque, est châtain-brun. Les lores et les couvertures auriculaires sont noirâtres avec des mouchetures blanches en-dessous de l'œil. Les côtés du cou en arrière des oreillons sont châtain. Les parties supérieures présentent un couleur brun roussâtre. Les rémiges et les tertiaires sont brun foncé mais les filets intérieurs sont chamois et les filets extérieurs roux sombre. Les bordures extérieures de la plupart des primaires sont plus claires et plus ternes au niveau des extrémités. Les couvertures alaires sont brun foncé mais les bordures ont la même couleur que les parties supérieures. Le dessus de la queue est brun foncé, contrastant avec les rectrices extérieures qui sont plus brillantes. La zone qui va du menton jusqu'au haut de la poitrine est majoritairement noire mais des mouchetures blanches ornent parfois la gorge. Le reste du dessous est chamois-roux foncé. Les sexes sont identiques. Les iris sont rouge foncé à roux-run, le bec est jaune cire éclatant, les pattes varient du gris-ardoise au gris-plomb.
Le paradoxornis de Gould se différencie du paradoxornis flêché (P. guttaticollis) par la couleur plus sombre et plus châtain du capuchon, par la gorge et la poitrine plus noires ainsi que par les parties inférieures aux couleurs plus chaudes.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Black-breasted Parrotbill,
  • Picoloro pechinegro,
  • Schwarzkehl-Papageimeise,
  • Zwartkeeldiksnavelmees,
  • Psittorinco pettonero,
  • Svartbröstad papegojnäbb,
  • Smekkebuttnebb,
  • sutora čiernoprsá,
  • sýkořice černoprsá,
  • Sortøret Papegøjenæb,
  • himalajannokkatimali,
  • paradoxorni de Gould,
  • ogoniatka czarnowstęga,
  • Черногорлая сутора,
  • ムナグロダルマエナガ,
  • 斑胸鸦雀,
  • 黃嘴鴉雀,

Voix chant et cris

Les paradoxornis de Gould émettent leurs vocalises à partir de perchoirs bien exposés. Leur chant est une série de 4 à 7 notes claires et relativement hautes qu'on peut retranscrire de la façon suivante : "woi-woi-woi-woi-woi-woi" ou "wui-wui-wui-wui". Parfois, elles ont une tonalité différente, plus rauque "jhor-jhor-jhor-jhor" ou "jhui-jhui-jhui-jhui". Ces vocalisations sont parfois accompagnées de petites notes soucieuses "er-er-er", "uu-uh-uh" ou "whititit" qui sont peut-être l'œuvre de la femelle. Les cris sont assez divers : des "wi wi wii" qui alternent avec des "uh uhuh -uh-uh uh" bas et légèrement nasals.

Habitat

Les paradoxornis de Gould fréquentent les prairies de hautes herbes composés de plantes du genre Erianthicus ou Saccharum, le long des rivières ou dans les zones inondées. Dans certaines régions, on les trouve également dans les massifs de bambous ou dans les lieux où les cardamomes sauvages sont très abondants. Bien que ces oiseaux puissent monter jusqu'à 915 mètres d'altitude, ils sont en principe confinés dans les régions de plaines. Dans les régions de collines, ils occupent des régions où les bambous alternent avec les hautes herbes, cependant, ils marquent une nette préférence pour les vallées où l'herbe à éléphant et l'erka prédominent.

