Pic flamboyant

Colaptes auratus - Northern Flicker

Pic flamboyant

Pic flamboyant

Colaptes auratus

((Linnaeus, 1758))


Ordre : Piciformes

Famille : Picidés  ;

Genre : Colaptes

Espèce : auratus

Sous-espèces : 10 [+] [-]
Colaptes auratus auratus(widespread)
Colaptes auratus cafer(s Alaska to n California. USA.)
Colaptes auratus collaris(sw USA and nw Mexico)
Colaptes auratus rufipileus(Guadalupe I., Mexico)
Colaptes auratus nanus(w Texas. USA. to ne Mexico)
Colaptes auratus mexicanoides(s Mexico to Nicaragua)
Colaptes auratus mexicanus(c Mexico)
Colaptes auratus luteus(c Alaska to e Canada, ne USA and Montana. nc USA.)
Colaptes auratus chrysocaulosus(Cuba)
Colaptes auratus gundlachi(Grand Cayman I.)

Chant :

Biométrie :

Taille : 35 cm
Envergure : 42 à 51 cm.
Poids : 110 à 170 g

Longévité : 9 ans

Statut de conservation IUCN :

Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué

EX EW CR EN VU NT LC NE

Distribution :
Distribution

Synonymes : datel zlatý (cs), Guldspætte (da), Goldspecht (de), Northern Flicker (en), Carpintero Escapulario (es), kultatikka (fi), északi hangyászküllő (hu), Picchio aurato (it), ハシボソキツツキ (ja), Gullspett (nb), Gouden Grondspecht (nl), dzięcioł różowoszyi (pl), Pica-pau-mosqueado (pt), Золотой шилоклювый дятел (ru), vlikáč zlatý (sk), Guldspett (sv), 普通扑动鴷 (zh)

Identification :
Pic flamboyant Ce pic au bec plutôt long et légèrement recourbé sur le culmen est immédiatement identifiable. Il ne peut être confondu avec aucune autre espèce. Le pic flamboyant affiche des parties supérieures brunes avec des barres sombres et un croupion blanc. Le dessous clair est fortement tacheté de noir. Le haut de la poitrine est traversé par un large croissant noir. La couleur de la tête, des couvertures sous-alaires et les rayures des ailes varient selon les régions. Dans le nord et l'est, la tête est brune, le capuchon est gris avec une tache rouge en forme de V sur la nuque. Le mâle présente une moustache noire. Les rayures des rémiges et le dessous des ailes sont jaune doré. Dans l'ouest, la face est grise, le capuchon est brun. La tache rouge Pic flamboyant de la nuque est absente. Le mâle présente une moustache rouge. Les rayures des rémiges et le dessous des ailes ont une teinte rose-saumon. Les populations de Cuba et de Caïman ressemblent aux populations de l'est, bien qu'ayant des rayures franchement dorées et d'autres caractères différents. Les populations des zones montagneuses d'Amérique Centrale ont un aspect généralement plus éclatant. La face est grise, le capuchon roux sans tache sur la nuque. Les mâles ont une moustache rouge et les rayures des ailes sont orange.
Chez toutes les races, la femelle est plus petite que son partenaire. Le croissant sur la poitrine est moins développé. La moustache est absente hormis chez la race d'Amérique Centrale. Chez cette dernière, on peut en effet apercevoir une courte moustache cannelle. Les hybrides sont très courants, notamment dans les parties d'Amérique du Nord où les groupes auratus et cafer se superposent. Ils possèdent les caractères intermédiaires des deux sous-espèces.

Chant : Les pics Pic flamboyant flamboyants sont des oiseaux plutôt bruyants et communicatifs. Pendant toute la saison de reproduction et jusqu'à l'automne, on peut entendre une longue série de "whit-whit-whit" qu'ils émettent en vol et qui constitue leur cri le plus courant. Figurent également à leur répertoire un "peak" ou un "klee-yer" descendants. Lors de rencontres conflictuelles ou pendant la parade, les pics flamboyants émettent une série de "wicka" qui varient en intensité. Quand ils s'approchent de leur compagne, les mâles produisent un "wiii-tiou" faible et doux.

