Grive de Bornéo

Chlamydochaera jefferyi - Fruithunter

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Turdidés

  • Genre
    :

    Chlamydochaera

  • Espèce
    :

    jefferyi

Descripteur

Sharpe, 1887

Biométrie
  • Taille
    : 22 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les turdidés sont des passereaux de taille moyenne à grande. Ils possèdent généralement un bec assez long et fort, et des pattes robustes. La couleur de leur plumage est très variable. Beaucoup sont entièrement dans des tons discrets de brun, de gris ou de noir mais d'autres montrent des coul... lire la suite

Description identification

Le mâle de la grive de Bornéo affiche des parties supérieures gris cendré, un capuchon et un dessous gris clair. Le menton, la gorge, les joues et le front ont une couleur chamois-roux. Le large sourcil noir prend sa naissance sur les lores, forme un masque au niveau de l'oeil et se poursuit en contournant l'arrière de la nuque où il constitue un sorte de collier. La poitrine est recouverte d'un remarquable plastron noir de forme arrondie qui tranche très nettement sur le fond gris pâle des parties inférieures. Les primaires et les bordures de la queue sont noires. L'extrémité des rectrices extérieures est taché de blanc. Une barre alaire blanchâtre est visible en vol. Le bec et les pattes sont noirs.
Chez la femelle, les couleurs grises sont remplacées par du brun-roux clair. La calotte présente une teinte chamois-roux plus pâle tandis que les ailes et les dos sont ponctués de gris. La barre alaire est chamoisée. Les juvéniles ont un dos plus brun. La zone qui va de la tête jusqu'à la poitrine est mouchetée de noir.
Jusqu'en 1975, la grive de Bornéo était classée dans la famille des oriolidés (loriots, sphécothères) ou des campéphagidés (échenilleurs, minivets). Une étude de son ADN et surtout une nouvelle analyse de son comportement reproducteur ont amené les scientifiques à le faire passer dans les famille des muscicapidés-turdinés.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Fruithunter,
  • Zorzal de Borneo,
  • Fruchtpicker,
  • Rupslijster,
  • Cacciafrutta pettonero,
  • Fruktplockare,
  • Fruktplukker,
  • kočo čiernoprsý,
  • drozdík černoprsý,
  • Frugtæder,
  • borneonhedelmärastas,
  • tord de Borneo,
  • kruczodrozd,
  • Черногрудый личинкоед,
  • Tawau dada-hitam,
  • キンガオサンショウクイ,
  • 食果鸫,
  • 黑胸鵑鵙,

Voix chant et cris

Le chant est inconnu. Qu'ils soient perchés ou en vol, les adultes des deux sexes émettent un "seep" calme, aigu et parfois montant qu'ils répètent à intervalles réguliers environ toutes les 10 secondes. Le mâle appelle la femelle qui couve par un sifflement à peine audible.

Habitat

La grive de Bornéo fréquente les forêts de montagne composées de grands arbres, à des altitudes qui varient de 700 à 3200 mètres. Comme son nom l'indique, cet oiseau vit exclusivement dans le nord, l'ouest et le centre de Bornéo. Dans la partie malaise de l'île, à Sabah et à Sarawak, il est présent de la réserve du Mt Kinabalu jusqu'à celle du Mt Mulu et également sur le mont Dulit. A Kalimantan, la partie indonésienne de l'île, il est confiné sur le mont Nyiat et dans la réserve naturelle du Bukit Baka.

Comportement traits de caractère

Les grives de Bornéo recherchent habituellement leur nourriture à l'étage moyen de la végétation. Elles se rassemblent souvent au sein de bandes mixtes qui sont constituées également de bulbuls de la famille des pycnonotidés. On les trouve également à terre fouillant dans la litière de feuilles. Elles brisent les coquilles des escargots en les tapant contre des branches, des pierres ou des surfaces assez rigides. Les grives de Bornéo sont sédentaires ou nomadiques. Les individus vivent en couples ou en groupes lâches qui apparaissent dans certains lieux pendant quelques jours puis en disparaissent pendant de longs mois. Sur le Mt Kinabalu, après la nidification, les grives de Bornéo descendent à des altitudes plus modestes.

Alimentation mode et régime

Comme son nom anglais l'indique (fruit-hunter), cette grive est principalement frugivore. Elle consomme les fruits des arbustes du genre litsea, des baies provenant de jeunes arbres et des larges fruits verts contenant des graines. En période sèche, elle ingurgite également des matières animales, en particulier des petits escargots du genre bradybaena. Pendant la période de reproduction, le mâle ravitaille sa partenaire avec des matières exclusivement végétales : figues de grande taille, autres fruits et petites baies.

Reproduction nidification

Les grives de Bornéo sont en état de se reproduire à partir du mois de mars. On trouve des jeunes oisillons dans les nids jusqu'à la fin du mois d'aout et le début du mois de septembre. Le nid en lui-même est une coupe profonde tapissée avec de la mousse. Il est situé sur la fourche d'un grand arbre, à quelques 10 mètres au-dessus du sol. Il semble bâti avec de fines fibres végétales et la couche extérieure est recouverte de mousses fraîches. C'est une construction assez volumineuse qui mesure environ 12 cm de diamètre et 15 cm de profondeur. Son architecture rappelle indiscutablement celle des nids de grives ou de cochoas et semble assez éloignée de celle des nids de loriots qui sont plutôt en forme de hamac. La femelle s'occupe seule de la construction du nid et la modèle énergiquement avec son corps. Pendant qu'elle accomplit sa tâche, son partenaire la ravitaille avec des figues de grosse taille. Elle couve également seule et peu de temps après que l'incubation ait commencé, le mâle accomplit de nombreux allers-retours pour lui apporter des petites baies et parfois de larges fruits. La femelle couve constamment et n'est jamais relayée par le mâle. Quand ce dernier parvient à proximité du nid, il produit un sifflement aigu qu'on entend à peine. En réponse, la femelle quitte parfois le nid pour venir à sa rencontre. On ne connaît pas le contenu de la ponte ni la durée de la période d'incubation.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

En dépit de son aire de répartition relativement réduite, l'espèce n'est pas globalement menacée. Elle est même considérée comme répandue sur les pentes du Mt Dulit. Dans les zones montagneuses, il semble avoir une répartition assez éparse, mais les trous dans la distribution sont peut-être le fait d'une mauvaise couverture ou d'une observation déficiente.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Grive de BornéoFiche créée le 04/09/2008 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net