Brachyptérolle à longue queue

Uratelornis chimaera - Long-tailed Ground Roller

Systématique
  • Ordre
    :

    Coraciiformes

  • Famille
    :

    Brachyptéraciidés

  • Genre
    :

    Uratelornis

  • Espèce
    :

    chimaera

Descripteur

Rothschild, 1895

Biométrie
  • Taille
    : 47 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Cette brachyptérolle se distingue de ses autres congénères par sa très longue queue qui peut atteindre parfois 30 centimètres. Les ailes brèves et les longues pattes brun rosâtre contribuent à donner un aspect très caractéristique à sa silhouette.
Chez le mâle adulte, le capuchon et les parties supérieures sont chamois-sable avec d'abondantes stries noires et brunes. La queue porte 15 à 20 barres brun foncé. Les 3 rectrices les plus externes sont bleu azuré. Du bleu azuré est également visible sur les ailes notamment au niveau des grandes couvertures. 2 petites bandes noires et blanches peuvent être obervées au niveau des primaires et des secondaires. Elles sont particulièrement nettes en vol.
Les sourcils sont chamois clair. Les couvertures auriculaires forment une large bande brune qui est soulignée par une sous-moustache blanche. La région malaire brune et la bande pectorale noire encadrent et mettent en valeur la gorge blanche. Le reste des parties inférieures est gris clair, la poitrine étant presque blanche.
Les iris sont bruns. Le bec est noir, les pattes brun rosâtre.
La femelle ressemble au mâle, mais elle est plus petite, sa queue est plus courte. Les juvéniles sont identiques à leur mère.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Long-tailed Ground Roller,
  • Carraca-terrestre Colilarga,
  • Langschwanz-Erdracke,
  • hosszúfarkú földiszalakóta,
  • Langstaartgrondscharrelaar,
  • Coracia terragnola codalunga,
  • Långstjärtad markblåkråka,
  • Langhalemarkråke,
  • krakľovec dlhochvostý,
  • kurolec dlouhoocasý,
  • Langhalet Ellekrage,
  • pyrstömarhi,
  • gaig terrestre cuallarg,
  • dziwokraska,
  • Длиннохвостая земляная ракша,
  • オナガジブッポウソウ,
  • 长尾地三宝鸟,
  • 長尾地寶鳥,

Voix chant et cris

Les cris territoriaux sont nombreux et variés : on peut entendre des séries de 6 à 10 notes "boobooboo..." qui descendent vers la fin, également une longue série de "too-tuc too-tuc too-tuc" qui dure de 10 à 40 secondes et qui se termine par une note rude et grinçante, assez semblable à celle du coucal de Madagascar. Ces cris sont délivrés d'un perchoir, commencent à l'aube et durent parfois toute la journée et exceptionnellement la nuit. Le répertoire comprend aussi des "gu" ou des "guguuguu" faibles qui servent de cri de contact. En cas d'excitation, ces brachyptérolles produisent diverses notes grinçantes.

Habitat

Les brachyptérolles à longue queue préfèrent habituellement les zones mixtes composées de broussailles épineuses arides et de grands arbres à feuilles caduques. Ils fréquentent les régions à sol sableux qui reçoivent environ 500 millimètres de précipitations par an. Dans les forêts épineuses, on trouve principalement des plantes qui ont l'apparence de cactus comme les didieracées et de la végétation arborescente de la famille des euphorbiacées. Les baobabs sont également très répandus et leurs feuilles forment des litières épaisses qui sont particulièrement appréciées par ces oiseaux. Les brachyptérolles à longue queue tolèrent les habitats plus ouverts et les zones boisées légèrement dégradées dans la mesure où ils continuent à y trouver de l'ombre et des litières de feuilles. Ces oiseaux cavernicoles évitent les dunes car le manque d'ombre et le sable trop friable sont inadaptés à leur mode de nidification. Ils vivent du niveau de la mer jusqu'à 100 m d'altitude.