Comportement traits de caractère

En dehors de la période de nidification, les paradoxornis de Gould forment des rassemblements ou des petites bandes qui comportent au maximum une douzaine d'oiseaux. Toutefois, la plupart du temps, les groupes contiennent 7 ou 8 individus. Ces oiseaux sont extrêmement timides, ils adorent se dissimuler et ils répugnent souvent à prendre leur envol. Quand ils ne sont pas perturbés, ils grimpent volontiers au sommet des roseaux et des hautes herbes et ils entreprennent quelques courts vols dans les airs à la manière des prinias. Pendant ces brèves excursions, ils émettent des "chirrup" puissants quand ils commencent leur ascension. Néanmoins, la plupart du temps, en particulier lorsqu'ils se sentent observés, ces oiseaux volent bas, à très faible hauteur au-dessus du sol. Quand ils sont dissimulés dans les roselières, ils sont difficiles à apercevoir mais on peut entendre distinctement le bruit produit par leurs mandibules lorsqu'ils mordillent ou qu'ils grignottent.

Alimentationmode et régime

Le menu est un savant mélange de petits invertébrés et de graines. Les paradoxornis de Gould consomment en effet de nombreux types d'insectes, en particulier les perce-oreilles (dermatoptères) et les scarabées (coléoptères). Durant la période de reproduction, ils ingurgitent un grand nombre de larves mais également des baies. Quand ils recherchent leur nourriture, ces oiseaux s'organisent en petites bandes de 7 ou de 8. Ils prospectent souvent dans les fissures, les crevasses, les prairies de hautes herbes et une variété d'autres endroits. Quand ils se saisissent des fleurs des plantes, ils produisent des bruits nettement audibles dûs à l'entrechoquement de leurs mandibules.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule de mars à juillet. Le nid est une coupe peu profonde, nette et soignée. Il est construit avec des lanières d'écorce, des herbes grossières, des feuilles de bambous et éventuellement des feuilles mortes. Ces différents matériaux sont liés entre eux par des toiles d'araignée et quelquefois par des brindilles souples et flexibles. L'intérieur est garni avec des barbes fines, de l'écorce et du crin. La paroi extérieure du nid présente une belle couleur jaune éclatant, si bien que l'édifice est parfaitement camouflé dans son environnement direct. Le nid possède une taille très modeste par rapport aux dimensions biométriques de l'oiseau. Il ne dépasse pas les 10 centimètres de diamètre et les 5 centimètres de profondeur. Il est situé entre 1 et 3 mètres au-dessus du sol, dans une roselière, un massif de bambou ou un jeune arbre.
La ponte comprend 2 à 4 œufs, lisses, légèrement brillants. Ils ont généralement une teinte vert très clair ou blanche avec des motifs et des taches brunes plus ou moins abondants sur la partie la plus large de la coquille. Ils ont une taille moyenne d'environ 21 mm sur 16. On ne possède aucun renseignement sur la durée d'incubation et sur le soin parental.

Distribution

Les paradoxornis de Gould sont endémiques du sous-continent indien. Leur aire de distribution s'étend de l'est du Népal jusqu'en Assam et au Bengladesh en passant par le Darjeeling, le Sikim, le Bhoutan et le N.E.F.A. Au Terai (partie népalaise de la plaine indo-gangétique), on les trouve souvent dans les douars (campements nomades) au pied des collines.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les paradoxornis de Gould ont une aire de répartition particulièrement réduite (36 500 kilomètres carrés). La population, estimée entre 2500 et 10 000 individus, semble en déclin. La principale menace qui guette cette espèce est la dégradation de son habitat : la conversion des prairies en terres cultivées (rizières, champs de moutarde, plantation de thé), le surpâturage par le bétail domestique et le fauchage inapproprié des herbes sont autant d'actions qui réduisent leurs sites de nidification. Dans la vallée du Brahmapoutre, les grandes inondations pendant les périodes de mousson suivies de rapides décrues provoquent une détérioration importante des prairies. Afin de remédier à tous ces inconvénients, le gouvernement indien a mis en place au moins 4 zones à l'intérieur desquelles elle est totalement protégée. Le paradoxornis de Gould est considéré comme Vulnérable par Birdlife et l'IUCN.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Paradoxornis de GouldFiche créée le 26/03/2011 par
publiée le - modifiée le 26-03-2011
© 1996-2021 Oiseaux.net