Crécerelle malgache

Falco newtoni - Malagasy Kestrel

Systématique
  • Ordre
    :

    Falconiformes

  • Famille
    :

    Falconidés

  • Genre
    :

    Falco

  • Espèce
    :

    newtoni

Descripteur

Gurney, 1863

Biométrie
  • Taille
    : 25 cm
  • Envergure
    : 49 à 63 cm.
  • Poids
    : 90 à 153 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Falconidés sont une famille de rapaces diurnes de taille petite à moyenne, comportant les caracaras et les faucons. Falco vient du latin "falx" qui désigne la faux. Il fait référence aux ailes falciformes des faucons, longues, étroites et pointues. Les Falconiformes ont été séparés sys... lire la suite

Description identification

Ce rapace peut être observé dans deux phases différentes. Dans la phase dite claire qui représente 80% des cas, il présente un dessus roux, une tête grise, des parties inférieures blanches avec des stries sombres sur la poitrine se transformant en barres sur les flancs. La tête est légèrement striée, le dos et les couvertures alaires sont tachetés, les grandes couvertures et les scapulaires sont barrées de noir. Les joues et la gorge sont chamois. Le dessus de la queue est brun foncé avec des bandes grises. Les oiseaux de phase pâle portent une légère moustache. Dans la phase dite rousse ou sombre (20% des cas), la tête et le cou sont très sombres, le dos et le dessous sont châtain foncé. Le dessus de la queue porte des barres rousses. La femelle est semblable à son partenaire bien qu'affichant un ensemble plus brun avec des marques plus abondantes sur les parties inférieures. Sa taille est environ 5% supérieure. Les juvéniles ressemblent à leurs parents mais leurs rémiges sont bordées de chamois et leur dessous est plus abondamment strié. Les oiseaux qui vivent sur Aldabra et qui sont souvent considérés comme une sous-espèce, sont plus petits et présentent habituellement des couleurs plus claires, certaines femelles ayant même des parties inférieures sans marques.
Toutes phases confondues, les crécerelles de Madagascar ont un bec noirâtre avec une base grise, un iris brun sombre, une cire, des pattes et des pieds jaunes.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Falco newtoni newtoni (Madagascar)
  • Falco newtoni aldabranus (Aldabra and Anjouan Is.)

Noms étrangers

  • Malagasy Kestrel,
  • Cernícalo de Aldabra,
  • Peneireiro-de-Madagáscar,
  • Madagaskarfalke,
  • madagaszkári vércse,
  • Madagaskartorenvalk,
  • Gheppio del Madagascar,
  • Madagaskartornfalk,
  • Madagaskarfalk,
  • sokol hrdzavochrbtý,
  • poštolka madagaskarská,
  • Madagaskartårnfalk,
  • madagaskarintuulihaukka,
  • xoriguer de Newton,
  • pustułka malgaska,
  • Мадагаскарская пустельга,
  • マダガスカルチョウゲンボウ,
  • 马岛隼,
  • 馬達加斯加隼,

Voix chant et cris

Crécerelle malgache
adulte

Le crécerelle de Madagascar n'est pas particulièrement bruyant. Il a une communication qui assez proche de celle de tous les crécerelles africains. Son cri le plus courant est une suite de "kiky kiky kiky" véhéments et rapides.

Habitat

Le crécerelle de Madagascar prospère dans les forêts secondaires ouvertes et dans les zones cultivées où les palmiers et les immeubles d'habitation constituent des opportunités supplémentaires pour nidifier et se percher. Autrefois, ce rapace fréquentait prioritairement les prairies naturelles ouvertes jusqu'à 1830 mètres d'altitude, mais depuis quelques années, pour les raisons citées précédemment, il a changé d'habitat, occupant avec plus d'assiduité les terres agricoles et la périphérie des villes et des villages. On le trouve également sur le bas-côté des routes. Il perche même sur l'avant-toit des habitations. Il est absent des forêts denses, étant remplacé dans ce genre de paysages par le faucon à ventre rayé (Falco zoniventris).

