Araponga tricaronculé

Procnias tricarunculatus - Three-wattled Bellbird

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Cotingidés

  • Genre
    :

    Procnias

  • Espèce
    :

    tricarunculatus

Descripteur

Verreaux, J Verreaux, E, 1853

Biométrie
  • Taille
    : 25 à 30 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 145 g
Distribution

Distribution

Description identification

Araponga tricaronculé
adulte

Cet araponga très caractéristique est très large au niveau de la bouche et il a une taille légèrement plus grande que ses autres congénères. Chez le mâle, la tête, le cou et la poitrine sont blancs, le reste du plumage est châtain-roux. Il y a une peau nue noire sur les lores et sur les sourcils. 3 caroncules extensibles de couleur brun grisâtre pendent de la base de la mandibule supérieure et des coins de la bouche, faisant penser à des bacchantes ou à des hélices d'avion. Les primaires externes sont modifiées : l'extrémité des vexilles internes se projette au delà des vexilles externes et est un peu crochue. Les iris sont sombres, le bec noir avec un bord tranchant plus grisâtre. Les pattes sont couleur ardoise mais les semelles des pieds sont jaunâtres.
La femelle est très distincte du mâle, au point que l'on croirait une espèce différente. Le dessus est vert-olive, plus foncé sur les primaires et les couvertures. La face présente de discrètes stries jaune terne. Les parties inférieures sont jaunes avec des stries vert -olive. Ces stries sont plus réduites sur la gorge et absentes sur la zone anale. Les bords tranchants de la mandibule inférieure sont partiellement vert grisâtre fade. Les immatures ressemblent à la femelle.
Le mâle acquiert progressivement son plumage en trois ans, les caroncules commencent à apparaître entre 6 et 12 mois.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Three-wattled Bellbird,
  • Campanero Tricarunculado,
  • Araponga-do-nicarágua,
  • Hämmerling,
  • lebernyeges harangozómadár,
  • Drielelklokvogel,
  • Campanaro caruncolato,
  • Tretömmad klockkotinga,
  • Treflikklokkefugl,
  • zvonec bielohlavý,
  • zvonovec trojhrotý,
  • Trelappet Klokkefugl,
  • seppäkotinga,
  • campaner tricarunculat,
  • dzwonnik trójsoplowy,
  • Трёхусый звонарь,
  • ヒゲドリ,
  • 肉垂钟伞鸟,
  • 肉垂鐘雀,

Voix chant et cris

Araponga tricaronculé
adulte

Les mâles qui appellent pendant les parades émettent un "bock" puissant comme un coup de marteau. Ce cri est délivré seul ou parfois il est combiné avec des grincements ou des sifflements plus faibles ou parfois même avec des notes monosyllabiques ou disyllabiques. Il y a des différences régionales très marquées.

Habitat

Les aprapongas tricaronculés fréquentent le forêts de montagne principalement entre 1 200 et 2 300 mètres d'altitude. Il arrive qu'on les trouve occasionnellement plus haut en fonction de la reproduction. Ces oiseaux vivent dans les boisements de collines et les parcelles de plaine en dehors de la saison de nidification. Au cours de cette dernière période, ils peuvent descendre jusqu'au niveau de la mer.

Comportement traits de caractère

Les arapongas tricaronculés sont territoriaux et vivent en couples pendant la période de reproduction. Quand ils recherchent des fruits dans les lauriers (Ocotea endresiana), il leur arrive de s'associer avec des merles de montagne (Turdus plebejus) ou avec des merles à gorge blanche (Turdus assimilis).
Ces oiseaux effectuent des déplacements altitudinaux très prononcés. A la saison hivernale, ils quittent les montagnes pour rejoindre les plaines où le climat est plus clément. Grâce à une forme particulière de baguage, on a réussi à déterminer que les oiseaux des zones montagneuses du centre du Costa Rica hivernaient dans les plaines du sud-est du Nicaragua, et que de là, ils se rendaient dans les plaines côtières du Costa Rica bordant le Pacifique. Au Panama, la plupart des arapongas hivernent sur la côte caribéenne. Certains vagabonds, peut-être en provenance d'autres zones d'hivernage, ont été récemment repérés dans la région du canal.

Alimentation mode et régime

Les arapongas tricaronculés consomment majoritairement des fruits, et plus particulièrement ceux des lauracées. Leur très large bouche leur permet d'ingurgiter des fruits allant jusqu'à 25 millimètres de diamètre. Ces oiseaux cueillent leurs aliments de 2 façons bien distinctes, soit quand ils sont perchés, soit quand ils effectuent une courte sortie aérienne.

Reproduction nidification

On ne possède aucune description du nid. Ce dernier est construit par la femelle. L'état des organes reproducteurs chez les mâles et la manifestation de leurs parades nuptiales permet d'établir la période de nidification plutôt entre le mois de mars et le mois de juin. Le mâle parade à partir du sommet d'un arbre en appelant et en remuant légèrement les ailes vers le haut. Lorsqu'il a réussi à attirer une femelle, il descend vers un perchoir bas situé dans le sous-bois et il s'accouple avec sa partenaire après avoir accompli de nombreux rituels.
La taille de la ponte et la durée d'incubation ne sont pas connues. On n'a aucun détail sur le soin parental.

Distribution

Ces passereaux de la famille des cotingidés sont originaires d'Amérique Centrale. Leur aire de distribution s'étend dans les montagnes de l'est du Honduras (Sierra de Alagalta), dans le nord-ouest du Nicaragua, au Costa Rica et au Panama en direction de l'est jusqu'à la péninsule de Azuero. Pendant la période hivernale, ils séjournent dans les plaines adjacentes. L'espèce est considérée comme monotypique, c'est à dire qu'elle n'est pas subdivisée en sous-espèces.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les arapongas tricaronculés sont VULNERABLES. Ils sont rares ou locaux, leurs effectifs sont en déclin. ils se reproduisent dans des zones protégées et des parcs nationaux au Honduras, au Costa Rica et au Nicaragua. Au Panama, il sont souvent classés comme résidents alors qu'il ne sont sans doute que visiteurs d'hiver.
La principale raison du déclin de cette espèce est la destruction des forêts de plaines où elle descend pendant la saison hivernale. Au Costa Rica, par exemple, 35% de la forêt résiduelle a été détruite entre 1986 et 1992 et le peu de zones boisées qui subsistent sont sous une sévère menace. Dans certaines régions, les forêts ont totalement disparu et certaines zones protégées courent le risque d'être éclaircies pour être transformées en zones de culture. La protection des zones forestières subsistantes est devenu une priorité pour la survie de nombreuses espèces d'oiseaux.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Araponga tricaronculéFiche créée le 06/12/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net