Les oiseaux ont toujours faim


Communément on sait bien faire la distinction entre les granivores tel le chardonneret élégant et les insectivores comme la mésange bleue. Cependant la diversité des régimes alimentaires est bien plus large. Les Corneilles noires sont des omnivores, les oies sauvages des herbivores, les Cormorans des piscivores, les Milans noirs des charognards. Les Canards souchets, planctonophages, consomment les animaux microscopiques en filtrant l'eau avec leur bec en forme de cuillère. Les Bécassines des marais et autres limicoles appréhendent les vers et mollusques dans la vase, les rapaces chassent oiseaux et mammifères. Toutes les ressources alimentaires sont ainsi exploitées de façon spécialisée ou plus ou moins éclectique.


Très spécialisée, la bondrée apivore se nourrit à 80% de guêpes, abeilles sauvages et bourdons à tous les stades, adultes compris. Le grand cormoran absorbe presque exclusivement des poissons alors que le héron cendré, également piscivore, ajoute volontiers d'autres aliments carnés à son menu:insectes, batraciens, petits mammifères.


Qui plus est, beaucoup d'espèces pourtant classées dans telle ou telle catégorie du point de vue de leur alimentation, changent partiellement, voire radicalement, de régime au cours de l'année lorsque leur nourriture principale se raréfie. La mésange charbonnière insectivore pendant la belle saison, devient plus végétarienne au cours de la mauvaise saison en consommant graines, semences, bourgeons, fruits et baies.


Enfin, en s'adaptant, les oiseaux savent varier la composition de leur menu selon le milieu qu'ils sont conduits à fréquenter. A la campagne les Faucons crécerelles chassent les campagnols, en ville ce sont surtout les moineaux qui constituent leurs proies. Les Grues cendrées se nourrissent surtout de rhizomes et pousses de roseaux ainsi que de baies sur leurs lieux de nidification dans les marais et tourbières du Nord de l'Europe. Au cours de leur migration en automne, elles se rabattent sur les graines de céréales dans les éteules, sur les graminées et légumineuses. Pendant leur hivernage en Espagne, leur base alimentaire est constituée par les glands de chênes et les olives à terre.


Les besoins alimentaires des oiseaux sont considérables tout au long de l'année. Le vol battu consomme 10x plus d'énergie que la locomotion terrestre. S'ajoutent concomitamment ou tour à tour le maintien de la température du corps à 41° par tous les temps, la construction du nid qui demande plus de mille allers et venues au pinson des arbres, le nourrissage des oisillons entraînant pour le pouillot véloce jusqu'à 5oo becquées dans la journée, la mue qui remplace toutes les plumes, la migration qui exige des réserves de graisse pouvant augmenter avant le départ le poids normal de plus d'un tiers. Sauf les rapaces et les piscivores attrapant de grandes proies, la majorité des oiseaux consacre tout son temps, hormis le sommeil et l'entretien du plumage, à la quête de nourriture.


Légèreté oblige, la digestion est très rapide. Chez les passereaux, elle dure en moyenne 1h30. De plus la mastication est transférée de la bouche à l'estomac près du centre de gravité, les sucs gastriques étant par compensation extrêmement efficaces. Le gypaète barbu est capable de digérer et assimiler des os. Les granivores absorbent des petits graviers qui agissent comme des meules sous l'action des muscles du gésier.


Le régime alimentaire conditionne les capacités de vol. Les Grues cendrées profitant d'une alimentation riche en hydrates de carbone disposent de ressources et réserves énergétiques les rendant aptes à soutenir le vol battu sur des distances de plusieurs centaines de km. Au contraire, les Cigognes blanches au régime carnivore riche en protéines mais pauvre en graisse, sont incapables de ces performances. Elles mettent des semaines pour rejoindre en vol à voile, d'une ascendance thermique à l'autre, leurs quartiers d'hiver en Espagne et en Afrique.

Le nourrissage des oiseaux en hiver

Ce qu'il ne faut pas faire

- Ne jamais donner d'aliments salés ou assaisonnés.
- Ne pas donner de mie de pain, de riz non cuit ou de noix de coco sèche:ils gonflent dans l'estomac et tuent l'oiseau.
- Le pain a une valeur nutritive beaucoup trop faible, préférez-lui toujours des biscuits émiettés.
Ne pas oublier de mettre à leur disposition de l'eau ( A heures régulières )


Créé le 01/12/2005 par Gilbert Blaising © 1996-2017 Oiseaux.net