Habitat : C'est un oiseau des contrées ouvertes et des lisières de forêts. Ce pic fréquente une grande variété d'habitats qui se caractérisent tous par un sous-bois clairsemé. Forêts éparses, jeunes parcelles en cours de régénération, zones incendiées, terres agricoles, pâtures et zones résidentielles forment en fait la grande majorité de son aire de distribution. Les populations nordiques vivent dans des habitat naturels composés de forêts de pins ponderosa et de zones mixtes de peupliers et de pins. On les trouve également à la lisière des forêts, Pic flamboyant en bordure des prairies alpines et le long de cours d'eau bordés d'arbres. Les oiseaux des Grandes Plaines s'installent dans des zones boisées en bordure des rivières. En Amérique Centrale, les pics flamboyants peuplent les forêt mixtes de pins et de chênes ainsi que les forêts de nuage. Pendant la période hivernale, cette espèce continue à se distinguer par la diversité de son habitat. A cette époque de l'année, les oiseaux des zones tempérées occupent néanmoins des forêts plus denses qu'aux autres saisons. Les pics flamboyants nichent à des altitudes très différentes : 0-2100 m en Amérique du Nord, 750-3300 m au Mexique, 900-3200 m au Honduras et Guatemala.

Distribution : Le pic flamboyant est endémique d'Amérique du Nord et d'Amérique Centrale. En Amérique du Nord, il est présent partout excepté le long des côtes de l'Alaska et dans le grand Pic flamboyant nord. En Amérique Centrale, son aire plus morcelée se poursuit jusqu'aux zones montagneuses du Nicaragua. Cet oiseau occupe également quelques îles des Antilles, notamment Cuba et les îles Caïman. 4 grands groupes raciaux sont officiellement répertoriés : Auratus ou races à rayures jaunes (nord et est de l'Amérique du Nord) - Cafer ou races à rayures rouges (ouest de l'Amérique du Nord et Mexique) - Mexicanoïdes (zones montagneuses du Chiapas jusqu'au Nicaragua) - Chrysocaulosus ( Cuba et Grande Caïman)

Comportements : Les pics flamboyants vivent en couples, en groupes familiaux ou en Pic flamboyant bandes pendant la migration. La plupart du temps, ils recherchent leur nourriture à terre, sur le plancher des forêts, au bord des routes, sur les pelouses ou dans des endroits similaires. Lorsqu'ils prospectent dans les arbres, les troncs pourrissants et les extrémités brisées des branches mortes constituent des lieux privilégiés. Les arbres en bonne santé et les buissons sont également visités pour la collecte de fruits et de matières végétales. La race chrysocaulosus qui vit à Cuba est plus arboricole que les sous-espèces qui vivent sur le continent. Le pic flamboyant balaie la litière de feuilles et creuse les fourmilières avec son bec. La plupart des proies sont capturées avec la langue. Des baies Pic flamboyant sont également glanées sur le sol. Certains insectes sont attrapés en vol.

A terre, le pic flamboyant se déplace en sautillant. Dans les arbres, il se meut un peu à la manière d'une mésange, se perchant souvent perpendiculairement à la branche. Les conflits interviennent généralement entre individus du même sexe. Des battements d'ailes précèdent souvent une agression ou une attaque en règle contre un autre congénère. Toutefois, pendant la période de reproduction, les altercations sont très réduites, ce qui explique sans doute le grand succès des couvées. Bien souvent, le conflit avec d'autres espèces (étourneaux, hiboux ou autres pics) pour la possession d'une cavité s'achève par la mort d'un des compétiteurs.
Dans un certain contexte social, le pic flamboyant entreprend un nombre important de parades et des rituels. Il pointe le bec vers le haut tout en déployant les plumes de sa queue. Pic flamboyant Selon l'intensité de la parade, le bec peut décrire des cercles et des spirales qui sont inclus dans des mouvements de salutation. Au même moment, les ailes sont soulevées et écartées. La queue est également dressée et contorsionnée, dévoilant les parties inférieures.

Les pics flamboyants sont partiellement migrateurs. Les oiseaux qui vivent au nord d'une ligne qui va de la Colombie Britannique jusqu'en Nouvelle-Angleterre en passant par les Grands Lacs ( pour résumer, les oiseaux du Canada) quittent leurs territoires de nidification à partir de la fin août et jusqu'en octobre. Ils migrent en plein jour, parfois en larges bandes, en volant à faible hauteur au dessus du sol. Ils passent l'hiver principalement Pic flamboyant dans le sud des Etats-Unis, de la Californie jusqu'en Floride. La migration de retour s'effectue en mars.

