Tamatia à gros bec

Notharchus macrorhynchos - Guianan Puffbird

Systématique
  • Ordre
    :

    Piciformes

  • Famille
    :

    Bucconidés

  • Genre
    :

    Notharchus

  • Espèce
    :

    macrorhynchos

Descripteur

Gmelin, JF, 1788

Biométrie
  • Taille
    : 25 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 81 à 106 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le plumage est fortement bigarré, il est majoritairement bleu-noir brillant. Le front est traversé par une étroite barre blanche. La gorge, les côtés de la face et le haut de la poitrine forment un ensemble blanc. Il y a un fin collier blanc sur la nuque et l'arrière du cou. La poitrine est recouverte par une très lange bande noire qui constraste fortement avec la partie centrale blanche de l'abdomen. Les flancs sont abondamment barrés de noir et de blanc.
Avec beaucoup d'attention, on peut apercevoir des liserés blancs sur les plumes noires des partires supérieures. La queue est noire avec une très fine bordure blanche.
Le bec est entièrement noir. Les iris sont rouge avec une légère nuance brune ou paille. Les pieds sont également noirs. Chez les juvéniles, le plumage est plus brun avec des bordures chamoisées. La bande pectorale peut être incomplète et les zones blanches sont lavées ou imprégnées de chamois. Les iris sont bruns.
En ce qui concerne la race hyperrhynchus, elle se distingue de la nominale par son front blanc plus large et par son bec plus massif. Le collier nuchial est plus large et les taches noires sur les flancs sont bien moins développées. La race paraensis est semblable à la précédente mais le bec est exceptionnellement plus long.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Guianan Puffbird,
  • Buco Picogordo,
  • Macuru-de-testa-branca,
  • Weißhals-Faulvogel,
  • fehértorkú bukkó,
  • Witnekbaardkoekoek,
  • Piumino collobianco,
  • Vithalsad trögfågel,
  • Hvitpannedovenfugl,
  • lenivka guyanská,
  • lenivka bělokrká,
  • Hvidhalset Dovenfugl,
  • isovyölaiskuri,
  • barbacoll becgrós oriental,
  • drzym wielkodzioby,
  • Белошейная нотарха,
  • シロエリオオガシラ,
  • *白颈蓬头鴷,
  • 圭亞那白頸噴鴷,

Voix chant et cris

Tamatia à gros bec
adulte

Le chant est un trille très aigu, de faible intensité et délivré à un rythme très variable. Il est composé de "ui-ui-ui....wi-di-dik , wi-di-dik, wi-di-dik" légèrement descendants. Les cris sont généralement rudes et assez mélodieux. On peut notamment entendre un "düür" nasal , clair et descendant.

Habitat

Les tamatias à gros bec fréquentent la lisière des forêts humides à semi-arides. Ils privilégient généralement les parcelles en cours de régénération dans lesquelles les cécropias sont souvent en majorité. Ces oiseaux vivent à tous les étages, du niveau du sol jusqu'à la canopée. On les trouve également dans les boisements clairsemés et dans les savanes, dans les zones mixtes de chênes et de pins, dans les clairières avec quelques grands arbres épars ainsi que dans les peuplements abandonnés.
Parfois, les tamatias à gros bec occupent les forêts primaires tropicales composées d'arbres à feuilles permanentes ou semi-permanentes, les forêts "de terra firme", les boisements de transition ou ceux qui sont temporairement envahis par les eaux. Ils ne dédaignent pas les forêts marécageuses avec de nombreux arbres morts, la proximité des mangroves, les berges des rivières et les plantations. La proximité de points d'eau peut s'avérer assez importante. Ces tamatias vivent du niveau de la mer jusqu'à 1 200 mètres d'altitude. Au sud de l'Orenoque, ils sont confinés au-dessous de 250 mètres.

Comportement traits de caractère

A l'aube, les tamatias à gros bec se perchent en solitaire sur les branches exposées au soleil. Plus tard dans la journée, ils semblent moins en vue. Les mâles ont tendance à rester bien séparés de leur partenaire. Ils restent immobiles pendant de longs moments, s'autorisant parfois quelques petits hochements de tête.
Les tamatias à gros bec chassent parfois les gros scarabées du genre Macraspis lorsqu'ils sont abondants à la cime des grands arbres. Ils se nourrissent également à terre où ils apprécient beaucoup les essaims de fourmis-soldats. Mais, la plupart du temps, ils chassent à l'affût à partir d'un perchoir nu situé à une grande hauteur et ils plongent dès qu'une victime est à portée. Tout comme chez les guêpiers, les proies sont battues violemment contre une branche avant d'être ingérées.
Les tamatias à gros bec sont présumés sédentaires.

Alimentation mode et régime

Les tamatias à gros bec consomment des insectes, en particulier des locustes de la catégorie des orthoptères. Ils ingurgitent aussi des guêpes, des abeilles charpentières, des cigales, des pucerons, des cochenilles, des coléoptères, des papillons ainsi que des petits vertébrés. Des matières végétales sont aussi consommées.

Reproduction nidification

Au Costa Rica, la saison de nidification se déroule de mars à mai. Pour les autres pays, les dates sont les suivantes : janvier-juillet au Panama, mai et septembre en Colombie, juin au Venezuela. Les tamatias à gros bec sont cavernicoles. L'excavation des nids s'effectue au mois de juillet et août au Brésil dans la région de Manaus. Les deux parents collaborent généralement pour creuser le nid dans une grande termitière arboricole. Le trou qui va accueillir le nid est aussi parfois creusé dans un tronc d'arbre, à une hauteur qui varie habituellement de 12 à 15 mètres au-dessus du sol. Cependant, exceptionnellement, le nid est placé aussi haut que 18 mètres et aussi bas que 3 mètres. Des nids situés sur le sol ou sur un banc de terre ont aussi été répertoriés. Au Brésil, les couples creusent en juillet dans une termitière puis ils effectuent une autre excavation en août, sans qu'il soit précisé s'il s'agit de 2 couvées différentes. Les durées d'incubation et du séjour des jeunes au nid ne sont pas connus.

Distribution

Les tamatias à gros bec sont originaires de l'Amérique Centrale et du nord-ouest de l'Amérique du Sud. En Amérique Centrale, on les trouve du sud du Mexique et de la presqu'île du Yucatan jusqu'au Panama. Sur le continent sud-américain, leur aire s'étend de la Colombie et du Venezuela jusqu'aux Guyanes et à l'Amazonie. 3 sous-espèces sont officiellement reconnues : N. m. macrorhynchos, la race nominale (extrême est du Venezuela, les Guyanes et le nord du Brésil jusqu'au fleuve Amazone) - N. m. hyperrhynchus (sud du Mexique, sud, nord et nord-est du Venezuela jusqu'au sud de la Colombie, l'Equateur, l'est du Pérou, le nord de la Bolivie, et l'ouest du Brésil jusqu'au Mato Grosso) - N. m. paraensis (cours inférieur de l'Amazone au Brésil, à partir du Rio Tapajos).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les tamatias à gros bec ne sont pas menacés. Ils sont assez rares au Mexique et très clairsemés au Salvador et au Honduras où leur habitat est considérablement dégradé. Ils sont communs dans la zone du canal de Panama et très répandus en Guyane Française. Ils sont plutôt courants en Amazonie mais assez réduits en Bolivie.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Tamatia à gros becFiche créée le 13/01/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net