Merle à gorge blanche

Turdus assimilis - White-throated Thrush

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Turdidés

  • Genre
    :

    Turdus

  • Espèce
    :

    assimilis

Descripteur

Cabanis, 1850

Biométrie
  • Taille
    : 24 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 43 à 67.5 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les turdidés sont des passereaux de taille moyenne à grande. Ils possèdent généralement un bec assez long et fort, et des pattes robustes. La couleur de leur plumage est très variable. Beaucoup sont entièrement dans des tons discrets de brun, de gris ou de noir mais d'autres montrent des coul... lire la suite

Description identification

Les sexes sont identiques.
La totalité des parties supérieures est brun foncé avec une nuance olive. Le tête et la face sont un peu plus sombres, le croupion et les sus-caudales sont plus teintés d'olive clair. L'anneau orbital est jaune éclatant. Les ailes et la queue sont bruns mais les bordures des couvertures alaires, des rémiges et des tertiaires sont plus pâles ou nuancées d'olive clair. En plumage usé, les couvertures moyennes et les rémiges deviennent plus pâles. Le dessous des ailes est orange clair.
Le menton et la gorge jusqu'au centre de la poitrine sont blanchâtres avec de nettes stries sombres. Le bas de la gorge et le milieu de la poitrine sont recouverts d'un croissant blanc uni. Le reste de la poitrine et le ventre jusqu'aux flancs varie du chamois clair au gris-olive. Le bas des flancs affiche parfois une teinte chamois-brun plus chaleureux. Les cuisses sont comme le reste des parties inférieures ou chamois grisâtre. Le centre du ventre et les couvertures sous-caudales sont blancs.
Le bec est jaune avec un culmen et une base noirâtres. Les pattes et les pieds sont jaunes avec une nuance olive.
En plumage usé, le corps, les couvertures alaires et la queue prennent une teinte plus grisâtre, le dessous est gris cendré et le bec devient plus foncé.
Les immatures ont des parties supérieures brunes ou brun-olive. Les ailes et la queue sont un peu plus foncées. L'iris est brunâtre, devenant jaune-orange. Le dessus de la tête, le front jusqu'au capuchon et à la nuque sont finement striés de chamois-orange clair. Le manteau est recouvert de stries brun-cannelle, plus larges et plus évidentes. La face a la même couleur que le dessus, avec des taches chamois ou des stries sur les joues. Le menton et la gorge sont blanchâtres avec des taches plus foncées. Les plumes des parties supérieures ont des centre chamois. Le bec, les pattes et les pieds sont gris.
Les 10 différentes races se distinguent par la variation considérable de la couleur des parties supérieures. La race lygrus est très semblable à la race nominale, excepté le croupion qui est nettement plus olive. La race calliphthongus et plus rousse dessus et plus terne dessous. La race rubicondus est plus roux-brun dessus, y compris les ailes et les rémiges.
Les races lecauchen, atritinctus et oblitus sont plus grises sur la tête et sur les parties supérieures que les autres sous-espèces. La race daguae est plus petite avec un bec plus bref. En raison de ses parties supérieures et de sa queue brun-olive foncé, elle pourrait assez facilement accéder au statut d'espèce à part entière.

Indications subspécifiques 13 Sous-espèces

  • Turdus assimilis calliphthongus (nw Mexico)
  • Turdus assimilis lygrus (c and s Mexico)
  • Turdus assimilis suttoni (e Mexico)
  • Turdus assimilis assimilis (c Mexico)
  • Turdus assimilis leucauchen (Atlantic slope of s Mexico to Costa Rica)
  • Turdus assimilis hondurensis (c Honduras)
  • Turdus assimilis benti (sw El Salvador)
  • Turdus assimilis rubicundus (s Mexico, w Guatemala and El Salvador)
  • Turdus assimilis atrotinctus (e Honduras and n Nicaragua)
  • Turdus assimilis cnephosus (sw Costa Rica and w Panama)
  • Turdus assimilis campanicola (c Panama)
  • Turdus assimilis croizati (Azuero Pen.. sc Panama.)
  • Turdus assimilis coibensis (Coiba I.. off s Panama.)

Noms étrangers

  • White-throated Thrush,
  • Mirlo Gorgiblanco,
  • Weißkehldrossel,
  • fehértorkú rigó,
  • Mexicaanse Witneklijster,
  • Tordo golabianca,
  • Sepiatrast,
  • Mestistrost,
  • drozd bielohrdlý,
  • drozd náhorní,
  • Sepiadrossel,
  • lavertajarastas,
  • drozd białogardły,
  • *Белогорлый дрозд,
  • キバシノドジロツグミ,
  • 白喉鸫,
  • 白喉鶇,

Voix chant et cris

Cet oiseau émet de nombreuses notes brèves comme cris de contact, des "ep", des "ek", des "kek", des "ok", des "unk" et des "enk". Il délivre également un bourdonnement rude semblable à celui d'une grenouille : "krrt, unk ou urrk". On peut également entendre une sorte de gloussement prolongé "kyow keyooo" qui peut être intégré au milieu d'une tyrolienne qui dure plus longtemps.
Tous les oiseaux n'ont pas un répertoire aussi riche, ceux du Mexique n'émettent pas le bourdonnement de grenouille
Il y a 2 sortes de chants : le premier est un chant typique de turdidé, assez semblable à celui du merle américain (Turdus migratorius). Il est souvent délivré à partir d'un haut perchoir dans un arbre. Le chant le moins courant est une série de notes mélodieuses produites pendant de longues minutes et rappelant à bien des égards le chant des moqueurs ou des troglodytes.
Les merles à gorge blanche chantent le matin et en début d'après-midi. On peut les entendre surtout de la fin mars à la fin juillet ou au début d'août, cessant leurs vocalises dès que les petits sont nés.
La race coibensis chante dès la mi-janvier.

