Égothèle d'Australie

Aegotheles cristatus - Australian Owlet-nightjar

Systématique
  • Ordre
    :

    Apodiformes

  • Famille
    :

    Aegothélidés

  • Genre
    :

    Aegotheles

  • Espèce
    :

    cristatus

Descripteur

Shaw, 1790

Biométrie
  • Taille
    : 25 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 21 à 65 g
Distribution

Distribution

Description identification

Ce petit caprimulgidé est variable en couleurs et peut présenter deux phases différentes : une phase grise (très courante) et une phase rousse (plus rare). Les deux partenaires sont identiques. Au repos, l'adulte présente des parties supérieures et des couvertures alaires grisâtres qui sont parsemées de petites mouchetures blanc grisâtre. Les côtés du capuchon portent une évidente rayure blanc grisâtre. La partie postérieure de la calotte est cerné par une bande de couleur identique. L'arrière du cou est pris par un large collier gris clair. Il n'y a pas de motifs décoratifs particuliers sur les scapulaires. Les parties inférieures affichent une couleur blanc-chamois clair avec des fines barres ou des vermiculures brunes. Les couvertures sous-caudales sont blanc uni ou avec de fines barres brunes. Le dessous des ailes est blanchâtre avec des taches ou des barres brunes. L'iris est brun, le bec brun noirâtre virant à la couleur chair sur la base de la mandibule inférieure. Les pattes et les pieds sont couleur chair ou rose grisâtre.

Les immatures et les juvéniles sont assez semblables aux adultes mais les motifs qui décorent la tête sont moins proéminents, encore que l'anneau chamois pâle qui entoure l'orbite soit plus visible.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Aegotheles cristatus cristatus (se New Guinea and Australia)
  • Aegotheles cristatus tasmanicus (Tasmania)

Noms étrangers

  • Australian Owlet-nightjar,
  • Egotelo Australiano,
  • Noitibó-coruja-australiano,
  • Baumschwalm,
  • ausztrál kuvikfecske,
  • Australische Dwergnachtzwaluw,
  • Egotele australiano,
  • Australisk ugglenattskärra,
  • Australuglesvale,
  • lelčík závojový,
  • lelčík australský,
  • Australsk Uglesvale,
  • australiankehrääjä,
  • egotel australià,
  • sownik australijski,
  • Австралийский совиный лягушкорот,
  • オーストラリアズクヨタカ,
  • 澳洲裸鼻鸱,
  • 澳洲裸鼻鴟,

Voix chant et cris

Le chant (ou le cri) est un "kair" court et velouté qui est répété toutes les cinq secondes pendant une longue période. On peut également entendre un "chirr-chirr" régulièrement élevé et parfois ondoyant. Les égothèles chantent à partir d'un perchoir et on peut percevoir leurs vocalises à l'aube, au crépuscule et pendant toute la nuit. Dans la journée, si le temps est couvert et gris, ils émettent parfois des "chirk chirk chirk" puissants et abrupts à partir de leur lieu de repos.

Habitat

Les égothèles d'Australie marquent une nette préférence pour les forêts et les zones boisées. Ils évitent dans la mesure du possible les mangroves, les plaines sans arbres et les déserts. De nombreuses sortes d'habitats forestiers sont ainsi visités : parcelles d'eucalyptus et d'acacias, zones clairsemées d'eucalyptus avec un sous-bois d'acacias, forêts sclérophylles dont les feuilles à cuticule épaisse sont bien adaptées à la sècheresse, zones boisées le long des cours d'eau, landes, broussailles et mallee. On les trouve également sur les terres agricoles dans la mesure où elles sont pourvues d'arbres, dans les jardins de banlieue, dans les villes et parfois également dans les forêts pluviales. Dans le sud de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les égothèles s'installent dans les savanes boisées. Ces oiseaux fréquentent des altitudes qui varient du niveau de la mer jusqu'à 1000 mètres.

Comportement traits de caractère

Les égothèles australiens sont nocturnes et crépusculaires. Pendant la journée, ils se reposent dans des trous ou des crevasses d'arbres, dans des souches, des cavités de berges ou des fissures de falaises. Ils s'installent également à l'intérieur de poteaux de clôture, sous des toits, dans des termitières et des nids abandonnés de timalidés. Occasionnellement, ils élisent même domicile dans des nichoirs artificiels, des tuyaux ou des canalisations, des cheminées, des rondins de bois, dans de longues herbes ou au milieu de rochers. Les sites de repos sont généralement peu profonds. Ils ne dépassent pas 2 mètres de profondeur et leur entrée est située entre 2 et 8 mètres au-dessus du sol. Chaque territoire peur contenir jusqu'à six sites de repos qui sont utilisés pendant plusieurs années consécutives. Chez ces oiseaux, l'instinct de territorialité est très fort et le couple peut décider d'expulser un intrus (la plupart du temps, un échelet leucophée) qui s'est installé dans un de ses sites de repos pour nicher. Pendant la période de repos, le mâle et la femelle ne sont pas très éloignés l'un de l'autre, mais jamais ensemble. Ils adoptent une posture recroquevillée mais toujours très alerte. Ils se grattent mutuellement, se lissent les plumes et parfois émettent des cris. De temps à autre, ils s'installent à proximité de l'entrée pour prendre des bains de soleil. S'il est obligé de quitter son lieu de repos, l'égothèle australien hésite entre deux attitudes. Soit il vole sur une courte distance et s'empresse de plonger dans un orifice qui lui sert de nouveau lieu de résidence, soit il atterrit brièvement sur une branche basse, adopte une posture très verticale, remue la tête de bas en haut, inspecte autour de lui et hérissent les plumes des côtés du cou. Les égothèles se désaltèrent souvent juste après le crépuscule ou juste avant l'aube dans des eaux calmes. Ils recherchent leur nourriture dans des espaces ouverts, dans des arbres entre 1 et 5 mètres au-dessus du sol. Ils chassent les insectes en les poursuivant d'un vol direct sur une courte distance. Leur point de départ se situe à terre ou sur un perchoir bas ; au cours de la nuit, notamment, ils se couchent sur les routes et sur les sentiers, ce qui constitue souvent le point initial de leurs courtes expéditions. Ils capturent fréquemment les insectes qui sont attirés par les lumières artificielles.

