Brève de Koch

Erythropitta kochi - Whiskered Pitta

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Pittidés

  • Genre
    :

    Erythropitta

  • Espèce
    :

    kochi

Descripteur

Brüggemann, 1876

Biométrie
  • Taille
    : 23 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 113 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez le mâle adulte, le front est brun foncé, les lores, la zone autour de l'oeil et les couvertures auriculaires sont brun-olive sombre. L'arrière de la calotte et la nuque sont roux-orange. La moustache, grisâtre à ivoire, est particulièrement évidente, présentant parfois un aspect rosâtre et s'élargissant en-dessous des joues. La zone submalaire est brun noirâtre. Le manteau, le dos et le croupion forment un ensemble vert-olive foncé. Les couvertures sus-caudales et la queue sont bleu-ardoise. Les tertiaires et les petites couvertures ont la même couleur que le manteau. Les moyennes et les grandes couvertures présentent le même bleu-gris-ardoise que la poitrine. Les primaires sombres ont une petite tache blanche en leur milieu. Le dessous des ailes est gris-brun. La gorge, le menton et le haut de la poitrine sont bruns, avec une nuance brun-vineux sur la gorge et des reflets violet-lilas sur le haut de la poitrine. La large bande pectorale bleu-ardoise ou bleu-gris se démarque assez nettement du reste des parties inférieures rouge écarlate. Les côtés de la poitrine et la partie supérieure des flancs sont olive éclatant. Le bec est noir, les iris brunâtres à rouge brique. Les pattes et les pieds sont bleu terne.
La femelle est assez semblable à son partenaire, néanmoins le rouge des parties inférieures est un peu plus terne. La gorge est légèrement plus pâle. Il y a moins de bleu sur les grandes couvertures que chez le mâle. Les juvéniles affichent un aspect général brun noirâtre, avec des taches blanches sur la poitrine et sur les flancs. Le trait mustacien pâle contraste très nettement avec le châtain-brun de la face.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Whiskered Pitta,
  • Pita de Luzón,
  • Pita-de-koch ,
  • Luzonpitta,
  • bajszos pitta,
  • Kochs Pitta,
  • Pitta baffuta,
  • Luzonpitta,
  • Skjeggpitta,
  • pita fúzatá,
  • pita luzonská,
  • Luzonpitta,
  • tammipitta,
  • pita mostatxut,
  • kurtaczek wąsaty,
  • Лузонская питта,
  • ルソンヤイロチョウ,
  • 吕宋八色鸫,
  • 呂宋八色鳥,

Voix chant et cris

Le cri de la brève de Koch est assez inhabituel pour une brève. Il s'agit normalement d'une série descendante de cinq notes lugubres, ressemblant à celles d'un pigeon : 'whooh-whoh-who-who-woo'. La première note est la plus longue. Elle est suivie, après une courte pause, des quatre autres émises à une vitesse qui accroît légèrement. Les cris durent environ 3 secondes, les phrases sont répétées toutes les vingt secondes. Les brèves de Koch commencent à chanter à l'aube et continuent jusqu'au milieu de la matinée.

Habitat

Bien que ces oiseaux marquent une nette préférence pour les altitudes les plus élevées et que leur densité la plus importante soit rencontrée entre 900 et 1400 mètres, dans la Sierra Madre, on les trouve dans les forêts de montagne à partir de 350 et et au moins jusqu'à 1650 mètres. Dans la cordillère centrale, on ne possède pas de chiffres précis fixant leur limite altitudinale, mais aucun rapport ne vient signaler leur présence dans les forêts à basse altitude. Les brèves de Koch s'installent en priorité dans les petites parcelles de chênes à feuilles persistantes situées dans les ravins escarpés à l'intérieur de zones boisées dominées par les pins. Le sol y est recouvert de mousses, de bégonias et d'autres plantes formant un sous-bois dense. Moins nombreux sont les rapports signalant leur présence dans les forêts de montagne peuplées de chênes dont la taille atteint entre 5 et 12 mètres. Dans ces zones boisées de haute altitude, le sous-bois est composé principalement de fougères et de rhododendrons. Les brèves sont également présentes dans les forêts de feuillus qui recouvrent les versants des collines à une altitude plus modeste. Elles y trouvent un sous-bois clairsemé, et un plancher confortable composé par une litière de feuilles et occasionnellement par des blocs de pierres épars. Dans certaines régions, les brèves de Koch fréquentent des forêts ayant subi d'importantes dégradations. Ces dernières sont constituées surtout de broussailles secondaires et possèdent un sous-bois épars avec des massifs de bambous sur les pentes les moins élevées. Les brèves de Koch s'installent souvent dans des endroits où le sanglier à moustaches (Sus Barbatus) à déraciné le sol. Ces lieux peuvent constituer une composante importante de son habitat.
Les brèves de Koch sont endémiques des montagnes de l'île de Luzon, aux Philippines. Elles y sont présentes dans la cordillère centrale et au nord dans la Sierra Madre. Ce sont des oiseaux sédentaires.

Comportement traits de caractère

Cet oiseau, qu'on trouve habituellement seul, a des moeurs très discrètes qui le poussent à se cacher. Il recherche sa nourriture en retournant les feuilles mortes, en donnant des petites coups de tête latéraux et en creusant dans les sols les plus humides. Il tourne parfois la tête sur le côté pour surveiller ou pour capter les bruits. Les brèves de Koch préfèrent apparemment creuser là où le sol est mou, dans des endroits où la terre a déjà été 'travaillée' par les sangliers à moustaches. Certains observateurs suggèrent que les cochons sauvages en fouissant avec leur museau mettent à jour des vers de terre et d'autres proies dont les brèves se nourrissent. Lorsqu'elles sont dérangées, les brèves de Koch bondissent en avant ou volent très bas au-dessus du sol jusqu'au couvert le plus proche. Elles se perchent très rarement dans les branches des arbres et elles ne sont pratiquement jamais visibles au-dessus d'un mètre cinquante. Les cris les plus nombreux coïncident apparemment avec le début de la saison des pluies, c'est-à-dire à la fin du mois d'avril ou à la mi-mai. Cependant les premiers appels commencent dès la fin du mois de février. Ces oiseaux émettent leurs cris à partir de branches d'arbres qu'elles utilisent comme perchoirs ou à partir du sol, le long des chemins de bûcherons qui sillonnent la forêt.

Alimentationmode et régime

Les brèves de Koch se nourrissent principalement d'insectes, des restes de coléoptères ayant été trouvés dans leurs déjections. Cependant, il est probable qu'elles consomment également des vers de terre, des annélidés et des mollusques terrestres. Leur menu est sans doute complété par quelques fruits .

Reproduction nidification

Se fiant aux émissions vocales qui sont très limitées dans le temps, les différents observateurs ont conclu que la saison de nidification se déroulait de février à mai. La découverte de jeunes immatures à la poitrine brune mouchetée de blanc au mois de janvier permet toutefois de suggérer que la période de reproduction est plus longue. Les brèves de Koch nichent dans les forêts de chênes entre 650 et 1000 mètres. Le nid et les oeufs sont inconnus. Néanmoins, les témoignages des indigènes concordent pour affirmer que les nids de brèves de Koch sont placés à terre, ou dans les buissons à une hauteur qui ne dépasse pas un mètre au-dessus du tapis végétal. Selon eux, le dépôt des oeufs commence dès le début du mois de février.

Distribution

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Brève de KochFiche créée le 17/09/2007 par
publiée le - modifiée le 2007-09-17 17:08:12 © 1996-2019 Oiseaux.net