Échenilleur morio

Edolisoma morio - Sulawesi Cicadabird

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Campéphagidés

  • Genre
    :

    Edolisoma

  • Espèce
    :

    morio

Descripteur

Müller, S, 1843

Biométrie
  • Taille
    : 25 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 50 à 67 g
Distribution

Distribution

Description identification

Échenilleur morio
Échenilleur morio

Le mâle de la race nominale présente un ensemble bleu-ardoise foncé, plus sombre sur la tête. Les lores, la face, le menton, la gorge, et le haut de la poitrine sont noirs. Les individus du nord de l'aire de distribution ont une tache gutturale plus développée. Les moyennes et les grandes couvertures sont grises avec des liserés plus pâles. L'alula est noir, les couvertures primaires et les rémiges sont également noires mais avec des bordures grises ou bleu-gris. Les rectrices noires ont des terminaisons blanches, excepté la paire centrale qui est grise avec une pointe noire. Les couvertures sous-alaires et les axillaires ont une teinte bleu-ardoise sombre. Les iris sont brun foncé, le bec et les pattes noirs.
La femelle a un dessus gris plus pâle que celui du mâle. Le noir sur la tête, la gorge et la poitrine est absent. Les lores sont blancs, l'anneau orbital blanc chamoisé. Il y a une tache noirâtre sur le devant de l'œil. Les côtés gris de la face sont mouchetés de blanc. La majorité des parties inférieures, y compris les sous-alaires et les axillaires, ont une couleur cannelle ou ocre foncé avec des barres noires. Les juvéniles et les immatures ne sont pas décrits.
La race salvadorii a une taille plus grande, le mâle est d'un gris plus fumé que la nominale, y compris sur la gorge. La femelle a un dessous chamois clair. La race talautensis a une taille intermédiaire entre la nominale et salvadorii. La femelle a un dessous chamois pâle et est beaucoup plus barrée.

Indications subspécifiques 3 sous-espèces

  • Edolisoma morio morio (Sulawesi and nearby islands)
  • Edolisoma morio salvadorii (Sangihe Is.. ne of Sulawesi.)
  • Edolisoma morio talautense ()

Noms étrangers

  • Sulawesi Cicadabird,
  • Oruguero de Célebes,
  • Morioraupenfänger,
  • Mullers Rupsvogel,
  • Averla cuculo di Sulawesi,
  • Sulawesigråfågel,
  • Sulawesilarveeter,
  • húseničiarka sivomodrá,
  • housenčík celebeský,
  • Moriogråfugl,
  • sangihenkäpinkäinen,
  • eruguera de Sulawesi,
  • gąsienicojad cykający,
  • Темноплечий сорокопутовый личинкоед,
  • Kepudang-sungu sulawesi,
  • モルッカオオサンショウクイ,
  • 苏拉鹃鵙,
  • 蘇拉威西鵑鵙,

Voix chant et cris

Le chant du mâle est un lente série de notes bourdonnantes et nasales qui sonnent comme le chant des cigales et qui alternent souvent avec un sifflement descendant et clair. Il produit également un "ki" excité, perçant et explosif, un bavardage rapide et nasal ainsi qu'un "chup" nasillard et bas perché.

Habitat

Les échenilleurs morio fréquentent les forêts primaires ou les forêts secondaires qui sont pourvues de grands arbres parvenus à maturité. On les trouve indifféremment dans les plaines, dans les collines ou dans les zones de montagne. Ils ne dédaignent pas pour autant les bouquets d'arbres résiduels et les forêts secondaires dont la taille est moins évoluée. A Sulawesi, ces oiseaux peuvent grimper jusqu'à 1 770 mètres d'altitude.

Comportement traits de caractère

Les échenilleurs morio vivent en couples ou en petits groupes. Quand ils se restaurent ou qu'ils recherchent leur nourriture, ils se rassemblent en bandes composées de nombreuses autres espèces. Ils prospectent dans les feuillages et sur les branches.

Alimentationmode et régime

Les échenilleurs morio ont un régime insectivore. D'après le Handbook, le détail du menu n'est pas connu. Par contre, le site "New Guinea Birds" propose une liste assez exhaustive d'invertébrés tels que les sauterelles, les libellules, les cafards, les termites ailés, les mantes religieuses, les adultes et les larves de coléoptères, les punaises, les araignées et les vers de terre. Toujours selon la même source, le repas est complété de végétaux tels que le gui, des figues et des baies.

Reproduction nidification

On ne possède aucune information spécifique sur les mœurs reproductives de l'échenilleur morio. Néanmoins, les oiseaux de la famille des campéphagidés établissent un territoire qu'ils défendent pendant la période de nidification. Pour tous les oiseaux du genre Coracina dont on connaît la reproduction, soit 27 espèces, le mâle forme des liens conjugaux avec un seule femelle et il est donc monogame. Tous les membres de cette famille bâtissent un nid de petite taille en forme de soucoupe qui est juste assez grand pour accueillir les œufs. La ponte comprend généralement 2 ou 3 œufs qui sont couvés probablement de 21 à 27 jours.

Distribution

Les échenilleurs morio sont endémiques de certaines îles de l'Indonésie. Il y a officiellement 3 sous-espèces qui sont les suivantes : C. m. salvadorii (île Sangihe) - C. m. talautensis (îles Talaud, Karakelong, Salebabu, Kaburuang) - C. m. morio, la race nominale (nord, centre, sud et sud-est de Sulawesi, ainsi que les îles Lembech, Tobea, Kabaena, Muna et Burton).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas menacée. Elle est répandue et modérément localement commune sur Sulawesi où son aire de distribution mesure environ 172 000 kilomètres carrés. Elle est courante sur Talaud mais rare sur Sangihe. Elle est protégée dans le Lore Lindu National Park. En l'absence de véritable danger, les effectifs semblent stables.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Échenilleur morioFiche créée le 18/10/2013 par
publiée le - modifiée le 2013-11-06 19:16:44 © 1996-2019 Oiseaux.net