Comportement traits de caractère

La brachyptérolle à longue queue est un oiseau timide et particulièrement discret. S'il est dérangé, soit il se fige et reste cloué sur place, soit il s'éloigne en courant. Compte-tenu de ses courtes ailes et de sa longue queue, cet oiseau vole peu mais c'est un coureur très performant. A l'intérieur de son territoire, il se repose dans les buissons ou les arbres bas, il chante à partir de perchoirs qui ne sont jamais situés au-dessus de 6 mètres. En dehors de la saison de reproduction cet oiseau est solitaire. Dès qu'il s'agit de trouver une partenaire, le mâle marche en-dessous d'une branche basse, incline sa tête vers le haut puis reste immobile en produisant un série de "tuc-tuc" qui vont crescendo. Arrivé au paroxysme de son chant, le mâle l'arrête brusquement et s'envole en direction d'une branche en produisant des battements bruyants. Arrivé sur le perchoir, il émet une série de "boo". On pense que toutes ses actions font partie du rituel de séduction. Quand le couple est formé, le mâle tente de renforcer les liens conjugaux en apportant de la nourriture à sa compagne.

Alimentation mode et régime

Les brachyptérolles à longue queue consomment principalement des invertébrés tels que les fourmis, les coléoptères, les papillons, les chenilles, les cafards, les sauterelles, les cloportes et les vers de terre. Ils cherchent leur nourriture presque exclusivement à terre, alternant les périodes où ils sont immobiles et celles où ils sont très actifs. Ils fouillent dans l'épaisse litière de feuilles sous les buissons et sous les arbres. Néanmoins, malgré leur très longue queue qui constitue pour eux un handicap et qui en fait un piètre voleur, elles chassent parfois les insectes à mi-hauteur dans les airs.

Reproduction nidification

La période de nidification se déroule d'octobre à janvier, elle commence juste au début de la saison des pluies. Les juvéniles sont visibles au mois de novembre et les immatures à la fin du mois de décembre ou au début du mois de janvier. Les brachyptérolles à longue queue sont monogames. Le mâle établit le territoire qu'il défend énergiquement en poussant des cris à partir d'un perchoir situé à 6 mètres au-dessus du sol. Ces vocalises commencent peu de temps après l'aube et se poursuivent parfois pendant toute la journée jusqu'à la nuit. Les deux partenaires unissent leurs efforts, utilisant leur bec et leurs pieds pour creuser le terrier. Ce dernier est toujours situé à l'écart des zones herbeuses dans un endroit où le sol est constitué de sable assez ferme. La galerie mesure de 80 centimètres à 1 mètre 20, elle descend en légère pente et elle aboutit dans une chambre de ponte dont la plancher est recouvert de feuilles sèches et de petites pelotes de terre. Le trou d'entrée mesure 8 centimètres de diamètre, la chambre environ 20 centimètres.
La nidification bat son plein généralement en novembre. La femelle dépose entre 2 et 4 œufs lisses et de couleur blanche. On ne possède aucune information sur la durée d'incubation et sur le soin parental. Néanmoins, après que les petits aient quitté le nid, ils restent au sein du groupe familial qui compte alors 4 ou 5 individus. La famille reste unie pendant une période indéterminée avant de se disperser.

Distribution

Les brachyptérolles à longue queue sont endémiques de Madagascar. Leur aire de distribution couvre une fine bande proche de la côte sud-ouest de l'île. Ce territoire assez réduit ( 10 500 kilomètres carrés) est bordé au nord par la rivière Mangoky et au sud par la rivière Fiherenana. L'espèce est monotypique, c'est à dire qu'elle n'est pas divisée en sous-espèces.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Cette espèce est VULNERABLE. Elle vit dans une espace géographique restreint qui fait 70 km de large et 200 km de long dans le sud-ouest de Madagascar. De tous les membres de la famille des brachypteraciidés, c'est surement le plus en danger. La cause principale de son déclin est certainement la destruction rapide de son habitat à cause des activités humaines parmi lesquelles on peut noter la culture sur brulis, la fabrication du charbon de bois, le ramassage du bois pour un usage local ou commercial et le surpâturage du bétail. D'après Birdlife, la population globale est estimée entre 9 500 et 32 700 individus adultes.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 12/11/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net