Autour unibande

Kaupifalco monogrammicus - Lizard Buzzard

Systématique
  • Ordre
    :

    Accipitriformes

  • Famille
    :

    Accipitridés

  • Genre
    :

    Kaupifalco

  • Espèce
    :

    monogrammicus

Descripteur

Temminck, 1824

Biométrie
  • Taille
    : 37 cm
  • Envergure
    : 63 à 79 cm.
  • Poids
    : 220 à 410 g
Longévité

9 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Les autours unibandes ont un corps trapu, une tête volumineuse, des ailes de longueur moyenne et une queue qui se termine de façon légèrement arrondie. Les sexes ont un plumage identique. Néanmoins, la femelle est 10% plus grande et environ 25% plus lourde (voir données biométriques). Les juvéniles se distinguent des adultes et n'acquièrent leur plumage définitif qu'au terme de la seconde année par une mue directe.
En tous plumages, les adultes sont identifiables grâce à leur tête, leurs parties supérieures et leur poitrine grises. La gorge est blanche avec une strie médiane et verticale noire. Les parties inférieures et l'abdomen sont blancs avec d'abondantes barres noirâtres excepté sur la zone anale. Le croupion est blanc uni. La queue est noire avec une ou rarement 2 bandes blanches à son extrémité.
Les juvéniles ont un dessus légèrement liseré de chamois. La poitrine est plus gris brunâtre et l'abdomen est plus chamoisé. La bande caudale est moins proéminente.
Les adultes ont des iris brun-rouge alors que ceux des juvéniles sont brun pâle. La cire et les pattes sont rouge-orange alors que celles des juvéniles sont jaune-orange.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Kaupifalco monogrammicus monogrammicus (Senegal and Gambia to Ethiopia and Kenya)
  • Kaupifalco monogrammicus meridionalis (s Kenya to Angola, Namibia and South Africa)

Noms étrangers

  • Lizard Buzzard,
  • Busardo Gavilán,
  • Gavião-papa-lagartos,
  • Sperberbussard,
  • Gyíkászölyv,
  • Hagedisbuizerd,
  • Poiana lacertiera,
  • Ödlevråk,
  • Øglehauk,
  • jašteričiar pásikavý,
  • jestřábec pestrý,
  • Øglehøg,
  • liskohaukka,
  • Akkedisvalk,
  • astor llagoster,
  • jaszczurkołap (północny),
  • Ящеричный канюк,
  • トカゲノスリ,
  • 食晰鵟,
  • 蜥鵟,

Voix chant et cris

L'autour unibande est bruyant tout au début de la saison de reproduction, le reste du temps, il est relativement discret. Il émet toujours ses vocalises à partir d'un perchoir dissimulé ou non. Le chant principal est un partition claire et mélodieuse "kleeeo-klu-klu-klu-kli-kli-klee" qui est répétée régulièrement. Il commence par un sifflement prolongé, prend de la vitesse puis se termine de façon plutôt hésitante. On peut également entendre une sorte de miaulement de buse "peee-oo" réitéré toutes les 15 secondes. Ce dernier cri est également utilisé par la femelle lorsqu'elle accueille le mâle qui vient lui apporter de la nourriture au nid.

Habitat

Les Autours unibandes fréquentent particulièrement les zones boisées dont les arbres à larges feuilles sont parvenus à maturité. Ils apprécient les habitats humides qui ont une canopée continue et dont les sous-bois sont recouverts de hautes herbes. On les trouve également dans les clairières des forêts, dans les savanes arborées, les terres cultivées qui bordent les bois, les jardins et les rideaux d'arbres qui longent les cours d'eau. Ils montrent une certaine réticence pour les épineux, pour les baobabs épars et pour les parcelles plus arides. Il évitent résolument les prairies ouvertes et les régions sans arbres. Les autours unibandes marquent une nette préférence pour les régions basses qui recoivent une quantité assez importante de précipitations. Ils vivent la plupart du temps du niveau de la mer jusqu'à 1000 mètres d'altitude. Cependant, en Afrique Orientale, ils ne sont pas rares jusqu'à 1500 m et exceptionnellement on peut les observer jusqu'à 3000 mètres.

