Kiwi de Mantell

Apteryx mantelli - North Island Brown Kiwi

Systématique
  • Ordre
    :

    Aptérygiformes

  • Famille
    :

    Aptérygidés

  • Genre
    :

    Apteryx

  • Espèce
    :

    mantelli

Descripteur

Bartlett, 1852

Biométrie
  • Taille
    : 65 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 1440 à 3060 g
Longévité

40 ans

Distribution

Distribution

Description identification

C'est une espèce endémique de L'île du Nord de Nouvelle-Zélande. Grand kiwi brun, les plumes paraissent pointues, brun foncé striées de brun rougeâtre et de noir, il a un long bec pâle, des tarses courts, sombres, les doigts noirs sont munis de grandes griffes sombres. De mœurs nocturnes, incapable de voler, comme les autres espèces de kiwi il est aptère, avec de petites ailes vestigiales et n'a pas de queue. Les muscles pectoraux ne sont pas développés. Ils n'ont pas de sternum, ce qui les rend particulièrement vulnérables aux blessures par écrasement dues aux morsures de chiens. Les femelles sont en moyenne 20-30% plus grosses que les mâles.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • North Island Brown Kiwi,
  • Kiwi de Mantell,
  • Quivi-marrom-da-Ilha-do-Norte,
  • Nördlicher Streifenkiwi,
  • északi-szigeti barna kivi,
  • Mantells Kiwi,
  • Kiwi bruno settentrionale,
  • Brun kivi,
  • Nordbrunkivi,
  • kivi hnedý,
  • kivi hnědý,
  • Nordlig Kiwi,
  • kiwi bru de l'illa Nord,
  • kiwi północny,
  • Северный киви,
  • 北岛褐几维鸟,
  • 北島褐鷸鴕,

Voix chant et cris

Le mâle émet un chant qui ressemble à un coup de sifflet ascendant, répété et aigu. Le chant de la femelle est profond, guttural, aigu et répété 10 à 20 fois.

Habitat

Répandu et localement commun dans les forêts indigènes, les broussailles et les zones agricoles du niveau de la mer jusqu'à 1 400 m.

Comportement traits de caractère

Pendant la journée, ils se reposent dans un terrier, un arbre creux, ou sous une épaisse végétation et en émergent peu après la tombée du jour. Comme ses congénères d'autres espèces, il se nourrit en marchant lentement, en frappant le sol. Quand la proie est détectée, ils sondent de leur bec la litière de feuilles ou le bois pourri ; occasionnellement ils peuvent enfoncer leur bec profondément dans le sol. Ils s'appellent de temps en temps, chaque soir, pour délimiter leur territoire et maintenir le contact au sein du couple. Les couples chantent souvent duo, ils se répondent quelques secondes après le premier appel. C'est un oiseau territorial qui se bat à coups de pattes et de griffes acérées avec les intrus qui pénètrent sur son territoire. Il restera sur ce territoire aussi longtemps que son habitat lui sera favorable.
Le vol : Oiseau aptère.

Alimentation mode et régime

Ils se nourrissent principalement de petits invertébrés, en particulier de vers de terre, de larves de coléoptères, de cigales et de mites ; ils mangent aussi des mille-pattes, araignées, grillons Weta, et certains petits fruits tombés au sol, les feuilles sont aussi consommées.

Reproduction nidification

Les couples se forment à vie. Pour l'espèce, le pic de ponte a généralement lieu en juin-juillet. Le nid est installé dans un terrier peu profond, crevasse de rocher, souche d'un arbre creux, tronc d'arbre creux. La taille de la ponte est de 1-2 œufs blanc, de très grande taille. Le mâle incube seul les œufs. Il peut perdre jusqu'à 20% de son poids durant cette période. Ceux-ci sont laissés sans surveillance pendant la nuit, mais la présence du mâle hors du nid se réduit avec le temps et la durée d'incubation s'allonge. Elle dure de 75 à 90 jours. Les jeunes sortent du nid entre 5 et 7 jours ; ils y reviennent journellement durant 2 à 10 semaines, puis sont indépendants. La dispersion des immatures peut aller jusqu'à 22 km. Ils sont aptes à se reproduire à partir de 4 ans.

Distribution

C'est le seul kiwi à l'état sauvage dans l'île du Nord. La majorité de la population se cantonne dans des îlots plus ou moins grands dans le Northland, dans plusieurs îles du golfe d'Hauraki , sur la péninsule de Coromandel, Bay of Plenty, nord et ouest de Hawkes Bay, Tongariro, Taranaki, et Whanganui. Il y a aussi des populations nouvellement créés à Tawharanui (North Auckland), Maungatautari (Waikato), Cape Kidnappers (baie Hawke), Pukaha / Mt Bruce (Wairarapa) et Rimutaka Range (Wellington). A l'époque de la colonisation européenne, la distribution était plus large, en particulier dans le nord d'Auckland et le Waikato.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le Kiwi de Mantell a disparu de nombreux sites de plaine et sur les limites de sa distribution, suite à une combinaison de la perte de son habitat et de la prédation due aux mammifères introduits, en particulier chiens, furets et hermines. La gestion des prédateurs à l'échelle des territoires par le largage aérien de gobes traités au 1080 (fluoroacétate de sodium) par opérations périodiques, ou piégeage, a ralenti et inversé la baisse de population sur de nombreux territoires. La récolte des œufs ou le prélèvement de poussins dans la nature pour un élevage en captivité ou en crèches à l'abri de prédateurs jusqu'à ce qu'ils soient suffisamment grands (1,2 kg) pour faire face à la présence d'hermines, a permis à ces populations d'augmenter. Il a pu être réintroduit dans les zones où les populations avaient diminuées ou disparues localement. Classement UNIC : En danger.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 18/02/2016 par Yann Cambon © 1996-2017 Oiseaux.net