Nidification : La saison de nidification se déroule de février à juillet, avec des variations selon les régions : février-mars dans le sud des Etats-Unis, juin dans le nord, avril-mai en Amérique Centrale et dans les zones tempérées. 30 à 75% des nids sont creusés dans des arbres morts ou dans les parties pourrissantes d'un arbre en relative bonne santé. Ils sont souvent placés à l'extrémité d'une souche, à une hauteur généralement inférieure à 3 mètres au-dessus du sol. Cependant, certains nids peuvent être situés dans de grands arbres, jusqu'à une hauteur de 27 mètres. Assez couramment, les mâles choisissent des cavités déjà existantes. En raison de leur caractère pratique ou de leur facilité d'utilisation, une multiplicité d'autres lieux, souvent bizarres, est également occupée : poteaux de clôture, poteaux électriques, piliers de jetée, falaises en vase ou en argile, meules de foin, boîtes à lettres ou différentes structures accessibles d'un bâtiment. La construction d'un nouveau nid prend entre 5 et 19 jours. Dans ce cas, le mâle est 2 fois plus actif que la femelle.

Avant la ponte, les accouplements sont nombreux. La femelle peut déposer entre 3 et 12 oeufs, mais les pontes de 4 à 9 oeufs sont les plus fréquentes. Chaque couvée produit de 5 à 7 oisillons, soit une très faible déperdition par rapport à la ponte initiale. L'hybridation entre race à rayures jaunes (auratus) et race à rayures rouges (cafer) n'entraîne apparemment aucune modification dans la taille des pontes. Comme chez de nombreuses espèces d'oiseaux, les pontes précoces sont souvent plus importantes en taille que les pontes tardives. Les deux parents couvent à tour de rôle pendant 11 ou 12 jours, le mâle prenant une plus grande part dans cette tâche. Les jeunes oisillons sont nourris par régurgitation. Là encore, le mâle semble plus actif que sa partenaire. La fréquence de ravitaillement est singulièrement ralentie à la fin du séjour au nid. Le nettoyage du nid et l'évacuation des matières fécales sont régulièrement entrepris pendant la période d'occupation du nid qui dure au moins 25 jours. Après l'envol, les juvéniles restent au sein du groupe familial pendant un long moment et ils rejoignent les lieux de nourrissage convenables en compagnie de leurs parents. Une deuxième couvée peut éventuellement survenir au cours de la saison . A la fin de l'été, les groupes familiaux se reforment et migrent en commun.

Régime : L'alimentation de base est constituée à plus de 75% de fourmis et de leurs larves. Les pics flamboyants consomment également des termites, des chenilles, des coléoptères, des guêpes, des criquets, des sauterelles, des pucerons et des araignées. Les fruits et les baies (cornouiller, sumac vénéneux, cerises, micoulier de Virginie) forment également une part importante de la diète, de même que les graines, les glands et les noix.

Protection / Menaces : Les populations ne sont pas vraiment en danger, même si les activités humaines dégradent parfois leur habitat. Dans la mesure où l'espèce est considérée comme commune, aucune mesure particulière n'est prise pour sa protection.

Sources :

 

Autres liens :
D'après Buffon : LES PICS.
Iucn
Birdlife
Xeno_Canto
Avibase
Hbw Alive


Pic flamboyant

Pic flamboyant

Pic flamboyant

Pic flamboyant

Pic flamboyant


Fiche créée le 14/02/2009 par Daniel LE-DANTEC


Partager cette page sur facebook Flus rss Twitter oiseaux.net
A propos | Nous aider | Mentions légales | Sources | Contacts | Version imprimable
Mis à jour le 14/10/2014 04:35:51 - © 1996-2014 Oiseaux.net

Le guide Ornitho : Le guide le plus complet des oiseaux d'Europe, d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient : 900 espèces

Pic flamboyant

Pic flamboyant

Pic flamboyant

Pic flamboyant

Pic flamboyant

Pic flamboyant

Pic flamboyant

Pic flamboyant

Pic flamboyant

Pic flamboyant

Pic flamboyant

Pic flamboyant

Pic flamboyant

Pic flamboyant

Pic flamboyant

Pic flamboyant