Tangara à diadème

Stephanophorus diadematus - Diademed Tanager

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Thraupidés

  • Genre
    :

    Stephanophorus

  • Espèce
    :

    diadematus

Descripteur

Temminck, 1823

Biométrie
  • Taille
    : 19 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    :
Distribution

Distribution

Description identification

Tangara à diadème
adulte

Ce robuste tangara peut paraître coloré sous un bon faisceau de lumière mais, la plupart du temps,il semble noirâtre, avec une tache blanche sur le capuchon et un plumet écarlate bref et ébouriffé sur le dessus su crâne. Le bec est court et épais. Le devant du front, les lores, la zone oculaire et la gorge sont noirs, l'ensemble formant une sorte de petit masque. Le reste du plumage est majoritairement bleu brillant foncé. Les couvertures alaires, les rémiges et les rectrices sont noirâtres avec de larges bordures bleues. Les iris sont brun sombre, le bec est noir, les pattes gris foncé. Les deux partenaires sont absolument identiques. Les immatures sont plus ternes et plus sombres que les adultes. Les motifs et les ornemements du capuchon sont moins marqués.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Diademed Tanager,
  • Tangara diademada,
  • sanhaço-frade,
  • Diademtangare,
  • Diadeemtangare,
  • Tanagra diademata,
  • diademtangara,
  • Diademtanagar,
  • diadémka modrá,
  • tangara diamantová,
  • Diademtangar,
  • diadeemitangara,
  • tàngara blava diademada,
  • diademik,
  • Диадемовая танагра,
  • オウカンフウキンチョウ,
  • 凤冠裸鼻雀,
  • 鳳冠裸鼻雀,

Voix chant et cris

Le chant de l'aube, émis à partir d'une très haute branche, est un gazouillement bref : "tio turri, weri tweee" . La deuxième et la troisième note sont plus basses et répétées sans cesse toutes les 3 ou 4 secondes. Le chant du jour est une puissante série musicale un peu semblable à celle d'un grosbec du genre Pheucticus mais avec des notes montantes plus emphatiques et des pauses plus longues entre les morceaux. La femelle répond par des sifflements. Le répertoire de cris comprend un "chewp" haut et doux qui est parfois doublé "chioup-chioup".

Habitat

Les tangaras à diadème fréquentent les zones semi-ouvertes et les habitats boisés, y compris les forêts d'araucarias, les boisements denses composés de petits arbres et les parcelles d'arbustes non éloignés des marécages. On peut également les apercevoir dans les galeries qui bordent les cours d'eau, plus particulièrement dans les micocouliers qui peuplent les zones littorales en Argentine. Ils visitent les jardins et les parcs qui ont suffisamment d'arbres et de buissons. Dans les régions montagneuses de l'état de Rio de Janeiro, sur le mont Itiataia, ces oiseaux sont très courants aux altitudes les plus élevées, c'est à dire jusqu'à la ligne de limite des arbres à 2 400 mètres. Ailleurs, on les trouve principalement dans les plaines.

Comportement traits de caractère

Les Tangaras à diadème vivent en couples ou en petits groupes. On les trouve aussi parfois en individus solitaires qui se perchent bien en évidence sur le sommet dégagé d'un groupe d'arbustes. Cependant, ils sont prompts à plonger dans le couvert pour s'y réfugier en cas de menace. Dans les zones abondamment boisées, ces oiseaux forment des bandes plurispécifiques qui récherchent leur pitance à n'importe quel niveau du feuillage, pratiquement du sous-bois jusqu'à la canopée. Au Brésil, ces tangaras glanent sur la surface des feuilles.
Les tangaras à diadème sont plutôt sédentaires. Dans le sud de l'Uruguay et en Argentine, ils accomplissent parfois des déplacements migratoires.

Alimentationmode et régime

Les tangaras à diadème consomment beaucoup de fruits, ils ingurgitent aussi des fleurs et quelques insectes. Ils apprécient également les pucerons qu'on trouve sur les plantes. Au Rio Grande do Sul, ils sont réputés pour ingérer 9 espèces de fruits, notamment les figues, les kakis et les papayes. Leur menu est agrémenté de nombreuses sortes de baies, parmi lesquelles celles du faux-poivrier odorant (Schinus molle).

Reproduction nidification

Dans l'état du Rio Grande do Sul qui est la subdivision territoriale la plus méridionale du Brésil, la saison de nidification se déroule en octobre. Les couples bâtissent une coupe peu profonde à 3 ou 4 mètres au-dessus du sol dans un arbre ou une broussaille. La ponte comporte 4 œufs, de couleur blanche ou bleuâtre clair avec des taches rouge foncé ou gris violacé. Certains œufs sont recouverts de motifs en forme de gribouillage noir. Il n'y a pas d'informations supplémentaires : la durée d'incubation et la longueur du séjour au nid sont inconnus pour l'instant.

Distribution

Les tangaras à diadème sont originaires du sud du continent sud-américain. Leur aire de distribution couvre le sud-est du Brésil (Paraná et São Paulo, sud du Minas Gerais et Rio de Janeiro, Rio Grande do Sul), l'est du Paraguay, l'Uruguay et le nord de l'Argentine (extrême est de Santa Fé, nord de Buenos Aires). L'espèce est monotypique.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook de oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle est assez courante dans le sud-est du Brésil et en Uruguay mais elle est vraiment locale sur l'ensemble de son territoire argentin. Dans les montagnes côtières du Brésil où la déforestation est très importante, les tangaras à diadème sont restreints dans les parcs nationaux et les zones protégées. En Argentine, ils vivent dans les parcs nationaux d'Iguaçu, d'El Palmar et de Mar del Plata ainsi que dans les jardins et les petites réserves au sud de Buenos Aires.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Tangara à diadèmeFiche créée le 09/07/2014 par
publiée le - modifiée le 13-07-2014
© 1996-2021 Oiseaux.net