Habitat

Les merles à gorge blanche fréquentent les forêts subtropicales humides de plaines et de collines pourvues d'arbres à feuilles permanentes. On les trouve également dans les forêts de nuage qui sont situées à une moindre élévation. Dans ce dernier type d'habitat, on peut donc les observer jusqu'à 900 mètres en Amérique du Sud, de 1 360 à 1 970 mètres au Salvador, jusqu'à 1 850 mètres au Costa-Rica et jusqu'à 2 000 m dans le sud du Mexique. Plus au nord, ils peuvent vivre parfois jusqu'à 3 000 mètres. En Equateur, à l'extrémité la plus méridionale, ils ne grimpent pas plus haut que 250 mètres. La race insulaire coibensis niche au niveau de la mer, dans les forêts les plus sèches ou à la lisière des mangroves marécageuses.
Les merles à gorge blanche sont surtout observés en bordure des forêts et dans les clairières, ce qui ne les empêche pas de visiter l'intérieur des zones boisées, les broussailles voisines, les parcelles de petits arbres telles que les plantations et les peuplements en cours de régénération ainsi que les champs de canne sauvage et les haies. En dehors de la période de reproduction, les merles à gorge blanche fréquentent parfois les savanes.

Comportement traits de caractère

Les merles à gorge blanche sont plutôt sociables. Pendant la saison de nidification, ils vivent en solitaire ou en couples, mais dès que celle-ci est terminée, ils forment des petites bandes laches au sommet des arbres en compagnie d'autres espèces frugivores.
Ces oiseaux sont assez timides, ils se dissimulent dans les arbres de l'étage moyen jusqu'à la canopée. On les trouve plus rarement au niveau du sol. Les merles à gorge blanche recherchent leur nourriture dans le feuillage le long des branches. Ils s'aventurent parfois à terre lorsqu'ils suivent les colonnes de fourmis ou lorsqu'ils retournent les feuilles avec leur bec pour trouver des proies.
Les merles à gorge blanche sont des migrants partiels. Dans la plupart des régions qui composent leur aire de distribution, ils sont sédentaires. Cependant, les populations du Costa Rica, du Panama et peut-être d'ailleurs, se déplacent et errent à des altitudes moins élevées en dehors de la saison de reproduction. La race daguae migre sans doute au sud de l'Equateur au mois de Févier.

Alimentation mode et régime

Les merles à gorge blanche ont un menu très varié. Ils consomment principalement de nombreuses sortes de fruits saisonniers, en particulier des baies. Ils ingurgitent aussi des insectes et des vers de terre.

Reproduction nidification

Les merles à gorge blanches se reproduisent du mois de mars jusqu'au début juillet. Le nid est une coupe volumineuse construite avec des végétaux et des fibres de plantes qui sont liés entre eux par une couche intermédiaire de boue. La paroi extérieure est tapissée avec de la mousse et la coupe intérieure est garnie avec des matériaux plus raffinés comme des tiges végétales ou des petites radicelles. L'édifice est placé habituellement à une hauteur de 8 mètres au-dessus du sol, dans un arbre, une plante grimpante ou un bambou.
La ponte contient 2 ou 3 œufs qui varient du blanc ou du blanc verdâtre jusqu'au bleu pâle. La coquille est abondamment mouchetée de brun rougeâtre ou de gris. On ignore la durée d'incubation. La longueur du séjour au nid n'est pas connue.

Distribution

Les merles à gorge blanche sont originaires d'Amérique Centrale et du nord du continent sudaméricain. Leur aire de distribution couvre un vaste territoire qui va du nord du Mexique jusqu'au nord de l'Equateur. 10 sous-espèces sont officiellement recensées : T. a. calliphthongus (Mexique, du sud-est de Sonora et du nord-est de Sinaloa jusqu'à Chihuahua) - T. a. lygrus (Mexique, du centre et du sud de Sinaloa, en direction du sud jusqu'à Oaxaca et au Chiapas) - T. a. assimilis (Mexique, du sud de Tamaulipas jusqu'à Vera Cruz, Hidalgo et le nord de Oaxaca) - T. a. lecauchen (du sud du Mexique jusqu'au nord du Guatamala , Belize et le nord du Honduras) - T. a. rubicundus (sud du Guatemala, ouest du Honduras et El Salvador) - T. a. atrotinctus (versant caribéen des montagnes du Nicaragua) - T. a. oblitus (Costa Rica , sur le versant pacifique des collines et des moyennes montagnes) - T. a. cnephosus (sud-ouest du Costa Rica) - T. a. coibensis (principalement l'île de Coiba) - T. a. daguae (est du Panama, ouest de la Colombie et nord-ouest de l'Equateur).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le merles à gorge blanches sont communs ou assez communs. Ils sont plus abondants au Mexique et en Amérique Centrale que sur le continent sudaméricain. D'après Birdlife, l'aire de distribution mesure environ 645 000 kilomètres carrés. La population varie de 500 000 à 5 millions d'individus adultes. Elle est légèrement en déclin en raison de la dégradation partielle mais régulière de son habitat.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 20/11/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net