Colombine arlequin

Phaps histrionica - Flock Bronzewing

Systématique
  • Ordre
    :

    Columbiformes

  • Famille
    :

    Columbidés

  • Genre
    :

    Phaps

  • Espèce
    :

    histrionica

Descripteur

Gould, 1841

Biométrie
  • Taille
    : 31 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 227 à 320 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez le mâle adulte, le front, le devant du capuchon jusqu'au milieu de l'œil et les lores sont blancs. Le milieu et l'arrière du capuchon sont noirs. Le cil qui va de l'arrière de l'œil jusqu'aux couvertures auriculaires est blanc. Le cou et la nuque châtain-sable foncé se fondent dans le brun légèrement plus foncé du manteau, des couvertures supérieures et des rectrices centrales.
Les petites couvertures et le bord de traîne de l'œil sont gris-tourterelle, avec des vexilles extérieures blanches. Le reste des couvertures alaires ont une teinte châtain-sable assez chaleureuse, excepté les grandes et les moyennes couvertures qui sont grises. L'alula et les couvertures primaires sont gris avec une nette tache blanche sur la terminaison des plumes. Les rectrices extérieures grises ont une bande subterminale noire qui va jusqu'au bord de la queue, formant des écailles sombres sur la rayure terminale.
Le menton, la gorge, et les oreillons sont noirs, avec un croissant blanc qui englobe l'arrière et le coin inférieur des couvertures auriculaires. Le devant du cou affiche un large croissant blanc qui contraste avec la gorge noire ainsi qu'avec la couleur ardoise de la poitrine et du ventre.
La zone anale châtain se confond avec le chamois jaunâtre des sous-caudales. Le dessous des ailes est gris tourterelle avec des taches châtain à la base des primaires. Les iris sont brun sombre ; le bec varie du brun foncé au noir, les pattes sont violacées, rouge écarlate ou gris foncé.
Chez la femelle, le plumage est semblable hormis le front gris-chamois, le capuchon et les parties supérieures qui sont brun-terre. Les taches pâles des secondaires sont réduites ou absentes. Les taches claires des primaires sont réduites à de simples croissants chamois. Les taches blanches sont infusées de chamois. Le brun de la poitrine est semblable à celui du dessus et se confond dans la couleur grise du ventre.
Chez les juvéniles, le plumage est semblable à celui de la femelle mais les marques faciales sont plus discrètes ou absentes. Les couvertures, les rémiges et les plumes pectorales sont liserées de chamois clair, formant des mouchetures.
Le bec est de couleur corne, les pattes sont gris-rosâtres.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Flock Bronzewing,
  • Paloma-bronce Arlequín,
  • Rola-arlequim,
  • Harlekintaube,
  • harlekin galamb,
  • Harlekijnduif,
  • Alabronzo arlecchino,
  • Harlekinduva,
  • Nomadedue,
  • blyskavec kŕdľový,
  • holub harlekýn,
  • Harlekindue,
  • parvipensaskyyhky,
  • colom bronzat arlequí,
  • błyskolotka maskowa,
  • Бронзовокрылый фапс-арлекин,
  • クマドリバト,
  • 聚群铜翅鸠,
  • 群聚銅翅鳩,

Voix chant et cris

Le cri territorial de reconnaissance n'est pas encore enregistré à ce jour. Cependant, au cours de la parade de salutation, les colombines arlequins émettent un "coo" profond et roulant. Les pigeons qui sont en bandes produisent des murmures doux pour établir le contact entre les différents membres de la communauté.

Habitat

Plus que toutes les autres espèces de pigeons australiens, les colombines arlequins sont adaptées aux plaines arides et sans arbres du centre du continent. Leurs habitats préférés semblent être constitués par les plateaux dont la surface est dominée par les herbes, et plus particulièrement par les Orges de Mitchell dont les tiges peuvent pousser jusqu'à 1 mètre de hauteur. (Astrabla pectinata).
Néanmoins, on peut également les observer dans les broussailles de pré salé et dans les buissons bleus, nom vernaculaire qui désigne en Australie aussi bien les acacias (Acacia brachybotria, Acacia caesiella) que les chénopodes.
Les colombines arlequins marquent aussi un nette attirance pour les prairies de Spinifex. A la périphérie des déserts, elles fréquentent aussi les savanes arborées dominées par les eucalyptus et les mulgas.

