Rhipidure gris

Rhipidura albiscapa - Grey Fantail

Rhipidure gris
adulte
Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Rhipiduridés

  • Genre
    :

    Rhipidura

  • Espèce
    :

    albiscapa

Descripteur

Gould, 1840

Biométrie
  • Taille
    : 17 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 6 à 9 g
Distribution

Distribution

Description identification

Rhipidure gris
adulte
Rhipidure gris
adulte

Le Rhipidure gris porte relativement bien son nom, puisque ce petit passereau se distingue par des tonalités grises sur toute la partie supérieure du corps et de la tête, les ailes et la queue. En fonction des différentes sous-espèces, les nuances peuvent varier d'un gris-ardoise à un gris moyen, parfois tirant sur le brun, uniformément réparties ou plus sombres au niveau de la queue. Au niveau du ventre et de la poitrine, on retrouve des teintes pâles allant du chamois clair au blanc cassé, variant entre les populations. La poitrine est délimitée par une barre noire transversale juste sous la gorge. Cette dernière est plus ou moins fine et intense en fonction des sous-espèces et des individus. Si elle est habituellement nettement marquée, cette barre peut former un dégradé grisâtre avec le haut clair de la poitrine. La tête se démarque par une gorge blanche, un sourcil blanc court et épais allant de l'arrière du front jusqu'au-dessus de l'œil, et un trait sourcilier à l'arrière de l'œil blanc faisant penser à une larme. Ce motif facial donne l'impression d'une "expression insatisfaite". Le trait sourcilier permet de différencier facilement le Rhipidure gris des espèces proches (R. fuliginosa et R. phasiana) chez qui ce dernier est soit absent, soit très réduit. L'aile est marquée par une double barre alaire formée par l'extrémité pâle des couvertures, ainsi que par les bords clairs des rémiges tertiaires. L'extrémité de la queue et le bord des rectrices externes prennent une couleur blanc-chamois. Chez la sous-espèce R. a. albicauda, les rectrices externes sont extrêmement pâles, presque blanches. L'iris apparaît très sombre. Le bec est très court et fin, typique des insectivores, de couleur noire, et entouré de vibrisses bien visibles. Il n'existe pas de dimorphisme sexuel. Les juvéniles sont plus ternes, avec des notes chamois, remplaçant notamment toutes les marques et extrémités blanches retrouvées chez les adultes.
En Mélanésie, le Rhipidure gris cohabite avec R. verreauxi, qui se distingue par une poitrine tachetée de noir, un dos roux et une taille plus grande, ainsi qu'avec R. tenebrosa, qui lui possède un ventre marron et l'extrémité des rectrices plus fortement marquée de blanc. Anciennement conspécifique avec R. fuliginosa, qui est lui endémique de Nouvelle-Zélande, la confusion est impossible du fait de la séparation géographique. R. phasiana reste assez semblable, et les deux espèces peuvent se retrouver ensemble sur les côtes nord et ouest de l'Australie, mais ce dernier apparaît en général d'un gris beaucoup plus clair, et moins contrasté avec les parties claires. Une nouvelle fois, la présence et l'intensité du trait sourcilier derrière l'œil est un moyen de discriminer assez simple ces trois espèces.

Indications subspécifiques 8 sous-espèces

  • Rhipidura albiscapa albiscapa (Tasmania and islands of the Bass Strait)
  • Rhipidura albiscapa brenchleyi (San Cristóbal I.. se Solomon Is.. , Banks Is. and Vanuatu)
  • Rhipidura albiscapa bulgeri (New Caledonia and Lifou Is.. Loyalty Is..)
  • Rhipidura albiscapa keasti (ne Australia)
  • Rhipidura albiscapa pelzelni (Norfolk I.)
  • Rhipidura albiscapa alisteri (ec, se and sc Australia)
  • Rhipidura albiscapa preissi (sw Australia)
  • Rhipidura albiscapa albicauda (wc and c Australia)

Noms étrangers

  • Grey Fantail,
  • Abanico gris,
  • Graufächerschwanz,
  • Grijze Waaierstaart,
  • Codaventaglio del Pacifico,
  • Grå solfjäderstjärt,
  • Gråviftestjert,
  • vejárnik sivý,
  • Grå Viftehale,
  • tuhkaviuhkamonarkki,
  • cuaventall gris,
  • wachlarzówka szara,
  • ハイイロオウギビタキ,
  • 灰扇尾鹟,
  • 灰扇尾鶲,

Voix chant et cris

Rhipidure gris
adulte

On peut très souvent entendre son cri, qui se limite à un "tut" ou "tseu" court et nasal, souvent répété de façon rapide. Le chant commence souvent par une petite répétition de cris, avant d'entamer une série ascendante puis descendante de 5 à 10 notes claires et flûtées, un peu métalliques. Ces notes sont relativement aiguës, plus que chez R. verreauxi, mais moins que chez R. rufifrons. Les deux sexes chantent, même si la femelle se fait moins entendre. Ils chantent parfois depuis le nid.

