Pétrel de Lesson

Pterodroma lessonii - White-headed Petrel

Systématique
  • Ordre
    :

    Procellariiformes

  • Famille
    :

    Procellariidés

  • Genre
    :

    Pterodroma

  • Espèce
    :

    lessonii

Descripteur

Garnot, 1826

Biométrie
  • Taille
    : 46 cm
  • Envergure
    : 109 cm.
  • Poids
    : 580 à 810 g
Distribution

Distribution

Description identification

Cet oiseau de moyenne taille se distingue par sa tête blanche et sa tache sombre en arrière de l'œil,devenant gris perlé sur la nuque. Une large zone gris-perle à gris-bleu orne le manteau, le dos, la majeure partie des scapulaires et la bordure interne des petites couvertures. Il y a une bande gris brunâtre sur l'arrière des épaules qui joue le le rôle de séparateur avec le blanc grisâtre du croupion, des sous-caudales et de la queue. Les couvertures supérieures sont presque uniformément gris-brun foncé. Les sous-alaires sont majoritairement gris-brun foncé excepté le bord de traîne et les axillaires blanchâtres. La base des primaires et les bordures des couvertures médianes ont une teinte argentée.
Le cou est partiellement encerclé de gris clair. Le reste des parties inférieures est entièrement blanc. Les iris sont brun sombre, le bec noir. La base des pattes est rose, le reste noir.
La femelle est légèrement plus petite, notamment en ce qui concerne les ailes et la queue. Les juvéniles sont semblables aux adultes. Parfois, ils sont cependant distingués par la fraîcheur de leur plumage. Les populations des Kerguelen sont morphologiquement similaires à celle des Crozet mais elles sont plus grandes que celles des Antipodes. Les pétrels de Lesson se différencient des pétrels soyeux (Pterodroma mollis) par leur bec plus massif et leur taille relativement plus grande. Le collier est souvent plus pâle et plus incomplet chez les pétrels de Kermadec (Pterodroma neglecta). Par ailleurs, chez ces derniers, les taches argentées du dessous des ailes sont plus contrastées. Les pétrels gris (Pterodroma cinerea) ont un bec plus clair et plus long. Leur plumage est plus uniformément gris, y compris sur la tête.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • White-headed Petrel,
  • Petrel Cabeciblanco,
  • Freira-de-cabeça-branca,
  • Weißkopf-Sturmvogel,
  • fehérfejű viharmadár,
  • Witkopstormvogel,
  • Petrello testabianca,
  • Vithuvad petrell,
  • Hvithodepetrell,
  • tajfúnnik bielohlavý,
  • buřňák bělohlavý,
  • Hvidhovedet Petrel,
  • valkopääviistäjä,
  • Witkopstormvoël,
  • petrell capblanc,
  • petrel białogłowy,
  • Белоголовый тайфунник,
  • メグロシロハラミズナギドリ,
  • 白头圆尾鹱,
  • 白頭圓尾鸌,

Voix chant et cris

Les pétrels de Lesson ne s'expriment véritablement que dans les colonies. Ils vocalisent surtout en vol et ils restent la plupart du temps silencieux quand ils sont à terre. Pendant les parades, les cris les plus fréquents sont des "ti-ti-ti-ti" ou des "si-si-si" qui sont délivrés par les 2 partenaires au cours de poursuites aériennes. Des "ooo-er" bourrus viennent parfois alterner avec des "kukoowik". On peut également entendre des "tewi, tew-i", "wi-wi-wi-wi" ou des "wik-wik-wik" gutturaux et puissants.
Les cris atteignent généralement leur paroxysme 60 minutes après le coucher du soleil puis ils déclinent au cours de la nuit. Un second pic peut parfois survenir quelques minutes avant l'aube. Il n'y a pas de différence entre les cris des mâles et ceux des femelles. Les cris sont semblables à ceux des pétrels noirs (Pterodroma macroptera).

Habitat

Les pétrels de Lesson sont des oiseaux marins et hautement pélagiques, approchant rarement les côtes excepté lorsqu'ils nichent en colonies. Cependant, ils s'approchent de la terre ferme pendant les tempêtes ou les jours de très mauvais temps. Dans les îles subantarctiques, ils nichent a proximité du rivage ou à l'intérieur des terres, environ jusqu'à 300 mètres au-dessus du niveau de la mer. Ils occupent des sols plats ou en légère pente qui sont parfois munies d'une végétation clairsemée comme les touffes d'herbes, les fougères et les broussailles. Aux îles Kerguelen, les pétrels s'abritent sous une couverture de plantes en coussin de la famille des apiacées (Azorella selago) ou dans les Acaena qui masquent les rocailles. Ils conservent pour nicher les sites que leur ont laissé les puffins gris (Puffinus griseus) après une rude compétition.

