Chevêche brame

Athene brama - Spotted Owlet

Chevêche brame

Chevêche brame

Athene brama

((Temminck, 1821))


Ordre : Strigiformes

Famille : Strigidés  ;

Genre : Athene

Espèce : brama

Sous-espèces : 5 [+] [-]
Athene brama brama(s Iran to Southeast Asia)
Athene brama indica(Iran to n and c India, Bhutan and Bangladesh)
Athene brama ultra(Assam. ne India.)
Athene brama pulchra(Burma, s China)
Athene brama mayri(Thailand, s Laos, Cambodia and s Vietnam)

Biométrie :

Taille : 21 cm
Envergure : -
Poids : 110 à 115 g

Chant :

Statut de conservation IUCN :

Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué

EX EW CR EN VU NT LC NE

Distribution :
Distribution

Synonymes : sýček brahmínský (cs), Indisk Kirkeugle (da), Brahmakauz (de), Spotted Owlet (en), Mochuelo Brahmán (es), brahmanpöllö (fi), brama kuvik (hu), Civetta macchiata (it), インドコキンメフクロウ (ja), Tempelugle (nb), Brahmaanse Steenuil (nl), pójdźka bramińska (pl), Mocho-de-Brama (pt), Браминский сыч (ru), kuvik škvrnitý (sk), Brahminuggla (sv), 横斑腹小鸮 (zh)

Identification :
Chevêche brame La Chevêche brame est connue depuis le début du XIXème siècle dans la région de Pondichery et le sud de la péninsule indienne. La Chevêche brame, version asiatique de la chevêche d'Athena, est plus petite que sa cousine européenne. C'est un petit rapace nocturne tacheté de blanc dont le plumage varie du gris-brun foncé au brun. La tête est arrondie, le disque occipital est à peine marqué, le pourtour des yeux est indistinctement marqué. Les iris sont jaunes. La queue est relativement brève avec de fines barres blanches.
Les parties inférieures sont couleur crème ou blanc chamoisé avec de nombreuses barres écailleuses sombres sur les côtés, la poitrine et sur les flancs. Les orteils sont emplumés et les yeux sont jaunes.
Les chevêches Chevêche brame brames ressemblent beaucoup aux chevêches forestières, même si leur corps est plus trapu et leurs couleurs inférieures plus uniformément coloriées. Les barres de la queue sont plus larges. La queue et les tarses sont plus fortement barrés. La chevêche d'Europe est de taille plus restreinte. Les stries du ventre et du capuchon sont de forme plus longitudinale.
Les juvéniles ont un duvet blanc pur. Le mésoptile se rapproche très considérablement du plumage des adultes. Il y a habituellement moins de blanc sur le capuchon et le manteau. Les stries du dessous sont moins longitudinalement marquées. Les yeux sont jaune très pâle, la cire et le bec sont verdâtres. Les pieds sont maculés de vert, les griffes des serres sont corne.

Chant : Le chant ressemble à une série de plaintes qui se mèlent à des doubles sifflements. Les deux partenaires vocalisent en commun. Dans le double-sifflement "pliou pliou", celui du mâle est plus élevé, la première note est plus allongée alors que la seconde ne dépasse pas une seconde. Chaque double-sifflet est répété après une très longue pause régulière d'environ 20 secondes.
Les chevêches brames sont relativement bruyantes pendant la saison de nidification. On peut entendre des hurlements rudes et discordants qui sont retranscrits comme des "chirrur chirrur chirrur" et qui sont suivis pat des "cheevak cheevak cheevak". Ils servent de communication pendant la saison de couvaison.

Habitat : Les Chevêche brame chevêches brames fréquentent les contrées ouvertes et semi- ouvertes. On peut également les apercevoir dans les semi-déserts, y compris dans les surfaces arides telles que l'intérieur et les alentours des villages. Ces moyens rapaces nocturnes ne dédaignent pas les bosquets, les parcelles de vieux arbres parvenus à maturité et les habitations en ruines. Ils évitent, autant que possible, les forêts denses et les peuplements où les arbres sont assez concentrés.
Les chevêches brames habitent les zones boisée dont l'altitude est répartie du niveau de la mer jusqu'à 1 600 mètres.
Les chouettes qui portent le nom de chevêche sont généralement classées dans le genre Athéné, excepté les chouettes du centre de l'océan Indien qui sont renfermées sous l'appellation mascarenotus (Réunion, Rodrigues). Elles vivent également sur le continent européen (Noctua) et sur le continent américain (Cunicularia). La Chevêche brame est originaire du sous-continent indien (Pakistan, Inde dans son intégralité, Bangladesh, Myanmar, Cambodge, Laos et Vietnam jusqu'à l'embouchure du Mékong).

Distribution : A. b. indica (Franklin, 1831) - sud de l'Iran, sud du Pakistan (également aussi le sud de l'Afghanistan) en direction de l'est jusqu'au Bhoutan et au Bangladesh en passant par le centre et le nord du sous-continent indien).
A. b. ultra - nord-est de l'Inde (Arunachal Pradesh et est de l'Assam).
A. b. brama (Temminck, 1821) - sud du sous-continent indien.
A. b. pulchra - centre et sud du Myanmar.
A. b. mayr - nord-est du Myanmar, Thaïlande (excepté l'extrême sud), le sud du Laos, le Cambodge et le sud du Vietnam.

