Colombar pompadour

Treron pompadora - Sri Lanka Green Pigeon

Systématique
  • Ordre
    :

    Columbiformes

  • Famille
    :

    Columbidés

  • Genre
    :

    Treron

  • Espèce
    :

    pompadora

Descripteur

Gmelin, JF, 1789

Biométrie
  • Taille
    : 28 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 218 g
Distribution

Distribution

Description identification

Voici la description de la race phayrei qui vit dans l'est de l'Inde et en Birmanie. Chez le mâle adulte, le front, le capuchon et la nuque sont gris cendré, ce qui est un caractère identifiant absolument essentiel. Les lores et le sourcil sont olive brillant. L'arrière du cou est olive foncé. Le manteau, les scapulaires et les petites couvertures forment un bel ensemble couleur bordeaux. La rangée supérieure des plumes des couvertures moyennes varie de l'olive foncé au noirâtre avec de larges liserés jaune-soufre sur les bordures extérieures et sur les pointes. La rangée inférieure des couvertures moyennes est noire avec d'étroites bordures jaune-soufre. Les grandes couvertures, les tertiaires, les secondaires et les primaires reproduisent le même modèle : plumes sombres et bordures jaunes plus ou moins épaisses. Le dos est olive foncé, plus brillant sur le croupion et les sus-caudales. Les rectrices centrales sont olive brillant. Les rectrices externes ont une base olive saupoudrée de gris, une large bande centrale noire et une bande gris cendré à l'extrémité. Le menton, la gorge et les couvertures auriculaires affichent une couleur olive brillant qui se fond dans le vert-olive du haut de la poitrine dont les plumes sont infiltrées de rouille-orange. Le bas de la poitrine et le ventre sont gris-vert terne. Les plumes des cuisses sont gris-vert foncé, la plupart avec de larges liserés jaunes. Les sous-caudales sont rouge-brique. Le dessous de la queue porte une large bande terminale gris pâle. Le dessous des ailes présente une belle teinte gris ardoise. Les iris roses sont entourés d'un fin anneau bleu pâle. La peau nue orbitale est bleuâtre. Sur le bec, la base et la cire sont gris verdâtre, la pointe est gris-corne. Les pattes et les pieds sont rouge foncé.

La femelle adulte diffère de son partenaire par le fait que le rouge bordeaux du manteau, des scapulaires et des petites couvertures est remplacé par de l'olive foncé. La poitrine n'est pas infiltrée de rouille-orange et les couvertures sous-caudales ont une couleur chamois-crème avec des stries gris-vert foncé. Les oisillons ressemblent aux femelles mais ils ont des liserés vert-olive brillant sur les parties supérieures. Ceux-ci disparaissent assez rapidement, ce qui les rend alors indifférenciables des adultes. Chez les jeunes mâles, le plumage adulte s'acquiert par taches successives.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Sri Lanka Green Pigeon,
  • Vinago de Pompadour,
  • Pompadourtaube,
  • Pompadour-zöldgalamb,
  • Pompadourpapegaaiduif,
  • Piccione verde della Pompadour,
  • Pompadourgrönduva,
  • Gulstrupegrønndue,
  • trerón hnedokrídly,
  • holub pompadour,
  • Indisk Papegøjedue,
  • harmaapääkyyhky,
  • colom verdós de Sri Lanka,
  • treron żółtolicy,
  • Пепельноголовый зелёный голубь,
  • ハイビタイアオバト,
  • *灰头绿鸠,
  • 灰頭綠鳩,

Voix chant et cris

La race affinis de l'ouest de l'Inde produit un magnifique sifflement qui monte et qui descend. La race chloroptera des Andamans émet un chant assez similaire quoique plus puissant. Lorsqu'il est à proximité du nid, le mâle délivre un roucoulement doux et profond "coo coo".

Habitat

Les colombars pompadour fréquentent les forêts humides composées d'arbres à feuiles permanentes ou à feuilles caduques, qu'elles soient primaires, secondaires ou même sujettes à de profondes modifications du fait de l'abattage. Ils habitent principalement les forêts de plaines mais on peut les trouver jusqu'à 1200 mètres d'altitude. Cependant, au Laos et en Thaïlande, les populations sont en déclin, ce qui peut s'expliquer par le fait que les forêts côtières dont l'altitude est proche du niveau de la mer y ont disparu. On peut donc considérer que les forêts des régions basses sont un élément essentiel de leur habitat-clé.