Comportement traits de caractère

Après la reproduction, les pétrels de Lesson se dispersent dans le sud des océans, remontant plus fréquemment dans le sud du Pacifique que dans le sud de l'Atlantique. Dans ce dernier, ils peuvent remonter jusqu'au sud du Brésil (Rio Grande do Sul et Santa Catarina). Ils ne sont absents des colonies que pendant 2 mois, de juin à la mi-août.
Les adultes sont moins agiles que les jeunes. Les bandes que l'on trouve dans le détroit de Magellan en décembre semblent être des immatures.

Alimentation mode et régime

Apparemment, les pétrels de Lesson consomment principalement des calamars et des crustacés. Des poissons font également partie du menu. Aux îles Kerguelen, le régime des poussins est surtout composé de calamars, il est présent dans le repas de 4 petits sur 5. Les poissons et les crustacés viennent ensuite, avec plus de 30%.
Ces oiseaux se nourrissent en priorité la nuit et ils attrapent leurs proies à proximité de le surface. Mais il leur arrive aussi de plonger. Les pétrels de Lesson s'associent avec d'autres espèces de procellariiformes tels que les puffins et les prions et occasionnellement, ils profitent de la présence de cétacés. Ils suivent très rarement les chalutiers.

Reproduction nidification

La saison commence au mois d'octobre, mais le retour des oiseaux dans les colonies a lieu dès la fin août. Il y a un exode pré-nuptial sur lequel on possède peu de renseignements mais qui dure de le mi-octobre à la mi-novembre aux Kerguelen.
La ponte se déroule du 20 novembre au 17 décembre à Macquarie et du 29 novembre au 12 décembre aux Kerguelen. La période de l'éclosion s'effectue du 24 au 30 janvier, l'envol intervient du 2 mai au 12 juin aux Kerguelen.
Les pétrels de Lesson restent présents dans les sites pendant près de 10 mois par an. Toutefois, seulement 7 à 13% des nicheurs qui ont connu le succès reviennent au même endroit l'année suivante alors que c'est le cas pour plus de 80% des nicheurs en échec.
Ces oiseaux nichent en colonies lâches où ils résident strictement pendant la nuit. Ils peuvent aussi nicher en solitaire ou en petits groupes. Ils pondent dans des terriers qui mesure 1 ou 2 mètres de long et qui sont creusés dans de la terre molle ou dans des éboulis. La ponte contient un œuf unique blanc qui mesure 50 mm sur 70 et qui est couvé pendant 52 à 61 jours. Le premier relais est assuré par la femelle et dure de 2 à 16 jours, le second par le mâle et dure de 15 à 24 jours. Il y a 5 relais en tout.
A la naissance, les poussins ont un duvet grisâtre, ils ont nourris par leur parents et ils s'envolent au bout de 110 jours quand ils ont atteint un poids supérieur à 600 grammes. Pour nourrir les petits pendant la période de séjour au nid, les parents effectuent des expéditions qui durent de 2 à 6 jours et demi. 42% des jeunes survivent à la première année.

Distribution

Les pétrels de Lesson résident dans les eaux tempérées du sud de l'Atlantique et dans les eaux glaciales qui bordent le continent Antarctique. A proximité de la Nouvelle-Zélande, elles nichent à Macquarie Island, Auckland Island, aux îles Antipodes et probablement à Campbell Island. Dans le sud de l'océan indien, ils se reproduisent aux îles Crozet, aux Kerguelen et sans doute dans l'île du Prince Edouard.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les pétrels de Lesson ne sont pas globalement menacés. La population mondiale est estimée actuellement à 600 000 individus. Les sites-clés pour la reproduction sont les îles Antipodes et l'archipel des Aucklands (Adams, Disappointment, Enderby, Ewing, Ocean et Rose Island). avec au moins 100 000 couples sur chaque. Il y a entre 20 et 50 000 oiseaux aux Kerguelen et quelques centaines de couples sur Crozet. Macquarie Island contenait vers 7 500 couples en 1978 mais cette population décline peu à peu, probablement à cause des populations férales. Dans le sud-est de l'océan Pacifique, on a compté plus de 18 000 individus. Ces oiseaux souffrent des prédateurs tels que les labbes et les râles Wéka. (Gallirallus australis). Les lapins détruisent indirectement les sites en se réappropriant les terriers. L'éradication de la faune inappropriée et des prédateurs devrait être de rigueur dans les îles où se déroule la reproduction. Une recherche d'informations devrait être entreprise pour trouver les raisons du déclin.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 04/06/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net