Comportement traits de caractère

Les colombines arlequins sont des oiseaux très grégaires, la plupart du temps on peut les apercevoir en immenses rassemblements qui regroupent plusieurs milliers d'oiseaux. Toutefois, aux limites extérieures de leur aire de répartition, elles vivent en petits nombres et parfois même en solitaire. Les colombines qui volent en bandes sont très synchronisées et elles font preuve d'une très grande cohésion, restant solidaires et se déplaçant à l'unisson.
Quand elles se nourrissent à terre, elles font fonctionner leurs courtes ailes un peu comme les gangas (pterocles) et la couleur cryptique de leurs parties supérieures les rend étonnamment discrètes ou pratiquement invisibles. Les colombines arlequins sont actives surtout en début de matinée et en fin d'après-midi. Le reste de la journée, elle se reposent dans les coins légèrement ombragés dans les plaines ouvertes.
Ces oiseaux sont prudents et très attentifs, fuyant quand ils sont confrontés à une personne ou une chose insolite, mais indifférents aux visiteurs paisibles qui stationnent dans les voitures. Ces oiseaux parcourent parfois de longues distances et ils sont capables d'atterrir à la surface de l'eau. C'est le plus nomadique de tous les pigeons australiens car il est très sensible aux modifications climatiques.
Le vol : Les colombines arlequins volent à grande hauteur. Leur vol est puissant, direct et composé de battements amples et réguliers.
Au cours des parades de reconnaissance, elles sont capables de voler entre 20 et 30 mètres au-dessus du sol en alternant les battements avec des bourdonnements.
Les parades de salutation sont assez semblables à celles des autres colombines.

Alimentation mode et régime

Les colombines arlequins se nourrissent principalement de graines d'herbes et de mauvaises herbes. Occasionnellement, elles consomment aussi des jeunes pousses de plantes vertes et des graines mal digérées qu'elles trouvent dans les bouses ou les déjections de bétail. Les familles de plantes les plus utilisées sont les poacées, les boriginacées, les euphorbiacées et les astéracées.

Reproduction nidification

La saison de nidification est très variable, elle dépend considérablement de la disponibilité et de l'approvisionnement en ressources alimentaires. Les années où elles sont plus nombreuses, elle peut s'étaler sur de nombreux mois. Toutefois, la plupart du temps, les colombines arlequins se reproduisent au printemps et au début de l'été, c'est à dire de septembre à décembre dans le sud. Dans la partie nord de leur aire, elles déposent leur ponte au début et au milieu de la saison sèche, c'est à dire entre le mois de mars et le mois de juillet.
Les nids sont disposés généralement en colonies lâches, rarement solitaires. La plupart du temps, il s'agit de simples grattages au sol, lesquels sont modérément garnis de feuilles sèches et de petits bâtonnets de bois. La petite dépression qui reçoit la ponte est souvent dissimulée à l'abri d'une touffe d'herbes ou bien d'un buisson. La couvée comprend 2 œufs de couleur blanc-crème qui sont incubés pendant 16 jours.
Les oisillons sont nidifuges, ils sont capables de quitter leur lieu de naissance 7 ou 8 jours après l'éclosion.

Distribution

Les colombines arlequins sont endémiques du continent australien. Leur aire de distribution est centrée sur l'est du Territoire du Nord et sur l'ouest du Queensland où elles sont présentes en permanence. Cependant, ce pigeon de taille moyenne, vagabonde plus au sud, dans le nord de l'Australie Occidentale et dans l'extrême nord de l'Australie Méridionale.
Les population de l'ouest sont parfois différenciées sous l'appellation P. h. alisteri, bien que ces oiseaux ne se distinguent pas particulièrement par la taille et leur couleur de plumage. En conséquence, les colombines arlequins continuent à être classées comme des oiseaux monotypiques.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

De vieux rapports signalent que cette espèce était autrefois plus répandue et que d'immenses troupes circulaient sur l'ensemble de l'aire de distribution. L'Australie Méridionale et le nord-ouest des Nouvelles-Galles étaient habités de façon plus permanentes alors qu'à présent, ces régions ne sont plus visitées que temporairement.
L'élevage intensif de bétail est une des causes principales de la détérioration des prairies. La nidification terrestre représente également une aubaine pour les mammifères carnivores introduits. Le Queensland continue à être un des bastions de l'espèce, mais la plupart des observations classe cet oiseau comme presque menacé.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Colombine arlequinFiche créée le 30/03/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net