Coucou des Célèbes

Cuculus crassirostris - Sulawesi Cuckoo

Systématique
  • Ordre
    :

    Cuculiformes

  • Famille
    :

    Cuculidés

  • Genre
    :

    Cuculus

  • Espèce
    :

    crassirostris

Descripteur

Walden, 1872

Biométrie
  • Taille
    : 34 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Les Coucous des Célèbes sont parfois classés dans le genre Hierococcyx sous prétexte que leur silhouette présente une assez importante différence de morphologie avec celle des espèces du genre Cuculus.
Chez les adultes, le plumage est identique ou ne présente pas de différences très marquantes. Le capuchon est gris, le dos varie du gris-brun au brun, les couvertures alaires et les plumes de vol sont brun foncé. La queue présente une alternance de bandes noires et rousses. La tête et les joues sont grises. Les parties inférieures, de la gorge jusqu'au ventre, sont blanches avec d'épaisses bandes noires. Une très large bande noire traverse le haut de la poitrine. Les couvertures sous-caudales sont blanches ainsi que la courbure de l'aile. Les couvertures sous-alaires sont uniformément blanches, s'harmonisant avec le reste du dessous.
Les iris sont brun sombre. Le bec est brun à noir sur le culmen, noir avec une base verte sur le dessous. Les pattes sont jaunes.
Les femelles ne changent pas véritablement par rapport à leur partenaire.
Les subadultes ont une tête noire avec un peu de blanc. Le dos est roux éclatant, les ailes roux un peu plus terne. La queue ne change pas de celle des adultes. Le dessous est blanc, la gorge est chamoisée, ce qui est un caractère discriminant résiduel de leur jeune âge. Le ventre est légèrement tacheté de noir, en particulier sur les hauts de la poitrine où les marques sombres forment une bande quasi-continue.
Les juvéniles se distinguent de leurs parents par la tête entièrement blanche, avec quelques rares plumes noires sur la nuque. Le dos est roux éclatant, les ailes roux un peu plus terne, comme chez les subadultes. Les parties inférieures sont entièrement blanches, excepté la gorge qui est discrètement nuancée de chamois. Les poussins ne sont pas décrits.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Sulawesi Cuckoo,
  • Cuco de Célebes,
  • Minahassakuckuck,
  • celebeszi karvalykakukk,
  • Sulawesi-sperwerkoekoek,
  • Cuculastore di Sulawesi,
  • Sulawesihökgök,
  • Sulawesigjøk,
  • kukučka sivohlavá,
  • kukačka celebeská,
  • Grovnæbsgøg,
  • celebesinhaukkakäki,
  • cucut de Sulawesi,
  • kukułka szarogłowa,
  • Сулавесская кукушка,
  • Kangkok sulawesi,
  • セレベスジュウイチ,
  • 苏拉鹰鹃,
  • 蘇拉威西鷹鵑,

Voix chant et cris

La chant du Coucou des Célèbesi est une suite de 2 ou 3 notes mélodieuses "ko-kuu" ou "ka-ka-ku" qui portent à très longue distance. La première note est souvent omise, la seconde est parfois plus longue et plus puissante que la troisième. Exceptionnellement, il peut y avoir un chant à 4 notes "KO kO ku (ku)", la dernière note étant plus basse et plus douce. Le chant du Coucou des Célèbes dure environ une seconde. Cette espèce émet également un "dong dong" dans des circonstances qu'on n'a pas pu établir.
Les Coucous des Célèbes chantent avec persistance pendant la nuit ou à l'approche de l'aube. Ils s'expriment aussi régulièrement en matinée lorsque le ciel et le temps sont couverts.
De manière générale, les cris des Coucous des Célèbes rappellent ceux des Coucous communs (Cuculus canorus), ce qui justifie leur maintien dans le genre Cuculus.

Habitat

Les Coucous des Célèbes, aussi parfois appelés Coucous-éperviers de Sulawesi, fréquentent les forêts primaire de montagnes, à des latitudes qui varient de 500 à 1 400 mètres. D'après Robert Payne, on peut également les observer dans les boisements secondaires pourvus de grands arbres parvenus à un stade proche de la maturité et à la lisière des forêts.
Ces oiseaux d'assez grande taille vivent dans la canopée et à l'étage moyen des arbres élevés, plus particulièrement dans les feuillages épais proches des troncs.

Comportement traits de caractère

En raison de ses mœurs très discrètes, cette espèce, comme tous les coucous-éperviers, peut être assez difficile à observer. Heureusement, il a une voix assez puissante, ce qui permet de localiser sa présence. Malgré tout, il semble plus courant que ce que suggère la plupart des ouvrages qui traitent de la famille des cuculidés.
Les Coucous des Célèbes ont une aire extrêmement réduite, si bien qu'ils sont présumés sédentaires. Ce qui ne les empêche pas de procéder à de courts mouvements saisonniers.

Alimentation mode et régime

Les Coucous des Célèbes ont un régime presque exclusivement insectivore. Ils consomment également des termites.

Reproduction nidification

D'après Robert Payne, on ne possède vraiment que peu d'informations sur la nidification de cette espèce, étant donné son extrême dissimulation pendant la nidification. Le Handbook des oiseaux du Monde est encore plus discret sur le sujet.
Néanmoins, les chants de parades peuvent être entendus du mois de mai au mois d'août dans le Parc National de Lore Lindu qui est situé dans la péninsule nord.
Le Coucou des Célèbes est censé être parasitique, c'est à dire qu'il ne construit pas de nid et qu'il usurpe celui d'autres espèces de l'ordre des passeriformes. La taille de la ponte et les autres détails de la nidification ne sont pas connus.
On a découvert un jeune Coucou des Célèbes qui émettait des cris pour réclamer sa pitance) à partir d'un nid de Drongo hottentot (Dicrurus hottentotus Leucops) dans lequel il était installé.

Distribution

Comme ses différents synonymes l'indiquent bien, ce coucou est endémique de la grande île de Sulawesi qui est une partie intégrante de l'Indonésie. Ils sont particulièrement courants dans le centre et surtout dans le nord Par contre, ils sont quasiment absents dans le sud, aux environs de Makassar et de Kendari.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les Coucous des Célèbes ne sont pas globalement menacés. Néanmoins, ils ne sont pas très communs et leur densité est souvent inférieure à 1 individu par kilomètre carré. Dans les années 80, on pouvait l'entendre assez fréquemment dans le Dumoga-Bone National Park. En raison de son aire de distribution extrêmement restreinte (un peu plus de 80 000 kilomètres carrés, il est classé comme presque menacé (NT).

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Coucou des CélèbesFiche créée le 16/03/2016 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net