Hocco nocturne

Nothocrax urumutum - Nocturnal Curassow

Systématique
  • Ordre
    :

    Galliformes

  • Famille
    :

    Cracidés

  • Genre
    :

    Nothocrax

  • Espèce
    :

    urumutum

Descripteur

von Spix, 1825

Biométrie
  • Taille
    : 58 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 1250 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les longues plumes légèrement spatulées qui recouvrent le dessus de la tête sont noir terne avec une vague bordure châtain à la base. Le reste de la tête (excepté les parties nues de la face) le cou et le haut de la poitrine sont châtain brillant. Le dos, les ailes jusqu'aux filets externes des rémiges, les 2 rectrices centrales et les couvertures sus-caudales affichent une couleur brun-roux barrée de fines lignes ondulées noirâtres qui donnent à ces régions un aspect marbré. L'arrière du cou châtain foncé s'intègre progressivement dans le haut du manteau. Le dessous des ailes est entièrement noir terne. Les rectrices latérales sont noirâtres légèrement lustrées de bleu. Leurs extrémités jaunâtres sont bien visibles. Le bas-ventre est plus pâle que le reste des parties inférieures, prenant une teinte fauve au contact des sous-caudales qui sont chamois. Quelques ondulations sombres viennent marbrer les côtés du ventre mais elles sont absentes de l'abdomen et des flancs. Les 2 sexes sont identiques, la femelle ayant toutefois des côtés plus vermiculés.
Chez le mâle adulte, le bec est majoritairement orange rougeâtre avec quelques infiltrations grisâtres sur la moitié antérieure du maxillaire. La peau nue du dessous de l'œil est grise. La peau nue au-dessus de l'iris forme un sourcil bicolore, bleu-azur dans sa partie initiale à proximité des lores et jaune dans sa partie terminale jusqu'aux oreillons. Les tarses sont gris sur les côtés, brun-orange terne sur le devant et sur l'arrière. Les serres sont de couleur sombre.
Les juvéniles ont un capuchon noirâtre bordé par une rayure chamois puis une autre rayure noire. Les parties supérieures brunes contrastent avec les ailes noirâtres barrées de chamois. La gorge et la poitrine sont brun-chamois, le ventre blanc. Le bec ne porte pas de tache jaunâtre à son extrémité et il a une taille plus réduite que celui des adultes.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Nocturnal Curassow,
  • Paují Nocturno,
  • Iri mutum,
  • Rothokko,
  • bagolyhokkó,
  • Nachthokko,
  • Hocco notturno,
  • Natthocko,
  • Brunhokko,
  • hoko malý,
  • hoko noční,
  • Nathokko,
  • yöhokko,
  • hoco nocturn,
  • czubacz rdzawy,
  • Красный гокко,
  • カンムリホウカンチョウ,
  • 夜冠雉,
  • 夜冠雉,

Voix chant et cris

Le chant ne commence que lorsque la nuit s'est pleinement installée. Les hoccos nocturnes peuvent émettre à toutes les heures de la nuit mais l'activité la plus débordante se déroule presque toujours entre 20 et 22 heures, au tout début de la pénombre. A partir de minuit ou un peu plus tard, le silence s'installe dans la forêt et les chants ne reprennent que deux heures avant l'aube. Ils forment alors parfois des concerts qui s'arrêtent avec les premières lueurs du jour. Les mugissements des hoccos nocturnes sont légèrement plus profonds, plus complets et plus clairs que ceux des autres espèces de hoccos. Ils semblent également plus mélodieux et plus puissants. Le chant est constitué de 2 phrases séparées par une courte pause. Sa caractéristique la plus remarquable est un long grognement descendant à la fin de la seconde phrase. Le chant en entier peut être retranscrit de la manière suivante : "hm-hm-hm', hm-hm'-hm-uh". Lorsque l'oiseau montre une belle vitalité, il peut reprendre un nouveau chant après une pause d'à peine 15 secondes. Certaines périodes de chant peuvent durer plus de 15 minutes sans discontinuer, et même jusqu'à une demi-heure au mois de janvier.

Habitat

Les hoccos nocturnes fréquentent généralement les forêts humides, surtout celles qui ne sont pas envahies par les eaux. Néanmoins, on les trouve également dans les "varzeas" qui ont inondées en permanence ou uniquement dans celles qui subissent des crues saisonnières, car situées à proximité de rivières. Les hoccos nocturnes s'installent principalement dans les forêts de plaine avec un sous-bois plat ou légèrement accidenté. Ils vivent en-dessous de 200 mètres au Venezuela, de 500 m en Colombie. Dans les autres parties de leur aire de distribution, ils ne grimpent jamais au-delà de 800 mètres.