Comportement traits de caractère

Les crécerelles de Madagascar chassent surtout à l'aube et au crépuscule. Pendant cette activité, on les trouve parfois en compagnie d'espèces hivernantes telles que les faucons d'Eléonore ou les faucons concolores. Ces rapaces opportunistes utilisent plusieurs méthodes de capture : soit ils jaillissent de leur perchoir et ils y reviennent rapidement après avoir saisi leur victime dans les airs, soit ils quittent l'endroit où ils sont à l'affût et ils volent jusqu'au sol où ils s'abattent sur leur proie. Il leur arrive également de pratiquer le vol stationnaire ou de poursuivre leurs proies à la manière d'un véritable faucon.
Quand ils sont sur leur perchoir, les crécerelles de Madagascar agitent la queue de haut en bas comme un mouvement de pompe. Sur l'ensemble de leur aire de distribution, ce sont des oiseaux sédentaires.

Alimentation mode et régime

Dans presque toutes les régions de Madagascar, ce crécerelle se nourrit principalement d'insectes (surtout des sauterelles) et de petits vertébrés (en particulier, les rongeurs, les oiseaux de petite taille et les grenouilles). Dans certaines endroits comme la péninsule de Masoala, dans le nord de l'île, il ingurgite presque exclusivement des lézards géants à plaques (Gerrhosaurus major).

Reproduction nidification

La saison de nidification a lieu de septembre à janvier. Le nid est placé dans une cavité naturelle d'arbre, dans des zones rocheuses, sur des touffes d'épiphytes ou dans des palmiers. Il peut également être installé sur une corniche de falaise ou sur des immeubles. Eventuellement, le crécerelle malgache utilise d'anciens nids de branches abandonnés par les milans à bec jaune (Milvus aegyptius) ou les corbeaux pie (Corvus albus). Les cavités d'arbres sont situées entre 13 et 20 mètres au dessus du sol dans des arbres de grande taille. Elles ont une entrée de forme ovale qui mesure environ 60 cm sur 35. Leur profondeur avoisine les 25 centimètres. Le crécerelle malgache niche en solitaire, la distance entre 2 nids voisins varie généralement de 675 à 1050 mètres.

La ponte comprend habituellement 4 œufs de couleur rousse et mesurant environ 34 millimètres sur 28. Ils sont déposés de façon échelonnée pendant plusieurs jours consécutifs. La période d'incubation dure entre 27 et et 29 jours mais le séjour des jeunes au nid est particulièrement court et ne dépasse pas 24 jours. Les deux parents se relaient pour approvisionner les jeunes oisillons en nourriture. Les mâles accomplissent le plus gros de la tâche, apportant environ 3/4 des proies. La participation de la femelle au nourrissage est assez modeste et ne constitue que 25% des aliments. Après l'envol, les juvéniles restent dépendants de leur parents, ils ne s'éloignent définitivement de l'aire de leur naissance qu'au bout de 44 ou 45 jours après l'éclosion.

Distribution

Comme son nom l'indique, cet oiseau est endémique de Madagascar. Il est présent dans l'île entière, du niveau de la mer jusqu'à approximativement 2000 mètres. Ce crécerelle réside également à Aldabra, et plus particulièrement à Grande-Terre, dans l'archipel des Seychelles. Il est sans doute nomadique aux Comores. Deux sous-espèces sont reconnues : F.n. newtoni (Madagascar) - F.n. aldabranus (Aldabra, Seychelles).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Ce crécerelle est le rapace le plus répandu à Madagascar. En 1982, sa population globale était estimée entre 30 000 et 60 000 couples. Dans les régions montagneuses et déforestées du centre du pays, on trouve un oiseau tous les 4 kilomètres le long des routes. Par contre, dans les plaines de l'est où la couverture boisée est très importante, il est assez rare et il faut faire près de 50 kilomètres avant de pouvoir l'observer. A Aldabra, il est presque en danger et on ne compte pas plus de 100 couples. Dans les régions où abondent les anciens nids de corbeaux, ses effectifs sont en augmentation. Cette espèce n'est pas sensible à l'usage des pesticides.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 24/05/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net