Oie cygnoïde

Anser cygnoides - Swan Goose

Systématique
  • Ordre
    :

    Ansériformes

  • Famille
    :

    Anatidés

  • Genre
    :

    Anser

  • Espèce
    :

    cygnoides

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 94 cm
  • Envergure
    : 165 à 185 cm.
  • Poids
    : 3000 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les oies cygnoïdes, bien que le mâle soit plus grand, plus long, possède un bec plus fort et un cou plus long que la femelle, on considère que les sexes sont identiques. Parmi les oies grises, cette espèce se distingue principalement à la coloration contrastée de la tête et du cou caractéristique : la calotte et l'arrière du cou brun foncé tranchent en effet avec la gorge, les côtés de la tête et le devant du cou brunâtre très pâle. Une ligne blanchâtre plus ou moins apparente encercle la base du bec.

Le reste du plumage est, pour l'essentiel, semblable à celui des autres espèces du genre Anser : flancs et dessus brun cendré sombre, les plumes étant liserées de blanc et une bande blanchâtre traversant le haut des flancs ; poitrine brun pâle avec des nuances plus foncées à la base du cou et plus pâles sur les flancs. Le ventre et les sous-caudales sont blancs, le croupion gris cendré. La queue est également gris cendré mais avec les rectrices externes et l'extrémité blanches. Les couvertures alaires présentent diverses nuances de gris. En tous plumages, le bec est noir, les pattes et les pieds orange foncé.

Les juvéniles sont assez identiques aux adultes. Cependant, la calotte et l'arrière du cou sont plus ternes. L'extrémité des plumes du dessus et des flancs forment un aspect plus écailleux qui dure jusqu'au premier hiver, comme chez la plupart des oies grises.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Swan Goose,
  • Ansar Cisnal,
  • Ganso-cisne,
  • Schwanengans,
  • kínai hattyúlúd,
  • Zwaangans,
  • Oca cigno,
  • Svangås,
  • Svanegås,
  • hus labutia,
  • husa labutí,
  • Svanegås,
  • joutsenhanhi,
  • oca cigne,
  • gęś łabędzionosa,
  • lielknābja zoss,
  • Сухонос,
  • サカツラガン,
  • 鸿雁,
  • ห่านคอขาว,
  • 鴻雁,

Voix chant et cris

L'oie cygnoïde cancane et caquette, surtout en vol. La voix de l'oiseau sauvage n'est pas très éloignée de celle des formes domestiques mais est peut être un peu moins forte. L'appel typique est constitué par un 'cancanement' prolongé, sonore, plus aigü à la fin. Le cri d'alarme est aigre, bref, répété 2 ou 3 fois.

Habitat

Pendant la saison de nidification, elle fréquente les marais, les bords des lacs d'eau douce ou saumâtre dans les steppes et les steppes boisées. Elle habite également les deltas et les prairies des vallées. En montagne, on la rencontre jusque dans les vallées étroites proches des torrents. En Hiver, les oies cygnoïdes se rapprochent des côtes et on peut alors l'observer dans les plaines littorales, les marais proches des lacs, les rizières, les estuaires et même les plages battues par les marées.
L'oie cygnoïde est une espèce exclusivement asiatique. Son aire de nidification, très morcelée, part du sud de l'Altaï à travers la Mongolie jusqu'à Sakhaline et les côtes septentrionales de la Chine. Son aire d'hivernage se situe au sud du Japon, en Corée, mais surtout en Chine Orientale (d'où son nom anglais de Chinese goose).

Comportement traits de caractère

Les oies se groupent pour la mue post-nuptiale et quittent les lieux de reproduction de la mi-août à la mi-septembre. Les rassemblements ne sont jamais très importants et les effectifs des troupes excèdent rarement les 100 individus. Elles nagent rarement sauf si elles y sont forcées pendant la mue ou lorsqu'elles nichent. Les oies adoptent généralement une conduite craintive et prudente car elles sont persécutées aussi bien sur les sites de nidification que dans les quartiers d'hiver.

Alimentation mode et régime

Les oies cygnoïdes se nourrissent généralement après la tombée de la nuit. Leur régime, principalement végétarien, varie en fonction des saisons et des endroits qu'elles fréquentent. Sur les lieux de reproduction, elles consomment des plantes aquatiques et des roseaux (plus particulièrement des laîches ou carex qui forment des touffes ayant l'aspect de grandes herbes à feuilles coupantes et à tige de section triangulaire). A partir de l'automne, elles ingurgitent surtout des baies.

Reproduction nidification

En avril, l'oie cygnoïde arrive par petites bandes sur les lieux de reproduction et défend alors un territoire dans les prairies et les marais. Elle ne niche pas en colonies mais plusieurs couples peuvent cohabiter lorsque les lieux sont favorables. Le nid, construit d'herbes et de roseaux, est placé sur un monticule, dans un endroit sec parmi la végétation épaisse, généralement à proximité de l'eau. Souvent, il est bâti à un endroit stratégique, sur un petit îlot fluvial, à l'abri des prédateurs. La ponte commence à la fin avril ou au début du mois de mai. La femelle pond habituellement entre 3 et 9 oeufs. Après l'éclosion, les oisons des différentes couvées se réunissent en bandes qui flottent sur l'onde et suivent le courant qui les mène en direction de lacs et de vallées plus importants.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 09/08/2005 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net