Alimentation mode et régime

Le régime de l'égothèle australien est presque exclusivement insectivore. Il consomme des papillons de nuit et leurs chenilles, toutes sortes de coléoptères (carabes, staphylins, scarabées, taupins, clairons, chrysomèles, charançons, ténébrionidés, coccinelles, longicornes), des othoptères (sauterelles, grillons, criquets), des fourmis et leurs nymphes, des mille-pattes, des centipèdes, des araignées, des punaises, des cafards, et des perces-oreilles. La liste n'est sans doute pas complète. Il ingurgite également des petits cailloux, mais cette pratique est peut-être accidentelle.

Reproduction nidification

Dans toute l'Australie, la saison de nidification se déroule principalement d'août à décembre, mais elle peut intervenir également pendant d'autres mois de l'année, en particulier après les pluies dans les régions sèches ou arides. Les égothèles d'Australie adoptent un comportement territorial pendant toute l'année et ils semblent s'apparier pour toute la vie. Les territoires couvrent jusqu'à 100 hectares. Le nid est assez rudimentaire et consiste en un simple dépôt de feuilles fraîches d'acacia et d'eucalyptus ainsi que de fines herbes au fond d'un tronc d'arbre. Les deux sexes participent à la garniture du nid. Certaines cavités ne sont pas garnies du tout. Le sites de nidification sont situés habituellement à faible hauteur, entre 0,5 et 5 mètres au-dessus du sol. Les nids ont une profondeur qui varie de 30 centimètres à 3,50 mètres. Le diamètre de l'entrée est de 7 à 25 centimètres. Les égothèles australiens nichent également dans des trous et des crevasses de bâtiment, dans des souches à terre, des poteaux de clôture, des terriers et des tunnels creusés dans des berges, ainsi que dans des nichoirs artificiels. Il leur arrive aussi de s'installer dans des cavités occupées précédemment par des oiseaux du genre climacteris, dans de vieux nids de marsupiaux de la famille des pétauridés, dans le radiateur d'une canalisation ou dans dans un tuyau d'irrigation abandonnés. Les sites de nidification peuvent être utilisés plusieurs fois par saison et pendant de nombreuses années consécutives. Si l'un des adultes nicheurs est tué pendant la reproduction, ce qui entraîne l'échec de la nichée, le nid peut être réutilisé dans la mesure où le survivant trouve un nouveau partenaire.

La ponte comprend généralement 3 ou 4 œufs. Ils sont de forme elliptique, de couleur blanche, avec éventuellement quelques légères marques brun pâle. L'incubation peut être réalisée par les 2 sexes, bien qu'habituellement la femelle couve seule. Si la nichée est perdue, une couvée de remplacement est déposée dans un nouveau nid dans un délai d'environ 3 semaines. En cas de danger, les égothèles d'Australie fuient immédiatement le nid. Les œufs éclosent en ordre échelonné et l'incubation dure en moyenne 26 jours. Les poussins nidicoles sont généralement couvés par la femelle, le mâle se postant à proximité dans le feuillage. S'il est dérangé lorsqu'il est au nid, l'adulte effectue une parade de défense qui consiste à gonfler ses plumes, à ouvrir grand la bouche et à émettre des sifflements.

Les oisillons sont nourris par les deux parents une fois toutes les demi-heures pendant la première partie de la nuit jusqu'à ce qu'ils soient âgés de 7 jours. Les jeunes deviennent autonomes entre 21et 32 jours et ils quittent le nid au milieu de la nuit. Chaque jour, ils utilisent alors des perchoirs différents pas très éloignés de leur lieu de naissance. Au cours de la saison, il peut y avoir 1 ou 2 couvées. Dans les regions arides, la femelle dépose des secondes et des troisièmes pontes si les périodes humides sont longues.

Distribution

Comme son nom l'indique cet égothèle est endémique de l'Australie où il occupe toute la surface du continent, y compris les îles les plus importantes. Son aire de distribution s'étend jusque dans le sud de la Papouasie (bassin alluvial de la Fly et presqu'île orientale) où la population est peu nombreuse. Deux sous-espèces sont officiellement reconnues : la race nominale cristatus vit dans le sud et le sud-est de la Papouasie, sur tout le continent australien ainsi que dans les îles suivantes : Melville, Bathurst, Groote Eylandt, Mornington, Fraser et Kangaroo. La race tasmanicus vit en Tasmanie et sans doute à Flinders Island.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Égothèle d'AustralieFiche créée le 13/06/2008 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net