Fauvette mélanocéphale

Sylvia melanocephala - Sardinian Warbler

Fauvette mélanocéphale
♂ adulte nuptial
Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Sylviidés

  • Genre
    :

    Sylvia

  • Espèce
    :

    melanocephala

Descripteur

Gmelin, JF, 1789

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 10 à 16 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez le mâle adulte, un capuchon noir-anthracite luisant couvre le dessus et les côtés de la tête jusqu'au dessous des yeux, contrastant nettement avec la gorge blanche. Un anneau rouge carmin entoure l'oeil mais il est plus développé en hiver. Le dessus gris ardoisé est nuancé de brunâtre. La queue, assez longue, étagée, présente une couleur noirâtre, bordée de blanc sur les rectrices externes. Les parties inférieures sont blanches, lavées de gris cendré sur les flancs et les sous-caudales. Les rémiges noir brunâtre ont des liserés gris. Le bec noir est brunâtre à la racine inférieure. Les pattes sont brun rosé, l'iris brun.
Chez la femelle adulte, la calotte est gris ardoisé, le croupion et les sus-caudales plus gris que chez le mâle. Les flancs et les sous-caudales affichent une teinte plus brune. La queue est plus brune avec des rectrices extérieures d'un blanc moins pur. Les juvéniles ressemblent aux femelles. Chez les jeunes mâles, le capuchon est brun noirâtre. L'anneau orbital est brun rosé.

Indications subspécifiques 5 Sous-espèces

  • Sylvia melanocephala melanocephala (s Europe to w Turkey, nw Africa)
  • Sylvia melanocephala leucogastra (Canary Is.)
  • Sylvia melanocephala valverdei (s Morocco and Western Sahara)
  • Sylvia melanocephala momus (ne Egypt to extreme sc Turkey)
  • Sylvia melanocephala norrisae (Faiyum. nc Egypt.)

Noms étrangers

  • Sardinian Warbler,
  • Curruca cabecinegra,
  • Toutinegra-dos-valados,
  • Samtkopf-Grasmücke,
  • Kucsmás poszáta,
  • Kleine Zwartkop,
  • Occhiocotto,
  • Sammetshätta,
  • Svarthodesanger,
  • penica sivá,
  • pěnice bělohrdlá,
  • Sorthovedet Sanger,
  • samettipääkerttu,
  • tallarol capnegre,
  • Hjálmsöngvari,
  • pokrzewka aksamitna,
  • Vidusjūras ķauķis,
  • žametna penica,
  • Средиземноморская славка,
  • クロガシラハッコウチョウ,
  • 黑头林莺,
  • 黑頭林鶯,

Voix chant et cris

Le chant de la mélanocéphale n'est pas très éloigné de celui de la grisette. Cette ressemblance se retrouve dans les strophes brèves et sonores, au rythme très rapide. Cependant le chant de la mélanocéphale est plus soutenu et plus complexe. Il est composé de la répétition de motifs assez mélodieux entrecoupés de sons rauques ou de crécelles dures et roulées. On l'entend surtout de mars à juillet. Le cri de contact est un "tsèk" dur et sonore. Le cri d'alarme, brusque et véhément, est constitué par une série de sons monosyllabiques ou dissyllabiques rapides : "trr trr trr trr trr" ou "tuy-trru tuy-trru tuy-trru tuy-trru tuy-trru".

Habitat

Les fauvettes mélanocéphales fréquentent principalement les maquis d'une hauteur d'un ou deux mètres avec ou sans arbres clairsemés. Elles s'installent également dans des habitats assez analogues tels que les sous-bois touffus des boisements clairs, les haies, les gros buissons, les jardins pourvus en arbres et en fourrés sempervirents, même à proximité des agglomérations. Elles évitent les forêts denses de grands arbres. Comme elles sont plutôt sédentaires, un climat clément leur est nécessaire. Elles vivent donc en priorité à basse altitude et à proximité du littoral.

Comportement traits de caractère

La fauvette mélanocéphale vit surtout solitairement ou en couples. C'est une espèce qui aime bien se cacher mais qui souvent fait preuve d'une certaine hardiesse et d'une bonne dose de curiosité. Fréquemment, elle émerge du couvert et se perche furtivement au sommet des buissons pour observer, remuant la queue et hérissant les plumes de son capuchon. Puis elle plonge rapidement pour retrouver l'abri de la végétation. Bruyante, querelleuse, adoptant un comportement agressif à l'encontre de ceux qui franchissent les limites de son territoire, la fauvette mélanocéphale déploie une grande activité. Elle étale volontiers sa queue, dévoilant les galons blancs de ses rectrices. Ceci est particulièrement visible lorsqu'elle franchit l'espace qui sépare deux buissons. Malgré sa relative discrétion, la fauvette mélanocéphale chante assez souvent à partir de perchoirs élevés, sommet des arbres ou des buissons ou même fil électrique.
Le vol : Pour passer d'un buisson à l'autre, elle réalise un court vol pouvant être associé à un sautillement.

Alimentation mode et régime

Les insectes, les larves et les araignées constituent ses aliments principaux. Elle complète son régime avec des figues, des cerises, d'autres fruits qu'elle picote ainsi que diverses autres graines telles que celles du fusain.

Reproduction nidification

A partir de la moitié du mois de mars, les deux adultes commencent à construire le nid, bien dissimulé dans un arbuste, une bruyère, un buisson entre des touffes d'herbes ou des orties, la plupart du temps à une hauteur très basse entre 25 et 90 centimètres. Parfois cependant, certains sont construits à des hauteurs supérieures, dans des plantes grimpantes et enchevêtrées, jusqu'à 2 mètres 50. Le nid est construit avec des brindilles et des herbes sèches consolidées avec des toiles d'araignées, ce qui donne à la structure davantage de solidité et de cohérence. L'intérieur est garni de duvet végétal, de petites racines, d'herbes fines et de crins.
La ponte comprend habituellement 3 ou 4 oeufs dont la couleur varie du blanc teinté de verdâtre au brun clair. Tous sont tachés de roux avec des mouchetures et des motifs aux couleurs variées : brun rougeâtre, olive, gris, beige, jaunâtre ou violacé. En général ces marques sont également réparties sur toute la surface. L'incubation dure 13 ou 14 jours. A la naissance, les oisillons n'ont pas de duvet. L'intérieur de leur bouche est jaune avec des petites taches sombres rectangulaires de chaque côté de la langue. Les parents les nourrissent avec des chenilles et des insectes. Au bout de 11 jours, ils quittent le nid mais les mâles continuent à s'en occuper s'il s'agit d'une première couvée, tandis que la femelle s'affaire aux préparatifs de la seconde nichée. Dans des conditions normales, deux nichées sont courantes par saison. Il arrive toutefois que, jusqu'à fin juillet, les fauvettes mélanocéphales mènent à terme des pontes de substitution pour remédier à la perte ou à la destruction de la ponte initiale.

Distribution

La forme type melanocephala est répandue autour de la Méditerranée et dans ses îles. On la trouve en Afrique du Nord, de la Cyrénaïque jusqu'au Maroc, dans la péninsule ibérique, le sud de la France, en Italie, le long des côtes adriatiques de l'ex-Yougoslavie, en Grèce et en Asie Mineure. D'autres sous-espèces vivent aux Canaries (leucogastra) et sans les îles Grecques : Crête, Cyclades, Rhodes (pasiphae). La race momus vit au Levant.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 26/11/2003 par Alexandre Knochel avec la participation de Georges Olioso et Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net