Habitat

Rhipidure gris
immature

Le Rhipidure gris fréquente tout milieu où il peut trouver des arbres et des buissons. Cela va des forêts tropicales denses aux savanes sèches et peu arborées.

On le retrouve ainsi également dans les zones de lisière, les milieux dégradés avec arbustes et les bosquets. Il s'aventure jusque dans les parcs et jardins, et ne fuit pas la présence humaine. Il se répartit à toute altitude, à l'exception de Makira (îles Salomon), où il se limite aux milieux forestiers et lisières au-dessus de 500 m.

Comportement traits de caractère

Rhipidure gris
immature

À l'image des autres rhipidures, le Rhipidure gris est un oiseau très agité, toujours en mouvement et rarement silencieux.

Rhipidure gris
immature
Il se tient souvent avec les ailes tombantes, la queue relevée et étalée en éventail, lui valant le nom de "fantail" en anglais. Il cherche sa nourriture, posé depuis un perchoir, et attrape des insectes en vol, en réalisant des acrobaties aériennes et des changements brutaux de direction. Il se rapproche souvent des humains et autres animaux, car ces derniers vont déranger et engendrer l'envol de petits insectes dont le rhipidure se délecte, en faisant ainsi de lui un oiseau très peu farouche.

Vol

Rhipidure gris
adulte

Le vol est rapide, se limitant souvent à de petites distances. La silhouette des rhipidures en vol est assez aisée à discriminer avec leur longue queue. Pendant la chasse, l'oiseau est capable de changer de direction de manière imprévisible à l'aide de sa queue en éventail.

Alimentationmode et régime

C'est un insectivore qui se nourrit essentiellement de petits insectes volants. On retrouve notamment à son menu de petits coléoptères, des diptères type moucherons et des hyménoptères comme des fourmis, guêpes ou abeilles. Il glane sa nourriture à tout étage de la forêt.

Reproduction nidification

Rhipidure gris
adulte

Le Rhipidure gris forme habituellement des couples monogames à chaque saison de reproduction, même si quelques cas de polyandrie ont déjà été rapportés.

Les couples sont territoriaux, et vont conserver leur territoire d'une année à l'autre, en construisant leur nid dans un périmètre proche du précédent. Les deux parents s'investissent dans la construction du nid, l'incubation des œufs et le nourrissage des jeunes. La saison de reproduction s'étale entre août et janvier, en fonction notamment des populations, et de l'habitat de reproduction.
La construction du nid débute au niveau d'une bifurcation d'une branche assez fine, de hauteur variable pouvant atteindre de moins d'un mètre à plus d'une dizaine de mètres. Ce dernier est fabriqué à l'aide de nombreux débris végétaux comme des brins secs, des morceaux d'écorce, et est consolidé sur sa face extérieure avec de la toile d'araignée. Il prend la forme d'une coupe, parfaitement ronde vue d'au-dessus, avec une queue en dessous de longueur variable, lui donnant un aspect caractéristique de verre à vin. Les œufs sont de couleur blanche ponctués de taches brunes, et pondus en nombre variable, allant de deux à quatre. En zones insulaires, les portées se limitent souvent à deux œufs. La période d'incubation dure environ deux semaines, et les petits resteront autant de temps au nid. Malgré les efforts de surveillance des parents, et un comportement très agressif de ces derniers envers ceux qui s'approchent du nid, le taux de prédation des nichées reste très élevé.

Distribution

On retrouve le Rhipidure gris sur une grande partie de l'Australie continentale, à l'exception des zones désertiques centrales et de l'ouest. Cependant, les populations nicheuses se limitent au sud-ouest de l'Australie occidentale, ainsi qu'à la façade est et la Tasmanie. On le retrouve aussi sur l'île Norfolk, et plusieurs îles de Mélanésie, à savoir le Vanuatu, la Nouvelle-Calédonie, et Makira au sud-est des îles Salomon. En Nouvelle-Calédonie, l'espèce n'est notée régulièrement que sur Grande Terre et l'île des Pins, mais pourrait occasionnellement se retrouver à Lifou.

Menaces - protection

Rhipidure gris
adulte
Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

L'espèce n'est pas considérée comme menacée de manière générale, occupant le statut d'espèce à préoccupation mineure (LC). Les populations ont même connu une augmentation suite à leur adaptation aux milieux urbains, à l'exception des zones fortement urbanisées. Le Rhipidure gris est un oiseau commun sur l'ensemble de son aire de répartition, sauf à Makira (îles Salomon).

Autres références utiles

QRcode Rhipidure grisFiche créée le 28/03/2020 par
publiée le - modifiée le 28-05-2020
© 1996-2020 Oiseaux.net