Comportement traits de caractère

Les colombars pompadour sont très grégaires. Ils vivent généralement en petites bandes qui peuvent atteindre une douzaine d'individus. Cependant, de grands rassemblements de plus de 200 oiseaux peuvent être formés lorsque les ressources alimentaires sont abondantes. Les colombars pompadour sont surtout actifs très tôt le matin et le soir quand ils doivent se déplacer entre leurs sites de repos et leurs sites de nourrissage. Ils adoptent alors un vol rapide et direct. Lorsqu'ils sont obligés de s'enfuir précipitemment, ils errent sans but, zigzagant un peu à la manière des bécasses. Ce sont de oiseaux semi-nomadiques, ils effectuent des mouvements locaux ou altitudinaux qui coïncident avec la variation des ressources en fruits.

Alimentation mode et régime

Les colombars pompadour sont presque exclusivement végétariens. Ils consomment une grande variété de fruits, des baies et des bourgeons, en particulier des figues qu'ils cueillent directement sur les branches. Ils descendent parfois à terre pour se désaltérer ou pour saisir des ressources qu'on trouve dans les sous-bois comme les fraises sauvages et les termites.

Reproduction nidification

La saison de nidification s'étale du mois de décembre jusqu'à la fin du mois de juillet. Elle commence un peu plus tôt en Inde Méridionale et au Sri Lanka mais elle bien plus tardive, ne débutant qu'en mars dans le nord de l'Inde et au Népal. Aux îles Andaman, elle se déroule de février à juin. Aux Philippines, elle est assez courte et n'englobe que les mois de mai et juin. Les parades nuptiales ne sont pas décrites. Le nid est une plate-forme fragile construite avec des brindilles et des petites ramures entremêlées par les deux membres du couple. Bien qu'il soit de taille assez modeste, il est placé assez haut dans un arbre, habituellement jusqu'à 13 mètres au-dessus du sol. La ponte comprend 2 œufs blancs et lisses qui sont couvés par les 2 parents pendant une période de 12 à 14 jours. On ne possède aucune information sur le soin parental ni sur la durée de dépendance des jeunes qui est généralement assez courte chez les columbidés.

Distribution

Les colombars pompadour sont originaires du sud-est du continent asiatique. Leur aire de distribution est clairement morcelée en trois parties qui vont de la côte ouest de l'Inde jusqu'aux Philippines et à l'Indonésie en passant par le Bangladesh, la Birmanie, la Thaïlande et l'ouest de l'Indochine. L'espèce est divisée en 10 sous-espèces qui sont réparties à l'intérieur de trois groupes : 1) le groupe Pompadora, le plus occidental, est repérable par le fait que chez les quatre races qui le composent, le mâle affiche des sous-caudales rousses. T. p. phayrei (Bengale Occidental, Assam, Arunachal Pradesh, Manipur, Bangladesh, sud-ouest du Népal, sud du Yunnan, Birmanie, Thaïlande, Laos et "Cochinchine") - T. p. affinis (Ghats Occidentaux, Nilgiris, Palnis et collines avoisinantes, Kerala) - T. p. pompadora (Sri Lanka) - T. p. conoveri (Sud-Centre du Népal) ; 2) le groupe Chloroptera, dont les oiseaux affichent des sous-caudales aux motifs fortement teintés d'olive et de blanc-crème, ne possède qu'une seul race : T. p. chloroptera (îles Andaman et archipel des Nicobar) ; enfin, 3) le groupe Aromatica, dont les oiseaux ont des sous-caudales entièrement blanches, est divisé en 5 sous-espèces, toutes résidentes des Philippines : T. p. axillaris (Alaban, Castanduanes, Lubang, sud de Luzon, Mindoro et Potillo) - T. p. canescens (Bantayan, Basilan, Biliran, Bohol, Burias, Cebu, Dinagat, Guimaras, Leyte, Masbate, Mindanao, Negros, Panay, Romblon, Samar, Semirara, Sibay, Siquijor, Tablas, Ticao et Verde) - T. p. amadori (nord de Luzon) - T. p. everetti (Bongao, Jolo, Loran, Siasi, Sibutu, Tawitawi) - T. p. aromatica (Buru, en Indonésie).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

La répartition est très irrégulière. Au Sri Lanka et en Inde Méridionale, c'est un oiseau relativement comun. Il peut même être localement abondant. Plus au nord du sous-continent, il se fait plus rare. Au Népal où il était commun dans les années 50, il est maintenant en déclin. La race chloroptera est commune dans le centre et le sud des Andaman mais elle est assez rare aux Nicobar où elle a été abondamment chassée. Les populations de Thaïlande et des Philippines sont très éparses. L'espèce semble même éteinte depuis 1995 sur Cebu. Globalement, l'espèce n'est pas menacée, mais certaines sous-espèces, celles des Nicobar, des Philippines et de Buru sont considérées comme plus fragiles du fait de leur petit nombre et de leur habitat insulaire.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 06/08/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net