Comportements : Les chevêches brames se maintiennent en couples Chevêche brame ou en petits groupes familiaux de 3 à 4 individus. Elles ont un emploi crépusculaire ou nocturne, et elles conservent une activité assez soutenue jusqu'aux pleines lueurs de la mi-journée. Même quand il fait jour, elles continuent souvent à chasser.
L'activité nocturne de cet oiseau s'explique plus par l'intolérance à la lumière du jour que par l'agressivité des petites bandes, explication qui est avancée généralement chez les autres sortes de chouettes.
Cependant, aux jours de pleine lumière, les chevêches brames se retirent régulièrement à l'ombre, à l'abri des cavités ombragées ou sur les branches bien fournies en feuillage, les 2 deux partenaires se serrant l'un contre l'autre. Dans n'importe quelle localité, il y a presque toujours des figuiers des banians, des manguiers ou des tamarins qui servent de refuges et qui abritent les parents contre les fortes chaleurs. Pour obtenir l'accès à l'intérieur de la cavité, chaque résident doit mettre en place un rituel ou frapper sur le tronc pour demander l'autorisation.
Les couples nicheurs trahissent leur présence par les bruits qu'ils font dans les branches denses ou par le vacarme qu'ils produisent dans les feuilles pour faire fuir les intrus. Les bruits occasionnés par les agitations de tête et les battements d'ailes complètent et finissent de produire le concert de dissuasion.

A l'issue de la période moins éclairée, les chevêches brames quittent leurs abris habituels qui sont des poteaux de clôture, des fils électriques ou des lieux d'observation qui leur servent à repérer les proies et capturer leurs insectes. Elles effectuent aussi des expéditions dans les airs et elles utilisent des lampes d'éclairage de ville qui leur servent de camp de base. Elles suivent les insectes Chevêche brame qui sont attirés par ces lampes ou attirent les perroquets par des noix.
Comme celui des petits oiseaux, leur vol est alors constitué de rapides flappements.

Vol : Son vol est fait de petits battements d'ailes rapides, suivis d'une "glissade", les ailes rabattues.

Nidification : Dans le nord, la saison de reproduction se déroule de février à août. Au sud, les races méridionales se reproduisent de novembre au mois de mars. Le nid est une cavité naturelle construit dans un tronc d'arbre. Le trou peut également être creusé dans un mur dilapidé ou endommagé, ou entre les piliers ou le soutènement d'un toit, ou dans les murs d'une habitation abandonnée. Les nids sont parfois garnis avec des touffes d'herbes, avec des tiges ou avec des plumes. La ponte comprend 2, 4 ou 5 œufs, de couleur blanche et de forme arrondie. La taille mesure 32 mm sur 27. Les jeunes participent à certaines des tâches. La femelle reste toujours proche de la ponte et couve seule pendant une durée de 28 à 32 jours. Les poussins éclosent de façon synchrone et sont nourris par les 2 parents. En l'absence d'indices retrouvés, on suppose qu'il n'y a aucun déplacement de nid, d'excréments, de coquilles d'œufs, de pelotes de réjection ou de restes de proies. A l'âge de 32 jours, les petites chouettes quittent le nid mais elles ne s'éloignent guère et elles continuent à être soignées et éduquées pendant 3 semaines supplémentaires. Elles atteignent la maturité sexuelle avant que ne commence la saison suivante.

Régime : Les chevêches brames consomment principalement des coléoptères, des papillons de nuits, des locustes et d'autres sortes d'insectes. Elles apprécient les vers de terre, les lézards, les souris et les petits oiseaux. Elles prélèvent aussi des insectes dont on fait l'élevage dans les instituts de recherche sur les insectes. Elles apprécient surtout les copridés et les carabidés. Compte-tenu de leur habitat, elles consomment vraisemblablement des fruits.

Protection / Menaces : D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement menacée. D'après Claus Konig, elle est même assez commune. Dans certaines régions, même celles qui sont plantées en figuiers des banians, en tamarins et en manguiers, la densité des populations est assez élevée et peut contenir un peu plus d'un couple par arbre.
Les chevêches brames vivent habituellement à proximité des habitations, des cultures et des villages abandonnés. Depuis une assez longue période, elles sont considérées comme en déclin à cause de la dégradation de leur habitat et la raréfaction des sites. Le succès des couvées varie de 50 à 65%.

Sources :

 

Autres liens :
Iucn
Birdlife
Xeno_Canto
Avibase
Hbw Alive


Chevêche brame

Chevêche brame

Chevêche brame

Chevêche brame

Chevêche brame


Fiche créée le 01/01/2013 par Anne et Gabriel LEBOFF


Partager cette page sur facebook Flus rss Twitter oiseaux.net
A propos | Nous aider | Mentions légales | Sources | Contacts | Version imprimable
Mis à jour le 03/12/2016 04:29:29 - © 1996-2016 Oiseaux.net

Le guide Ornitho : Le guide le plus complet des oiseaux d'Europe, d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient : 900 espèces

Chevêche brame

Chevêche brame

Chevêche brame

Chevêche brame

Chevêche brame

Chevêche brame

Chevêche brame

Chevêche brame

Chevêche brame