Comportement traits de caractère

Les autours unibandes vivent en solitaire ou en couples. Ils volent rarement au-dessus des arbres et aucune parade aérienne n'est décrite les concernant. En dehors de la saison de nidification, ces oiseaux ne sont pas très vocaux et leur communication comprend simplement des faibles cris de contact qui sont adressés à des congénères (voir plus haut, chant et voix).
Les autours unibandes sont majoritairement sédentaires, toutefois des mouvements de population peuvent intervenir variablement après la reproduction. Ces oiseaux sont en effet sensibles au manque d'humidité. Dans le nord-est de l'Afrique du Sud, on a ainsi pu constater des déplacements de groupes familiaux (adultes et immatures) pendant la saison sèche.

Alimentation mode et régime

Les autours unibandes consomment principalement des gros insectes et des petits reptiles. Néanmoins, ils ingurgitent aussi des petits mammifères tels que les rongeurs et occasionnellement des grenouilles, des oiseaux et des araignées. Les charognes ne sont probablement pas négligées. En Afrique Occidentale, les sauterelles, les petits serpents et les lézards constituent les proies les plus nombreuses mais on peut compter jusqu'à 10% de rongeurs. En Afrique du Sud, les lézards et les serpents forment le gros de la diète, les fourmis et les termites composent le reste du menu.
Les autours unibandes chassent à l'affût à partir d'un perchoir dissimulé ou bien en vue. Ils regardent fixement le sol puis se laissent tomber à terre dans les longues herbes dès qu'ils ont repéré une victime. Ils recherchent également leur nourriture sur le sol en marchant, essayant sans doute de trouver des termitières ou des essaims de fourmis.

Reproduction nidification

La saison de nidification varie considérablement selon les régions, elle se déroule de février à mai en Afrique Occidentale, de mars à juin au Soudan, de septembre à novembre au Gabon. En Afrique orientale, il y a une double saison, de janvier à mai et d'août à décembre. Au Zaïre, la reproduction intervient sans doute à tous les mois de l'année. Plus au sud, à partir de la Zambie, la nidification s'étend de mai à mars, elle bat son plein surtout d'octobre à décembre.
Le couple bâtit une petite mais solide structure avec des morceaux de bois. Elle mesure environ 40 cm de diamètre et elle est garnie avec des débris, des mousses, des lichens en forme de barbe ou des herbes sèches. L'intérieur du nid est très rarement tapissé avec des feuilles vertes. L'édifice est placé à une hauteur qui varie de 3 à 25 mètres au-dessus du sol. En Afrique Occidentale, il est situé la majeure partie du temps entre 11 et 18 mètres, alors qu'en Afrique Australe, on le trouve plutôt de 6 à 10 mètres sur une fourche principale ou une branche latérale. Les autours unibandes utilisent une grande variété d'arbres, y compris les eucalyptus et les pins.
La ponte comprend habituellement 2 œufs qui sont couvés entre 33 et 34 jours. Les oisillons sont nidicoles et séjournent au nid pendant environ 40 jours. Après l'envol, ils restent dépendants de leurs parents pendant encore 30 ou 40 jours.

Distribution

Les autours unibandes vivent en Afrique au sud du Sahara. Leur aire de distribution va des pays du Sahel jusqu'en Namibie, au sud du Zaïre et au sud du Mozambique. Les régions plus arides du Botswana et de l'Afrique du Sud sont évitées. Sur ce vaste territoire de plusieurs millions de kilomètres carrés, on reconnaît officiellement deux sous-espèces : K. m. monogrammicus, la race type (Afrique Occidentale et Centrale, de la Senégambie et du Mali jusqu'en Ethiopie et à l'ouest du Kenya) - K. m. meridionalis (Tanzanie, sud du Zaïre jusqu'à l'Afrique du Sud).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

En Afrique où cette espèce est la plus courante, les densités ont été estimées de la façon suivante : 5 couples tous les 4 kilomètres carrés. En extrapolant, la population globale est évaluée à 2 millions de couples pour la région côtière qui va de la Sénégambie jusqu'au Nigeria. En direction de l'est, la densité est moins importante. Dans les régions forestières du centre et du sud de l'Afrique, la population atteint plusieurs centaines de milliers d'oiseaux. Les effectifs sont stables et même en légère augmentation là où les forêts sont éclaircies et remplacées par des cultures de subsistance.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 13/11/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net