Comportement traits de caractère

Le hocco nocturne possède un nom très contestable car, s'il ne communique que pendant la nuit, une grande partie de son activité se déroule pendant la journée. D'après des informations recueillies auprès de chasseurs indigènes, les hoccos nocturnes passent la journée dissimulés dans des trous, des fissures situées au milieu de rochers ou entre de grosses racines d'arbres. Whittaker confirme cette information, précisant que les chasseurs tentent de déloger ces oiseaux de leurs cachette et les obligent à s'envoler grâce à l'apport de chiens. De nombreux ornithologistes restent dubitatifs concernant cette information, arguant qu'en captivité, aucun hocco nocturne ne manifeste ce genre de comportement furtif. Natterer souligne toutefois que les hoccos qui recherchent leur nourriture à terre, se dissimulent dans la végétation dense ou dans les fourrés s'ils sont dérangés pendant leur activité. Il précise que, dans ce cas, ils préfèrent trouver un endroit abrité plutôt que de s'envoler.

En effet, contrairement aux hiboux qui sont pourvus d'une vue et d'une ouïe particulièrement développées, les hoccos nocturnes sont incapables de trouver les plantes qui leur servent de menu si la nuit est sombre et pluvieuse. Ces oiseaux se nourrissent vraisemblablement lorsque la lumière est faible ou qu'elle diminue, c'est-à-dire à l'aube ou au crépuscule. Il leur arrive même de marcher sur le sol aux heures les plus chaudes et les plus ensoleillées, en poussant des "u-ö" délicats pour accompagner leur quête d'aliments. Pendant la nuit, lorsqu'ils chantent, les hoccos nocturnes se perchent dans les arbres et ils restent immobiles.

Alimentation mode et régime

Les hoccos nocturnes recherchent leur nourriture en solitaire, en couples ou en petits groupes de 3 ou 4 individus. Contrairement à leur nom, ces oiseaux se nourrissent pendant la journée, à l'aube ou au crépuscule. Leur menu est majoritairement végétarien. Ils trouvent leurs aliments à terre sous les arbres fruitiers.

Reproduction nidification

Si l'on s'en réfère aux chants, la saison de nidification se déroule en octobre et de janvier à février. En Colombie, sur le cours supérieur du Rio Negro, on a trouvé un nid en octobre, ce qui vient corroborer l'information précédente. Le hocco nocturne est monogame, il construit un nid de taille modeste avec des branches dans un arbre, à faible hauteur, environ 4 mètres au-dessus du sol. Cette structure quelque peu négligée peut également être placée sur une souche ou sur une bûche proche du sous-bois. La ponte comprend 2 œufs qui sont couvés pendant 28 ou 29 jours. Les oisillons ont un duvet brun noirâtre dessus et blanc dessous. Les hoccos nocturnes ont une durée de vie assez longue, approchant sans doute les dix ans dans le milieu naturel.

Distribution

Comme la plupart des cracidés, le hocco nocturne est originaire du continent sud-américain. Son aire de distribution s'étend presque exclusivement en Amazonie Supérieure et Moyenne. Elle couvre l'extrême sud du Venezuela, le sud-est de la Colombie, l'est de l'Equateur et le nord-est du Pérou. Au Brésil, elle occupe surtout les états d'Amazonas, Roraima, Rondônia et Acre, le long des affluents de la rive droite de l'Amazone comme le Rio Madeira, le Rio Purus ou le Rio Juruà.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le statut de cette espèce est assez incertain. Toutefois, il est probable qu'elle ne soit pas en danger. On peut même penser que son avenir est plutôt serein, car l'ensemble de son aire de distribution bénéficie de bonnes conditions. Selon les régions, sa répartition est très inégale : Ses effectifs sont surtout nombreux dans la région du Rio Guainia , du Rio Negro et du Rio Orinoco. Ailleurs, au Pérou et dans l'état du Rondônia, ses populations sont assez clairsemées. Ses mœurs extrêmement discrètes la protègent contre la convoitise des chasseurs. Ses appels et ses cris sont relativement nombreux là où les autres espèces de hocco ont été décimées.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 06/07/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net